Mobilité

« Restreint et peu prescriptif » : la CRC égratigne le PDU de la Métropole Rouen Normandie

| Mis à jour le 30/03/2015
Par

Les magistrats normands ont évalué le plan de déplacement urbain de la collectivité rouennaise. Il reste largement perfectible.

La qualité du plan de déplacement urbain (PDU) de la métropole Rouen Normandie apparaît comme insuffisante aux yeux des magistrats de la chambre régionale des comptes (CRC) de Normandie : « Il se borne trop souvent à accompagner l’évolution des comportements plus qu’il ne cherche à les modifier », peut-on notamment lire dans un vaste rapport rendu public le 16 mars dernier concernant la politique de transport de l’ancienne communauté d’agglomération devenue métropole le 1er janvier dernier. Lors de cet examen portant sur la période 2008/2014, les contrôleurs se sont intéressés plus particulièrement à ce document de planification obligatoire qu’est le PDU. Il s’agit davantage de l’évaluation d’une politique publique locale que d’un strict contrôle du bon usage des deniers publics. « C’est un travail commun mené par la chambre régionale et la Cour des comptes. Ce document spécifique a donné lieu à une insertion dans le dernier rapport public de la Cour rendu début 2015 », rappelle Frédéric Advielle, président de la CRC de Normandie.

Pratique du vélo trop anecdotique

La première remarque des magistrats se concentre sur le périmètre géographique retenu pour l’élaboration du PDU couvrant la période 2013/2023. Selon eux, celui-ci est « trop restreint » puisqu’il ne s’intéresse qu’au seul territoire de la Métropole alors qu’une part non négligeable des déplacements se situe en dehors de celui-ci. Autre critique, la « prudence » affichée du document. « Il souffre de l’absence d’objectifs chiffrés qui engagent pour l’avenir et de son caractère peu prescriptif », regrettent les magistrats. Ils rappellent, entre autres, les mauvais résultats de la collectivité sur deux éléments précis : une pratique du vélo trop anecdotique et une offre de stationnement trop abondante. A aucun moment, il n’est fait mention de la part des différents modes de transport à atteindre d’ici à cinq ou dix ans.
Ce type d’absence se retrouve également dans le rapport environnemental, diagnostic initial annexé au PDU. A la lecture de celui-ci, la CRC relève encore de nombreuses insuffisances. Certains thèmes sont traités de manière « lacunaire » à l’image « de la biodiversité, de l’étalement urbain ou encore de l’activité portuaire et industrielle ». Les indicateurs de suivi environnemental apparaissent également « sommaires ».

Imperfections financières

Sur les aspects strictement financiers, des imperfections, là encore, sont à noter. Le coût des mesures à prendre n’est pas individualisé par action mais globalisé par thème. « On relève l’absence d’un véritable compte déplacement, document pourtant prévu par la loi SRU de 2000 », note les auteurs du rapport, tandis que le mode de financement des différentes actions prévues n’est pas précisé. Tout juste apprend-on que la métropole Rouen Normandie prévoit d’investir 400 millions d’euros d’ici à 2019.

“Le PDU n’est pas un document figé, réagit de son côté, Marc Massion, vice-président PS à la mobilité durable de la métropole. Nous allons le faire évoluer en intégrant, notamment, les remarques des magistrats.” L’élu mise également sur le récent passage en métropole, à même, selon lui, “d’amener des moyens supplémentaires pour un PDU plus vigoureux”.
Sa révision devrait intervenir d’ici à 2018, au moment de l’évaluation obligatoire prévue par le code des transports. Celle-ci devrait rendre le PDU “plus opérationnel en accord avec les compétences de la nouvelle métropole”, selon la réponse écrite de Frédéric Sanchez, président PS de la métropole Rouen Normandie, adressée à la CRC.

Références
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Conversion des « Intercités » en TER : la pompe s’amorce du côté des régions

    Après la Normandie en avril, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté il y a dix jours, c'est au tour de Nouvelle Aquitaine d'accepter de prendre sous son aile des lignes de « Trains d'équilibre du territoire » (TET) pour en faire des TER. La feuille de route de ...

  • L’Essonne met le tri sur la place publique

    Le syndicat intercommunal pour le recyclage et l'énergie par les déchets et les ordures ménagères (Siredom), qui regroupe 140 communes d'Essonne (818000 hab.), déploie des plateformes de proximité, à l’esthétique et aux services soignés, qui collectent les ...

  • Dix conseils pour… donner un coup de jeune à la collecte

    Conversion à la tarification incitative ou au tri à la source des biodéchets, fin de contrat de délégation ou nécessité d’harmoniser un service impacté par la réforme territoriale, les occasions ne manquent pas pour revoir son dispositif de ramassage de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP