Déchets diffus spécifiques

Ça barde entre EcoDDS et les collectivités !

| Mis à jour le 30/03/2015
Par • Club : Club Techni.Cités

ECODDS

La filière de responsabilité élargie du producteur des déchets diffus spécifiques (DDS) peine à se mettre en place, l’éco-organisme EcoDDS accusant les collectivités territoriales de mal trier, celles-ci demandant une révision des règles. Un véritable bras de fer s'est engagé, EcoDDS ayant décidé de suspendre sa collecte dans certaines collectivités. Décryptage et pistes de solutions.

A ce jour, le service de collecte d’EcoDDS, filière REP née en avril 2013 pour collecter et traiter les DDS(1), est suspendu dans quarante déchetteries en France.. La raison ? « 20 à 25 % des DDS collectés en déchetteries ne font pas partie de la filière, constate Pierre Charlemagne, directeur d’EcoDDS. On trouve de tout : des produits hors périmètre par leur nature (eau de javel, nettoyants de sols, eau déminéralisée…), des produits non identifiés ou sans marquage et des produits hors seuils ». D’où un coût de collecte et de traitement supplémentaire pour l’éco-organisme : « Ce coût étant déjà 8 à 10 fois plus élevé que celui des ordures ménagères ou des emballages, nous n’avons pas plusieurs années devant nous… » alerte Pierre Charlemagne.

Objectif atteint en 2014

Avant la création de cette filière REP, les collectivités triaient depuis de nombreuses années les DDS, payant le transport et le traitement via des marchés publics. Aujourd’hui, elles sont subventionnées pour le tri et EcoDDS prend en charge le transport et le traitement en centres (voir encadrés). « C’est la seule REP (filière ‘opérationnelle’ et non ‘financière’, ndlr) qui est partie d’un existant, avec comme objectif classique de la financer par les entreprises productrices et distributrices », explique le directeur d’EcoDDS.

Désormais, ce sont 78 lignes de produits pour lesquels les producteurs payent une éco-contribution (voir encadré) et qui sont collectées en neuf flux distincts dans des locaux de 15 à 30 m² en déchetteries, fermés au public. « Les particuliers déposent leurs déchets devant ces locaux, les gardiens triant eux-mêmes dans neuf sortes de bacs différents : des caisses palettes de 660 à 1 000 litres ou des caissettes de 60 litres selon les flux. Il peut y avoir plusieurs bacs par flux si nécessaire », précise Pierre Charlemagne.

EcoDDS est ensuite responsable de la collecte et du traitement. Il fait collecter chaque déchetterie une fois toutes les trois semaines en moyenne, soit 27 000 tonnes en France en 2014 dans les 2 500 déchetteries conventionnées. « L’hypothèse d’ici fin 2015 est de collecter 3 000 à 3 500 déchetteries et d’atteindre le rythme de croisière d’ici fin 2016 (40 000 à 45 000 tonnes) », note le directeur d’EcoDDS.

Déjà, les objectifs ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
cet article est en relation avec
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Autolib’ : du coup de com’ politique au fiasco financier

    Sauf coup de théâtre, le Syndicat Autolib' Vélib' Metropole actera jeudi 21 juin la résiliation du contrat de concession passé avec Autolib' en 2010, cinq ans avant son terme.Il reviendra ensuite au tribunal administratif de fixer le montant des indemnisations ...

  • Plans climat : le jeu risqué du gouvernement

    Les associations d’élus multiplient les appels au gouvernement pour qu'il flèche une partie de la taxe carbone vers les territoires, afin qu'ils puissent mettre en œuvre leurs plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET) ainsi que les Sraddet. Mais ce dernier ...

  • Vélib’, les leçons d’un fiasco

    Désormais boulet politique de la maire de Paris, le dossier Vélib’ restera dans les annales comme l’un des plus gros échecs de renouvellement de contrat public. L’opérateur Smovengo a cumulé les failles, mais il n’est pas seul fautif. ...

  • « Troc ton job », un système ingénieux de bourse de l’emploi en interne

    Des années plus tôt, alors qu’elle passait le concours de rédacteur territorial, Yamina Bendaoui avait imaginé des ateliers de mobilité censés permettre aux agents territoriaux de voir ce qui se passait dans le service voisin, et de cibler les postes pouvant ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X