Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Intercommunalité : une communication consolidée… avant le big bang de la mutualisation ?

Etude

Intercommunalité : une communication consolidée… avant le big bang de la mutualisation ?

Publié le 10/04/2015 • Par Sophie Le Gall • dans : France

Ce vendredi 10 avril, les communicants des interco, réunis à Rennes à l'invitation de l'Assemblée des communautés de France et du réseau professionnel Cap'Com, découvrent les résultats du 4ème baromètre de la communication intercommunale. Si l'importance de la communication est affirmée, elle souffre d'un manque de coordination entre villes alors même que s'annoncent des perspectives de mutualisation.

La dernière édition du baromètre de la communication intercommunale(1), réalisé tous les deux ans depuis 2008 à l’initiative de l’Assemblée des communautés de France (AdCF) et diffusé ce vendredi 10 avril, permet de constater que la fonction communication des interco est parvenue à une certaine maturité en termes de moyens. Aujourd’hui, 100 % des communautés de plus de 35 000 habitants disposent d’un service dédié là où elles n’étaient encore qu’une moitié en 2008. Egalement, les équipes se sont étoffées passant, en moyenne, de 2,31 ETP en 2013 à 2,9 en 2015.

Disparités entre territoires urbains et ruraux

Mais cette dynamique cache de grandes disparités selon que l’on observe, d’un côté, les communautés de communes, et, de l’autre, les agglos, communautés urbaines et métropoles. Ainsi, pour les communautés de moins de 15 000, seules 44 % d’entre elles disposent d’un service de communication, parfois composé d’un unique agent, avec même dans certains cas un DG en charge de la communication, alors que pour le second groupe, le service peut compter jusqu’à 8 personnes. On retrouve ce même grand écart quand on compare les budgets, allant de moins de 10 000 euros (pour 3 % des sondés) à plus de 500 000 euros (pour 13 % des sondés).

Régime minceur

Bien que disparates, ces équipes sont confrontées à la même réalité, celle de la restriction budgétaire. La majorité des responsables de service s’attendent à une stagnation ou à une réduction de leur budget dans les deux ans à venir, en particulier dans les communautés de grande taille. Les intercos ont déjà adopté des stratégies guidées par la contrainte, misant notamment sur la communication opérationnelle, réputée plus économique, parfois aux dépends de la communication institutionnelle. « Nous sommes plutôt sur une communication de proximité à travers des réunions publiques qui n’ont pas un coût conséquent », témoigne Anne Blanc, présidente de la communauté de communes du Naucellois (Aveyron, 10 communes, 5 300 hab.). Pour Charles-Eric Lemaignen, président de la communauté d’agglomération Orléans Val de Loire (22 communes, 275 100 hab.), ces contraintes « obligent à la créativité ». La communauté d’agglo n’a supprimé aucun support mais a procédé à des repositionnements, « avec une logique de territoire ». Son trimestriel est devenu un tiré à part distribué avec le mensuel de la ville-centre, Orléans.

Cibles mouvantes

A qui s’adresse la communication des intercos ? En 2015, encore et toujours en priorité aux habitants. Et l’objectif n’a pas non plus évolué. Comme hier, il s’agit de rendre claire et lisible l’action de l’interco au regard des compétences qui ont été transférées alors même que les habitants ne font pas toujours la différence entre les messages municipaux et communautaires. Les entreprises et les touristes sont également visés par une stratégie de marketing territorial qui se met en place progressivement. Le principal changement de cible concerne les agents, qui ne sont plus classés qu’en 8ème position sur la liste des publics prioritaires, loin derrière les médias ou les élus communautaires, quand ils étaient en 4ème position en 2011. Sandrine Guirado, responsable de la communication de l’Assemblée des communautés de France, analyse cette évolution : « en 2011, la carte intercommunale était en plein chamboulement, avec de nombreuses fusions, ce qui engendrait un important devoir d’explication auprès des agents. Aujourd’hui, les élus se concentrent sur une communication de début de mandat. »

Collaboration mais pas unification

Un peu plus engagée du côté des communautés de grande taille, la mutualisation des services de communication entre communes est encore, en moyenne, timide, tout en étant envisagée comme un projet à moyen terme. « Par contre, on observe des formes de collaboration entre les équipes de plusieurs communes. Les communicants vont partager des outils – avec une préférence pour le partage d’un site Internet -, s’associer sur des actions événementielles… », souligne Sandrine Guirado, qui ajoute : « on peut relever que pour d’autres types de service, comme les RH, les agents ont commencé par travailler ensemble avant d’être réunis au sein d’une même unité. » Mais qui dit partage d’outils ne veut pas forcément dire unification de la communication entre communes, qui ne semblent par encore prêtes à renoncer à leur identité propre et à parler d’une même voix.

A travers ce baromètre, les communicants livrent leur feuille de route pour cette année 2015 : soumis à la tourmente de la réforme, ils misent sur la pédagogie et une représentation de l’intercommunalité qui passe avant tout par les services.

Références

Le baromètre

Notes

Note 01 Le baromètre de la communication intercommunale est établi tous les deux ans depuis 2008 par l'AdCF et l'agence Epiceum en partenariat en 2015 avec l'institut d'études Occurrence et Cap'Com. Cette 4ème enquête a été réalisée en février 2015 auprès de 2 134 communautés. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Intercommunalité : une communication consolidée… avant le big bang de la mutualisation ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X