Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Financements européens

Le plan Juncker : un mécanisme bancaire en trois étapes

Publié le 01/04/2015 • Par Cédric Néau • dans : Actu experts finances, Infographies finances

UNEGAZ13_finances
La Gazette
Le plan Juncker est un vaste mécanisme de garantie qui permettra de mobiliser, à compter de cet été, 315 milliards d’euros d’investissements sur trois ans dans les Etats-membres de l'Union européenne.

Ces 315 milliards d’euros seront levés à partir de 16 milliards d’engagements de l’Union européenne et de 5 milliards de fonds propres provenant de la Banque européenne d’investissement (BEI). Par un formidable effet de levier, la BEI sera encouragée à financer des projets risqués pour un montant global de 60,8 milliards d’euros, couverts par l’Union européenne à hauteur de 26 %. La réussite du pari repose sur la répartition des risques, de leur garantie et des sources de financement.

Ainsi, le dispositif prévoit trois strates distinctes. Une partie du plan concerne les projets innovants et les infrastructures, financés par 44 milliards de prêts de la BEI, garantis par l’Union européenne. Cette disposition permet à d’autres banques privées de se couvrir d’éventuelles premières pertes en cas d’échec du projet, une façon de les convaincre de suivre la BEI et l’UE dans la démarche. « Sans ce mécanisme de première perte, le fonds ne pourrait pas décoller », a ainsi souligné le ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le plan Juncker : un mécanisme bancaire en trois étapes

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X