Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Banlieues

Grigny pense ses plaies

Publié le 17/03/2015 • Par Emeline Le Naour • dans : Régions

Dans la cité de l’Essonne où a grandi l’auteur de la tuerie de l’hyper cacher, la municipalité doit faire face à des polémiques incessantes. Le maire (PCF) Philippe Rio prend la défense de ses administrés en proie à une précarité endémique.

Au pied des barres d’immeubles de la copropriété Grigny 2, des petites parcelles de jardin cultivable s’étendent jusqu’aux berges du lac. Un cadre presque bucolique. Pourtant ici, le revenu fiscal moyen ne dépasse pas 8 800 euros par an. A quelques centaines de mètre de là, à la cité de la Grande Borne, il culmine à 10 400 euros. La moitié des habitants de la commune de l’Essonne, vit en dessous du seuil de pauvreté.
« Cela fait deux générations que le taux de chômage caracole à 40 %, constate Philippe Rio, le maire (PCF) de la ville. J’ai grandi ici et je peux dire que l’on vit moins bien qu’il y a trente ans. »
La misère sociale, plus présente encore depuis une dizaine d’années, a plongé dans le marasme cette ancienne ville ouvrière devenue l’une des plus pauvres d’Ile-de-France. L’autre handicap de Grigny tient à sa réputation.

Overdose médiatique

Triste emblème de la banlieue incandescente, la commune porte son image médiatique comme un fardeau. Régulièrement, la ville truste la rubrique « faits divers ».
Quand Amedy Coulibaly, enfant de la Grande Borne, a perpétré la tuerie de l’hyper cacher, la machine médiatique s’est affolée. Les Grignois ont vu débarquer des wagons de journalistes. Le maire se souvient que deux jours avant les attentats, lors de la cérémonie des diplômés, qui récompense chaque année des jeunes qui ont obtenu un CAP, le baccalauréat ou un master, un seul était présent dans l’assistance. « Pour Coulibaly, ils étaient deux cents », déplore-t-il.
L’overdose médiatique a laissé un goût amer. « C’était indécent, brutal, à la limite du harcèlement, tempête Philippe Rio. Ils étaient à la sortie des écoles, et ont même interrogé des familles lors d’un enterrement. »

Clochemerle politique

La situation est d’autant plus tendue que Malek Boutih, député de la (PS) s’en est pris aux « responsables, y compris des élus » qui « pactisent avec le mal, les voyous, les délinquants et la corruption. ». Des accusations que le maire entend bien ne pas laisser passer : « Monsieur Boutih affirme que des enquêtes sont en cours concernant de possibles détournements de fonds publics. C’est complètement faux. Et si, il a des preuves, je lui demande de les donner au procureur de la République. C’est son devoir en tant qu’élu. »
Philippe Rio ne décolère pas. Il rappelle volontiers que le député socialiste s’était présenté sur une liste concurrente de la sienne lors des dernières élections municipales : « J’entends bien qu’il ait une arête dans la gorge mais jeter l’opprobre sur ce territoire déjà affaibli, c’est une honte. » Le maire assure d’ailleurs qu’une plainte pour diffamation à l’encontre de Malek Boutih est en cours. De son côté le député socialiste dit suivre le « dossier » de Grigny de près. Selon lui, « la justice trouvera très certainement des liens actifs » entre la municipalité et le milieu délinquant.
À la maison de quartier Marie Curie à la Grande Borne, les déclarations de Malek Boutih ne laissent pas indifférent. L’ancien président d’SOS Racisme reproche en effet à la mairie l’embauche d’éducateurs impliqués dans des trafics de drogue. Amar Henni, l’ancien directeur du service jeunesse de la municipalité mais aussi ex-responsable pédagogique au Centre de Formation Essonne, qui a formé bon nombre d’éducateurs à Grigny, réfute en bloc ces accusations. Il les a tous très bien connus et il est formel, aucun n’a jamais été impliqué dans ce genre d’affaires. « C’est tout simplement impossible » assure-t-il, très ferme.

Commissariat fermé

« Bien sûr, il y a de gros problèmes ici, reprend l’éducateur, beaucoup de décrochage scolaire, du trafic de drogue, de la délinquance, ajoute-t-il. Mais Grigny n’a jamais été abandonné ni par les militants associatifs, ni par la mairie. » Pour preuve, il fait volontiers visiter les spacieux locaux du centre social construit en 2009, qui abritent une immense médiathèque, des salles destinées aux différents ateliers et une cafétéria, ponctuant : « Je ne crois pas que ce soit le genre d’équipement qu’on trouve dans un ghetto. »
Face aux critiques, Malek Boutih reste droit dans ses bottes. Il continue de prôner une mise sous tutelle des communes de banlieues difficiles. Et fulmine contre ceux qui l’accusent de stigmatiser des populations : « Il faut regarder les choses en face pour résoudre la crise des banlieues françaises. »
Le maire continue, lui, de dénoncer les politiques d’austérités de ces dernières années, qui ont eu, de « terribles conséquences. » Philippe Rio interpelle :

Pourquoi, ici on laisse de côté la jeunesse désœuvrée ? Pourquoi nous n’avons pas le droit à la même école, à la même justice et à la même police que les autres ?

Si la quasi-totalité du territoire est classée zone prioritaire, le commissariat de la ville a fermé ses portes en 2011, laissant des habitants démunis face à l’insécurité. « Comment ne peut-on ne pas se sentir citoyen de seconde zone dans ces conditions ? interroge Philippe Rio.
Et de conclure : « À Grigny, on ne demande pas la lune, juste l’égalité, la République. »

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Grigny pense ses plaies

Votre e-mail ne sera pas publié

helbou76

17/03/2015 03h16

Elle y réfléchit alors? ;-) Le verbe « panser » paraît plus approprié, non?

Romain Mazon

17/03/2015 05h13

Bonjour

Non, non, c’est bien « pense » que nous voulions écrire, l’article se concentrant sur les réflexions menées localement, sur ce qu’est la ville et non sur les remèdes.

Cordialement

savinien

18/03/2015 10h55

étonnant cette réputation de Grigny et de la Grande Borne, pourtant à quelques centaines de mètres de là , dans la commune voisine de Savigny, il y a un quartier plus pauvre (3 500 habitants, 1200 habitations) encore dont la réputation n’est pas aussi mauvaise…alors ?
Quelle explication peut on donner ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X