Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Rémunération

Mobilisation inédite à la Métropole européenne de Lille

Publié le 20/03/2015 • Par Alix de Vogüé • dans : Régions, Toute l'actu RH

Voté par quelques 400 fonctionnaires territoriaux, le débrayage d’une heure, vendredi 20 mars entre 11 heures et 12 heures reflète le mécontentement du personnel à propos de la réorganisation de la Métropole européenne de Lille et son inquiétude alors que s’ouvre une négociation sur le régime indemnitaire.

« En 36 ans de maison je n’ai jamais vu une telle mobilisation, toutes catégories de personnel confondues » souligne Véronique Esteves, secrétaire médicale, qui participait vendredi entre 11 heures et 12 heures à un débrayage inédit dans la Métropole européenne de Lille (MEL). Inédit par son ampleur : plusieurs centaines de fonctionnaires territoriaux étaient dehors au pied du siège de la MEL. Inédit aussi puisqu’il s’agit d’une action intersyndicale, rassemblant toutes les organisations (CGT, Autonomes, FO, CFDT et FSU) pour la première fois ou presque.

La vaste réorganisation de la MEL est le premier motif de cette grève. « Nous exigeons l’arrêt de ce processus. Nous exigeons que nos collègues sur la touche se fassent offrir des postes correspondant à leur grade et à leur fonction » explique Stéphane Dumez, secrétaire général CGT devant les grévistes.

Alors que la MEL est en train de changer 38 postes de direction ou de chargé de mission au sommet de son organisation, le nouvel organigramme au niveau des services et des unités fonctionnelles va être présenté en comité technique ce mercredi 25 mars.
« On définit des services alors que la nomination des directeurs n’est pas achevée. Seuls une vingtaine d’entre eux ont été désignés. Cette réorganisation est faite en dépit du bon sens. Cela génère énormément d’anxiété. On éjecte des personnes, il y a de la souffrance au travail » dit Rémy Averlant, secrétaire général FO.

Les syndicalistes dénoncent le fait que la  même “courbe du deuil”, détournée des travaux d’Elisabeth Kübler-Ross, qui avait été présentée aux salariés de France Télécom lors de la vague de suicides, ait été diffusée lors  d’un séminaire de cadres de la MEL le 3 février. « On demande que la réorganisation se fasse à régime humain » indique Stéphane Colpaert (FA FPT).
« C’est nous qui avons construit cette communauté urbaine et nous avons le droit à une autre considération. Nous ne sommes pas à Pôle Emploi où il faut sans cesse réécrire des CV. Nous voulons que cette réorganisation respecte les agents, leurs conditions de travail et leur statut de fonctionnaire », souligne encore Stéphane Dumez, à la tête du syndicat majoritaire à la MEL.

Crainte d’une individualisation croissante

La mobilisation s’explique aussi par les craintes d’une individualisation croissante des rémunérations alors que s’ouvre une négociation sur le régime indemnitaire. La dernière délibération concernant le régime indemnitaire avait été adoptée en 2007 à l’époque où Pierre Mauroy terminait son dernier mandat à la tête de la communauté urbaine.
De source syndicale, on indique que cette délibération n’avait été que  partiellement mise en œuvre. Martine Aubry n’a jamais rouvert le débat.

Damien Castelain qui préside la MEL depuis le printemps dernier a donc décidé de mettre en place une « nouvelle architecture du régime indemnitaire » : la MEL ne souhaite pas faire de commentaire pour l’heure sur ce sujet.

Une première rencontre a permis de réaliser un état des lieux. Dans sa proposition de méthodologie présentée aux représentants du personnel pour les travaux futurs, la direction a défini trois chantiers : la composante grade, la composante fonction et la composante résultat.
Elle  prévoit la détermination,  pour chacune,  des critères de classification intégrant les niveaux de réalisation des objectifs. « Il est hors de question de s’engager dans des critères managériaux d’individualisation des régimes indemnitaires » s’insurge Stéphane Dumez.  « On va s’engager sur la négociation sur des bases statutaires ». Son objectif est de mettre en phase le régime de la MEL avec celui, plus favorable, des fonctionnaires de la région Nord-Pas-de-Calais : « avec une telle harmonisation on aurait 150 à 300 euros de  plus par mois. »

Cet article est en relation avec les dossiers

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Mobilisation inédite à la Métropole européenne de Lille

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X