Transport

Le câble aérien part à la conquête de la mobilité urbaine

Par
brestmetro-liaisonparcableS-1

Bouygues/BMF

Longtemps réservé aux stations de ski, le transport aérien par câble vient désormais compléter la palette de l'intermodalité en ville. En témoignent les annonces, ces derniers jours, du lancement des travaux du téléphérique brestois et d'une étude de faisabilité à Paris pour un projet de liaison des gares de Lyon et d'Austerlitz. Le projet de loi de transition énergétique, tout juste voté, vient en outre alléger le cadre réglementaire du câble en milieu urbain. Mais sa zone de pertinence demeure limitée, et son coût peut rapidement s'envoler.

« Ça me rappelle l’époque, il y a une vingtaine d’années, où tout le monde voulait son tramway…» L’analogie, formulée par Hubert Metgé, à la tête de la direction conseil du groupe d’ingénierie Systra France, est en effet tentante : depuis quelques années, le transport aérien par câble, jusqu’ici cantonné aux stations de ski, opère une percée spectaculaire dans le paysage de la mobilité urbaine. « On voit apparaître des demandes d’études un peu partout, souvent portées par les élus, indique Hubert Metgé. On revient de loin, car en France et en Europe, le câble était considéré comme un système voué à la montagne, contrairement à l’Amérique du Sud où il est perçu comme un mode de transport urbain comme les autres ». L’impulsion est d’ailleurs en grande partie venue d’outre-Atlantique, avec les installations inaugurées ces dernières années à Rio, Medellin, La Paz ou Caracas.

Dans l’Hexagone, les projets se multiplient : Toulouse, Grenoble, Orléans, Beauvais, Nîmes, Besançon, Toulon, Cagnes-sur-Mer, Brest, Nantes… Certains, comme à Brest(1) ou dans le Val-de-Marne (voir encadré), sont sur le point d’aboutir, d’autres relèvent du pur « fantasme » d’élu évoqué à la faveur, par exemple, des dernières élections municipales, sans que la faisabilité ait été réellement étudiée.  » Un jour peut-être, on fera le téléphérique  » avançait ainsi prudemment le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin (UMP).

Simplicité, efficacité, économie

En 2009, la loi « Grenelle I » acte que « le transport par câble doit être encouragé » en vertu de son faible impact environnemental. Dans le même temps, le premier appel à projets « Transports collectifs en site propre » consacrait le projet de funiculaire de Grasse en lui allouant une subvention. La 3e édition de l’appel à projets, dont les résultats ont été dévoilés en décembre dernier, a définitivement installé le câble parmi les infrastructures qui bénéficient des faveurs de l’État : pas moins de 4 projets seront subventionnés, à Brest, Orléans et Boulogne-sur-mer. C’est d’ailleurs le maire et président de l’agglomération de cette dernière, Frédéric Cuvillier, qui avait lancé le dernier appel à projets lorsqu’il était ministre des Transports, en 2013. « J’avais mis l’accent sur les transports par câble, une solution peu impactante, moins chère que d’autres TCSP, et portée par des entreprises françaises leaders sur le marché » indique-t-il.

A Boulogne-sur-mer, le câble s’est imposé pour relier un quartier situé sur un plateau avec la ville basse. « La topographie de Boulogne se prête à ce type de projets. C’est une solution de simplicité, d’efficacité, et d’économie » résume Frédéric Cuvillier, qui assigne à ce futur télécabines « un double objectif : désenclaver un quartier isolé, mal desservi et participer à une offre touristique, l’accès au centre Nausicaa », un site ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP