Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Elections départementales

2014 : une année en trompe l’œil qui masque la dérive des comptes des départements

Publié le 27/03/2015 • Par Auteur associé • dans : Actu experts finances, Infographies finances

Source : Cabinet Michel Klopfer
Source : Cabinet Michel Klopfer Michel Klopfer
Les comptes administratifs 2014 des départements devraient laisser transparaître une amélioration de leur situation financière. Mais cette embellie momentanée ne doit pas occulter le double risque réel d'une mise sous tutelle préfectorale et d'une crise de surendettement. Le consultant Michel Klopfer tient à briefer les équipes qui prendront les manettes pour ce nouveau mandat.

Michel Klopfer

Directeur général du cabinet Michel Klopfer

Voici en gros cinq ans que la prospective financière des départements est jugée préoccupante, à savoir depuis que la hausse exponentielle des droits de mutation (quelque 12% par an jusqu’à mi 2008) et dont l’évolution avait largement compensé jusque là, la forte croissance des trois allocations individuelles de solidarité (AIS), a été une première fois cassée.

Ainsi fin 2009 et début 2010 de nombreux présidents de conseils généraux ont commencé à organiser des « réunions partenaires », où l’on expliquait aux maires, aux présidents d’intercommunalité, aux responsables d’associations d’insertion, sportives ou culturelles, aux pompiers… que les départements allaient désormais être beaucoup moins généreux avec eux. Ces séances à vocation pédagogique ont été suivies parfois jusqu’à 800 personnes réunies dans un amphithéâtre.

Certes les droits de mutation sont repartis les deux années suivantes (2010-2011) mais la vigilance ne s’est pas pour autant relâchée dans les directions ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Cet article fait partie du Dossier

Elections départementales 2015 : les vainqueurs sauront-ils éviter la mise sous tutelle ?

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

2014 : une année en trompe l’œil qui masque la dérive des comptes des départements

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X