Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Redécoupage électoral

Les Sages valident à reculon

Publié le 22/02/2010 • Par Anne-Katell Peton • dans : Billets juridiques

Le Conseil constitutionnel a validé le 18 février le redécoupage des circonscriptions électorales qui, selon lui, « constitue un progrès », mais n’hésite pas à remettre en cause l’utilisation du motif d’intérêt général justifiant ces nouvelles délimitations.

Le Conseil constitutionnel n’a pas trouvé d’argument juridique pour remettre en cause la loi ratifiant l’ordonnance relative à la répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l’élection des députés.
Après avoir écarté l’ensemble des griefs qui étaient reprochés à cette loi, il a validé la procédure d’élaboration de l’ordonnance, la méthode retenue pour répartir les sièges et la délimitation de certaines circonscriptions.

Cependant, fait suffisamment rare pour être relevé, il a manifesté son désaccord. De façon assez peu usuelle, il a tenu à souligner que les motifs d’intérêt général justifiant le redécoupage sont «discutables ».

Autre pique, il a rappelé qu’il avait bien examiné la délimitation des circonscriptions, mais que, dans ce domaine, la Constitution ne lui conférait pas un pouvoir général d’appréciation identique à celui du Parlement. Il ne lui appartient donc pas de rechercher si les circonscriptions ont fait l’objet de la délimitation la plus juste possible. Ce qui n’est pas non plus, selon lui, le rôle du Conseil d’Etat dans le champ administratif.
Une façon de dire que sa décision, fondée sur l’application de stricts critères juridiques, aurait pu être différente si son pouvoir d’appréciation avait été plus grand.

Le Conseil valide donc ce redécoupage, concédant qu’il constitue malgré tout « un progrès compte tenu de la complexité des situations locales ». Cette loi semble donc être la moins mauvaise des solutions pour garantir un meilleur respect de l’égalité des suffrages.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les Sages valident à reculon

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X