Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Protection de l'enfance

Les faux MIE ont coûté près de 6 millions d’euros au Bas-Rhin

Publié le 20/03/2015 • Par Didier Bonnet • dans : Actu juridique, Régions

La police aux frontières du Bas-Rhin a démantelé une filière d’immigration clandestine qui a permis à 114 Bangladais d’être considéré comme mineurs isolés étrangers (MIE). Le département du Bas-Rhin estime que le préjudice subi pourrait s’élever jusqu’à 6 millions d’euros.

« Sur certaines périodes, les Bangladais accueillis ont pu représenter jusqu’à 50 % des MIE pris en charge », commente le service d’accompagnement aux mineurs isolés (SAMI) mis en place depuis 2013, dans le cadre d’une convention entre le département et une structure d’accueil associative.
« Face à cet afflux inhabituel et massif, nous avons signalé les faits au parquet des mineurs », ajoute le département.

L’enquête a abouti à l’arrestation de 7 personnes, jusque-là inconnus de la police. La filière était basée à Strasbourg, avec des relais à Paris, au Royaume-Uni et en Italie.

Après avoir obtenu des visas dans l’un de ces pays, les Bangladais étaient accompagnés à Strasbourg où de faux papiers leur étaient confectionnés, conservant leur état-civil mais trichant sur la date de naissance. « C’est ainsi que ces personnes ont été intégrées dans notre dispositif qui héberge, nourrit et fournit un encadrement socio-éducatif aux MIE », explique la collectivité.

36 % des demandes ne correspondent aux critères

L’enquête a révélé que les personnes prises en charge ne correspondent pas aux critères permettant d’obtenir de statut de MIE. « Le département va porter plainte contre les 114 clandestins pour “déclaration mensongère en vue de bénéficier d’un avantage indu”. Plainte sera également déposée contre les organisateurs de la filière, véritables responsables de cette dépense publique ».

Le montant exact du préjudice n’est pour l’heure pas précisé. Le CD 67 annonce qu’il pourrait atteindre 6 millions d’euros, mais ce chiffre est sans doute surévalué. En effet, fin 2013 et début 2014, les modalités d’hébergement des MIE ont été modifiées, faisant diminuer significativement les dépenses.

En juin 2013, une cellule dédiée à l’examen des demandes de statut de mineur étranger isolé a été créée, face à un afflux de sollicitations. «  301 demandes ont été depuis lors examinées, 36 % ne correspondent pas aux critères de la protection de l’enfance. Des conventions ont été passées avec plusieurs lieux d’hébergement mieux adaptés aux besoins d’accueil et de suivi socio-éducatif des jeunes », commente le SAMI.

L’affaire des MIE du Bas-Rhin

La question de l’hébergement des MIE dans le Bas-Rhin a déjà défrayé la chronique. Dans un arrêté du 13 septembre 2013, Guy-Dominique Kennel, président UMP du département avait « suspendu à titre provisoire l’accueil de nouveaux mineurs isolés étrangers », protestant contre une circulaire Taubira.

« La responsabilité et l’accueil de ces jeunes migrants incombe à l’Etat », estimait l’élu, rappelant que la situation frontalière de son département ne doit pas peser que sur le seul budget du Bas-Rhin. Depuis, les relations avec l’Etat se sont normalisées.

Le budget consacré à la prise en charge des MIE s’est élevé à 10,3 millions d’euros en 2012, les nouvelles modalités d’hébergement et d’encadrement ainsi que l’observation approfondie de la situation des demandeurs a permis de ramener cette somme à 4 millions en 2014. En 2014, dans le Bas-Rhin la moyenne mensuelle du nombre de MIE pris en charge s’élève à 160.

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les faux MIE ont coûté près de 6 millions d’euros au Bas-Rhin

Votre e-mail ne sera pas publié

mac

23/03/2015 09h17

tel est le prix de l’angélisme idéologique à la Rousseau.

hugues

01/04/2015 10h43

Vous êtes sûr que ce sont les migrants qui ont « fraudés » ou l’Etat qui se décharge avec des test osseux bidons !?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X