Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Chemins ruraux

Lorsqu’il n’y a aucune indication spécifique au livre foncier ou sur un plan cadastral, comment la propriété des chemins privés est-elle déterminée ?

Publié le 17/04/2015 • Par Ugo Chauvin • dans : Réponses ministérielles

Les chemins et sentiers d'exploitation sont régis par les dispositions des articles L. 162-1 et suivants du Code rural et de la pêche maritime.

Les chemins et sentiers d’exploitation sont régis par les dispositions des articles L. 162-1 et suivants du Code rural et de la pêche maritime qui les définissent comme ceux servant exclusivement à la communication entre divers fonds ou à leur exploitation. Ce sont donc des voies privées ouvertes avec le commun accord des propriétaires intéressés, dont l’assiette a été prise sur leurs propriétés et qui sert uniquement à la communication entre ces dernières.

Il n’est toutefois pas nécessaire de démontrer une utilisation effective, constante et actuelle de ces voies, la simple configuration géographique permettant de les définir.

En outre, la nature de l’exploitation est indifférente, de même que l’existence d’autres moyens pour accéder à la voie publique. Les chemins d’exploitation sont, à défaut de titre de propriété contraire, présumés appartenir aux propriétaires riverains, chacun au droit de sa propriété, mais l’usage en est commun à tous les intéressés.

La jurisprudence a fait une interprétation stricte de la notion « d’intéressé » en ne retenant que les propriétaires des fonds riverains du chemin d’exploitation ainsi que du fonds sur lequel aboutit le chemin.

Ainsi, chaque riverain a un droit de propriété qui porte sur la portion du chemin jouxtant son fonds jusqu’à l’axe médian de la voie.

Le régime juridique des chemins d’exploitation est donc déterminé par la propriété de leur assiette qui est privée et divise, et par leur usage qui est collectif.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Lorsqu’il n’y a aucune indication spécifique au livre foncier ou sur un plan cadastral, comment la propriété des chemins privés est-elle déterminée ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X