Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

[Opinion] Décentralisation

Plaidoyer pour une autre réforme territoriale

Publié le 24/03/2015 • Par Auteur associé • dans : Actualité Club finances, France, Opinions

Serge Grouard

Serge Grouard

député maire (UMP) d'Orléans

S’il est un domaine où la prolifération de lois n’a d’équivalent que la vacuité de leur contenu, c’est bien celui de la réforme territoriale ; le fameux millefeuille où plus personne ne reconnaît ses petits. Atteindre les objectifs d’économies, d’efficacité et de cohérence, exige de s’attaquer avec détermination à sa complexité.

  1. Par la fusion des départements dans leurs régions actuelles. Au lieu de 120 entités, il en resterait 20. La réunion des compétences départementales et régionales aura le mérite d’apporter plus de cohérence dans la conduite des projets. Cela permettra aussi d’agréger les 80 milliards d’euros de budget des départements avec les 30 milliards des régions. Les nouvelles entités disposeraient d’une force de frappe financière de plus de 100 milliards d’euros, soit un budget moyen de 5 milliards, plus que triplé par rapport à la situation actuelle des régions.
  2. Par la fusion des communes en milieu urbain. Les limites communales n’y ont plus guère de sens. Il a d’ailleurs fallu créer les communautés d’agglomération ou urbaines pour gérer des services qui ne pouvaient plus être communaux. Mais ces intercommunalités ont généré leurs propres administrations et créé un échelon institutionnel supplémentaire. Il faut donc fusionner les communes urbaines en leur substituant, après les avoir consultées, une métropole ou une commune nouvelle. Une telle fusion améliorera considérablement le service public et son équité.
  3. Par le maintien des communes rurales et le développement de leurs intercommunalités. La France aurait trop de communes. Et alors ? Elles sont très utiles et ne coûtent presque rien, parce que les élus y sont souvent bénévoles, les services réduits mais irremplaçables pour la proximité avec les habitants. En retour, il est nécessaire de conforter leurs intercommunalités pour y réunir des moyens déjà faibles. Ce mouvement, bien engagé, doit être achevé en veillant à ce que les regroupements restent cohérents et à taille humaine. Les anciens cantons pourraient servir de limite territoriale à ces intercommunalités. La commune-siège, souvent chef-lieu de canton, deviendrait commune-centre, les autres communes conservant leurs fonctions de proximité.
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Plaidoyer pour une autre réforme territoriale

Votre e-mail ne sera pas publié

Adeubal

25/03/2015 11h32

Euh, en quoi c’est une « autre » réforme que celle actuellement ?

Une erreur, additionner les budgets Région+Dpt. Le budget ne sera additionné que si les compétences le sont également. Hors, les routes et le social ne semblent pas suivre ce chemin. Hors c’est le coût principal des départements, donc le budget qui va avec.

Le point 2 est plus qu’engagé et sera renforcé avec les carottes/baton à la mutualisation

Quant au point 3, c’est également ce qui est en train de se passer. Mais en ce cas, quel intérêt à conserver les communes « petites »? Faire plaisir aux élus ?

Il est vrai qu’il est plus facile de mutualiser 500k agents qui ne peuvent rien dire que 30k élus qui ont un fort pouvoir médiatique.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X