Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Social

La tension ne retombe pas à la Métropole de Lyon

Publié le 26/03/2015 • Par Françoise Sigot • dans : Régions, Toute l'actu RH

Après les heurts qui ont opposé les manifestants et les CRS à l’issue de la grève de ce lundi 23 mars, les syndicats maintiennent leurs revendications. Malgré une rencontre avec Gérard Collomb, président de la Métropole, ce mercredi 25 mars, ils ont déposé un nouveau préavis de grève daté jusqu’au 30 juin.

A l’appel de l’intersyndicale CGT, CFDT, CGC, CFTC, UNSA, FO, FAFPT, SUD, le mouvement de grève de ce lundi 23 mars a été suivi, selon les chiffres de la direction de la Métropole par 30.1 % des agents.
Entre 1200 et 1500 ont participé à une manifestation qui s’est terminée par des heurts nécessitant l’intervention des forces de l’ordre dans le hall du siège de la nouvelle collectivité. « Aucune avancée, aucune proposition de négociation ! Rien de rien ! Pour seule réponse, coups de matraques, évacuation violente, détérioration du bien public par les forces de l’ordre pour évacuer les grévistes au plus vite », dénonce l’intersyndicale. « Nous voulons faire le point sur ce qui s’est passé lundi, savoir pourquoi et comment une garnison de CRS peut charger des manifestants qui chantent la Marseillaise », s’emporte Dominique Raquin pour la CGT.

Une nouvelle rencontre entre Gérard Collomb et les syndicats s’est déroulée  mercredi en fin de journée. Une fois encore les syndicats se sont dits déçus par cette réunion et ont décidé jeudi en intersyndicale de déposer un préavis de grève daté jusqu’au 30 juin.

« Le président nous demande de lui faire des propositions permettant de diminuer le montant de la masse salariale. En échange, il se dit prêt à étudier une mise à niveau du nouveau régime indemnitaire créé depuis le 1er janvier », explique Dominique Raquin, balayant comme ses collègues la proposition d’un revers de manche. « Nous ne sommes pas dans la cogestion », assène l’intersyndicale qui veut bien déplacer le débat sur l’ensemble du budget de la collectivité, spécialement celui de fonctionnement et propose notamment une baisse des dépenses de communication.

Du côté de l’exécutif, il se murmure qu’une analyse des dépenses de fonctionnement n’est pas totalement rejetée. En revanche, Gérard Collomb s’est toujours dit inflexible sur le niveau des investissements qu’il estime indispensable pour maintenir le dynamisme économique et l’emploi sur le territoire de la Métropole.

Les revendications s’accumulent

En attendant, la tension ne semble pas prête de s’apaiser et les revendications s’accumulent. « L’après-midi de lundi avait plutôt bien commencé puisque nous avons été reçus par le président, mais à l’énoncé de nos revendications, nous avons eu un comptable en face de nous qui refuse de céder à une quelconque revendication et préfère communiquer sur une Métropole dynamique plutôt que de bien considérer ses agents », estime Sébastien Renevier de la CGC.

Outre les revendications portant sur les rémunérations et le temps de travail, les syndicats pointent désormais du doigt les conditions de travail des agents. Absence de matériel pour travailler, déménagements des services, choc des cultures entre des agents venus du département qui doivent gérer des situations d’urgence et de détresse sociale et ceux du Grand Lyon habitués à construire sur la durée, sont autant de situations qui pour le représentant de la CGC conduisent à « rendre les agents agressifs ».

Les syndicats souhaitent désormais organiser leur lutte autour du préavis daté et promettent « des temps forts qui prendront des formes très différentes ». En revanche, ils annoncent qu’ils reprendront le chemin des instances paritaires, spécialement du CHSCT pour travailler sur l’expertise en cours concernant les risques psychosociaux.

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La tension ne retombe pas à la Métropole de Lyon

Votre e-mail ne sera pas publié

interco

26/03/2015 01h25

N’oubliez pas de garder l’exemple pour vos futurs colloques et formations territoriaux: « Comment amener le service public à mutualiser les services pour des actions revendicatives: PN, CRS et agents territoriaux de tous bords. Un exemple significatif, la Métropole lyonnaise! »

Bernardin REBELLE

26/03/2015 10h49

NON à la démolition programmée du statut.

La métropole Lyonnaise présente la particularité (constitutionnelle) d’être une collectivité territoriale à part entière.

Le droit à l’égalité de traitement est un des principes fondamentaux du statut de la fonction publique et comme tout principe il l’emporte sur les autres sources du droit.

Le respect de ce principe fondamental implique l’alignement des avantages qui par définition sont collectifs, et doivent par conséquent être les mêmes pour l’ensemble des agents au sein d’une collectivité territoriale.

L’absence d’alignement remettrait en cause ce principe fondamental, créant un précédent préjudiciable à l’ensemble des agents des trois fonctions publiques, d’autant plus préjudiciable que la métropole Lyonnaise est une collectivité territoriale à part entière.

L’alignement n’est pas négociable, sinon s’en est fini du droit fondamental à l’égalité de traitement, et par suite du statut lui-même.

Le Louis

28/03/2015 07h21

Soutien des cheminots CGT de la Nièvre.Soyons nombreux le 09 avril en grève et à Paris à la manif. A un moment ou un autre, ils devront rendre des comptes§

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X