En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

Pratique professionnelle

Les lauréats du concours de sapeurs pompiers professionnels 2013 en colère

Publié le • Par • dans : Actu experts prévention sécurité, France, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

Lieutenant colonel Yves Croso © La Gazette des communes

Organisé en collectif, la promotion 2013 du concours de sapeurs-pompiers professionnels fait monter la pression en appelant les volontaires à faire une grève des gardes postées, et menacent de s'inviter au 122ème congrès des sapeurs pompiers de septembre 2015. Trop de places ouvertes, recours de plus en plus important aux pompiers volontaires pour les gardes postées, embauches d'emplois d'avenir seraient à l'origine de cette situation.

Découvrez le club

Cet article est paru dans
Le Club Prévention Sécurité

La colère monte chez les lauréats du concours de sapeur pompier professionnel (SPP) non officier de mai 2013. Ils estiment que, deux ans après, 2 300 d’entre eux n’ont toujours pas réussi à trouver de poste. Ce n’est pas la première fois que des lauréats peinent à se faire embaucher, mais les réseaux sociaux leurs permettent de se fédérer et faire savoir leur mécontentement.

Ils se sont réuni dans un collectif sur Facebook, communiquent très régulièrement via Twitter. Dernièrement, ils ont appelé tous les sapeurs pompiers volontaires titulaires d’un des concours de SPP et leurs sympathisants à faire la grève des gardes du 13 avril au 22 mai 2015.

Autre action : ils menacent de s’inviter au 122ème Congrès des sapeurs pompiers qui aura lieu à Agen du 23 au 26 septembre 2015.

« Déjà par le passé, des lauréats ne trouvaient pas de poste mais ce phénomène à tendance à s’amplifier avec le temps », constate André Goretti, président de la Fédération autonome SPP-PATS, qui avait intégré le sujet dans son action de 10 mars. Même si avoir le concours ne signifie pas avoir automatiquement un poste, les lauréats ont l’impression d’avoir été dupés, tant il semble y avoir un décalage entre le nombre de candidats reçus et le nombre de recrutements effectifs.

« Vendre du rêve » pour « Acheter la paix sociale »

« Jusqu’à 25 ans, on fait miroiter aux volontaires qu’ils pourront devenir sapeurs-pompiers professionnels. Quand on ouvre 3000 postes, tous pensent qu’ils vont être embauchés. C’est un moyen d’acheter la paix pendant qu’ils préparent leur concours puis qu’ils espèrent avoir un poste », constate amèrement Patrice Beunard, président du SNSPP-PATS.

« Ce qui est moche, c’est de vendre du rêve. Un lauréat met sa vie privée entre parenthèse, car il doit pouvoir aller faire des entretiens à travers a France et être disponible rapidement. C’est une attente destructurante », confirme Sébastien Delavoux, secrétaire général du Collectif CGT des SDIS.

Grand flou sur les chiffres

Le collectif et certains syndicats (comme Sud SDIS et la Fédération autonome) annoncent 2 300 ou 2 400 lauréats qui seraient en attente d’un poste, sans préciser comment ils ont réussi à calculer ce chiffre. Au ministère de l’Intérieur, la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC) reconnaît ne pas avoir le nombre de lauréats au concours des non officier et bien sûr encore moins le nombre de ceux qui cherchent toujours un poste.

Le collectif CGT SDIS a, lui, envoyé début février un courrier auprès de laDGSCGC pour obtenir ces chiffres. « Les concours sont organisés par zone et il n’y a pas de collecte des chiffres au niveau ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)