Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Dette

Emprunts toxiques : jusqu’où ira la rébellion républicaine ?

Publié le 30/03/2015 • Par Fabienne Proux • dans : A la Une finances, Actu experts finances

GotCredit
Flickr CC by GotBudget
Jusqu’où iront les maires des communes étranglées par leur dette toxique ? De nombreuses villes se trouvent dans une impasse au moment de boucler leur budget primitif 2015. Certains élus n’hésitent plus à enfreindre la réglementation en attendant en dernier recours le secours du fonds de soutien.

L’année 2015 se présente bien mal pour les collectivités détentrices de produits structurés à risques. Non seulement elles doivent absorber la baisse des dotations de l’Etat, mais l’importante hausse du franc suisse mi-janvier a fait bondir les taux d’intérêt de leurs emprunts toxiques. Chinon (Indre-et-Loire, 8 000 hab.), la Flèche (Sarthe, 16 500 hab.), Harfleur (Seine-Maritime, 8 200 hab.), Romilly-sur-Seine (Aube, 14 200 hab.), Chambéry (Savoie, 58 000 hab.), Digoin (Saône-et-Loire, 8 200 hab.), Beauchamps (Val d’Oise, 8 800 hab.), Caen-la-Mer (Calvados, 237 000 hab.) figurent parmi ces villes et intercommunalités pour lesquelles l’équation devient insoluble.

L’arme de la mise sous tutelle

Les maires de Trégastel (Côte d’Armor, 2 500 hab.) et de Perros-Guirec (Côte d’Armor; 7 400 hab.) avaient déjà tiré la sonnette d’alarme en février en créant le Covidex, un comité des victimes de Dexia, chargé de défendre les intérêts des communes de moins de 10 000 habitants. Ils refusent ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Emprunts toxiques : jusqu’où ira la rébellion républicaine ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X