Energie

Éclairage public : vous avez dit smart ?

| Mis à jour le 08/02/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

CC -Yoann213

La transition des collectivités françaises vers le monde de l’éclairage intelligent s’opère lentement. D’un côté, plusieurs dizaines de projets réalisés et en cours ; de l’autre, l’attentisme de milliers de communes. Les contraintes réglementaire et financière imposeront cependant à toutes de franchir le pas…un jour.

cet article fait partie du dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

L’éclairage public est un « gouffre énergétique », selon la formule de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Il représente le premier poste de consommation d’électricité d’une commune, soit près de la moitié en volume, un gros tiers de la facture et le cinquième des dépenses totales d’énergie.

Un parc largement obsolète - Or, le potentiel d’économies est « énorme, observe l’Ademe. Plus de la moitié du parc est obsolète : boules diffusantes, lampes à vapeur de mercure, etc. Près de 40% des luminaires en service ont plus de vingt ans « . L’Agence incite donc les collectivités à renouveler leur parc, la « vétusté des installations étant la principale cause de la surconsommation ». Et elle se propose de les y aider, en commençant par dresser un état des lieux précis de leur patrimoine, leur servant d’« outil d’aide à la décision ».

Le LED s’impose - Le remplacement des ballons fluorescents – une directive européenne en interdit la commercialisation à partir du 13 avril 2015  – est la première étape pour moderniser son éclairage public, car la plus naturelle et évidente à mettre en place. Leur substitution par des LED, dont le coût est certes élevé mais le rendement nettement supérieur, s’impose de plus en plus dans les collectivités. « Nous avons déjà traité 85 % des 66 000 points lumineux de nos 433 communes, alors que la moyenne nationale est de 50 % », se félicite la directrice du Syndicat départemental d’énergie de l’Aube (SDEA), Joëlle Guinot.

Bienvenue dans un nouveau monde - Cette rupture technologique leur ouvre aussi la porte d’un nouveau monde : l’éclairage intelligent, ou smart lighting. « Les LED permettent le on-off instantané avec un pilotage à distance, une gradation de 0 à 100 %, une segmentation de l’offre selon le besoin et la création de nouveaux services », a défendu le président de la société spécialisée dans la gestion de l’éclairage extérieur BH Technologies, Philippe Badaroux, lors de la conférence consacrée à « l’éclairage connecté dans la Smart City », le 19 mars 2015, à Paris.

A la demande - Des cas de collectivités s’étant engagées dans cette voie ont été présentés. Comme Aix-les-Bains (Savoie), qui expérimente depuis l’été 2014 le détecteur de présence sur une place de son centre-ville, où se trouve un parking. Ce dispositif permet un éclairage à la demande, et non plus selon des tranches horaires prédéterminées. « De nuit, l’éclairage public bascule à 20 % de sa puissance et il repasse à 100 % en cas de présence, précise le ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Au sommaire du dossier

Lire le premier article
Commentaires

2  |  réagir

08/01/2016 10h43 - Godjack

La difficulté ne résulte pas au niveau des services techniques, qui je pense, savent que l’EP à led est opérationnel. Néanmoins il est nécessaire de former aussi les élus sur cette technologie et surtout concernant le retour sur investissement. Il faut aussi s’obliger à faire la transition en mettant à jour (ou création) des documents structurants comme un SDAL, une charte lumière, et un cahier des charges EP. Cette transition doit être accompagnée.

Signaler un abus
26/03/2015 10h27 - Pad

Les communes devront pour certaines changer de mentalité. Exemple de Neauphle-le-Château dans les Yvelines. D’un côté, quelques candélabres à LED ont été mis en place ; de l’autre, l’éclairage public est allumé très tôt en fin de journée et s’éteint bien après le levé du jour, un grand gaspillage au frais des contribuables, des administrés devrais-je dire. Les Clayes-sous-Bois dans les Yvelines : en 2011, la municipalité refusait de mettre en place un éclairage à LED…

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X