Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

Les sénateurs UMP veulent sauver les départements

Publié le 11/03/2015 • Par Emmanuel Guillemain d'Echon • dans : France

A deux semaines des départementales, les sénateurs UMP annoncent leur intention de revenir à la charge en seconde lecture de la loi NOTRe. Au menu : transports scolaires, schémas prescriptifs et élection directe des conseillers communautaires.

« Pour toutes les dernières lois de décentralisation, on est parti régionaliste et on est arrivé départementaliste ! », sourit Jean-Jacques Hyest (Seine-et-Marne), rapporteur de la loi NOTRe. Forts du soutien de l’Assemblée nationale sur le transfert des routes et des collèges aux régions, annulé contre l’avis du gouvernement, les sénateurs UMP espèrent bien réitérer le coup de 2004 : les lois Raffarin, au lieu de les dévitaliser, avaient attribué finalement plus de compétences aux départements.

Contre le « jacobinisme régional »

Il s’agira pour eux, lors de la deuxième lecture du projet de loi NOTRe, de récupérer également les ports et les transports scolaires – l’occasion à ce sujet de souligner « l’incohérence » du projet de loi, qui « confie les transports scolaires aux régions et laisse les transports scolaires pour les handicapés au département », pointe Bruno Retailleau (Vendée), président du groupe UMP au Sénat. Comme le député Hervé Gaymard, ce dernier fustige le « jacobinisme régional » consistant à « recentraliser » dans des « super-régions » les compétences des départements, et à introduire des schémas prescriptifs en termes de développement économique et d’aménagement du territoire. « Les schémas prescriptifs, définis dans des capitales régionales, toucheront jusqu’aux plans locaux d’urbanisme, cela dépasse l’entendement », estime Bruno Retailleau. Pour les sénateurs UMP, le projet de loi NOTRe ne contient même aucune mesure de décentralisation, le gouvernement ayant refusé de donner aux régions le contrôle de la politique de l’emploi – une revendication des régions elles-mêmes, introduite au Sénat, rejetée par les députés et que les sénateurs de droite comptent réintroduire en deuxième lecture, au printemps.

D’ici là, il y aura… les élections départementales, qui pourraient faire un « petit choc » au gouvernement, selon Bruno Retailleau : « Les gens ne savent pas dans quel canton ils sont, si les départements seront finalement supprimés ou pas… Valls parle de façon véhémente des risques de l’abstention, alors qu’il crée en même temps les conditions d’une abstention record ! »

Menaces sur les communes et la ruralité

Pour continuer à exister, les sénateurs auront toutefois fort à faire, car tout ce qui fait leur assise est remis en cause simultanément. Après le « charcutage électoral » des cantons qui devrait aboutir à une moindre représentation des élus ruraux, les compétences des départements ne sont pas seules à être menacées : il est aussi question des communes, et même du Sénat puisque les députés ont ressuscité le Haut conseil des territoires, introduit lors des débats sur la loi Maptam avant d’en être retiré sous la pression, déjà, des sénateurs. « C’est un machin de plus alors que le Sénat existe ! », râle Bruno Retailleau. Les sénateurs de droite dénoncent également « l’introduction subreptice par voie d’amendement » d’une mesure visant à élire les conseillers communautaires au suffrage universel direct. « Ça, c’est la mort des communes ! Et c’est ressenti très fortement par la ruralité », s’insurge Philippe Bas (Manche), président de la commission des lois.

Le retour du conseiller territorial

La défense de la ruralité est le moteur essentiel des sénateurs UMP, alors que les poids lourds du parti comme François Fillon, Alain Juppé ou Valérie Pécresse affichent pour la plupart leur volonté de supprimer les conseils départementaux. « Quelques personnalités » isolées, « une minorité » pour eux, car comme veut le croire Philippe Bas, Nicolas Sarkozy « ne s’est jamais prononcé pour la disparition des départements ». Pourtant, en septembre dernier, le président de l’UMP avait annoncé sans ambages qu’en cas de retour aux affaires, il demanderait aux Français « de trancher la question de deux niveaux d’administration en toute clarté »…

Les sénateurs préfèrent revenir à sa réforme du conseiller territorial, abrogée en 2012 par la majorité socialiste, qui permettait la fusion des élus sans passer par celles des assemblées. « Cela permettrait que les élus régionaux soient enfin territorialisés », estime Philippe Bas.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les sénateurs UMP veulent sauver les départements

Votre e-mail ne sera pas publié

CASUFFIT

12/03/2015 05h09

Je ne comprends plus rien. On veut mutualiser les services à tous les niveaux pour réaliser des économies et les sénateurs UMP veulent conserver les départements ? Si on fait un sondage je suis sûr que ceux qui sont pour le maintien des départements sont aussi Présidents de conseils généraux ! En effet perdre le pouvoir de cette présidence est pour eux dramatique car moins d’argent mais aussi enlever du pouvoir à un politique c’est frustrant ! Et après on nous parle d’économie à toute les échelles.
Menaces sur les communes et la ruralité ? Il y a bien longtemps que le monde rural est loin des yeux des conseillers généraux et du conseil général. Ils pensent à leur territoires juste au moment des élections avec des bilans élogieux et quand on regarde l’assiduité aux commissions et au Conseil général là ça fait peur….à moins qu’ils ne soient dans la campagne à la rencontre des français ruraux.
C’est triste à dire mais comment voulez vous être pris au sérieux quand on voit tout cela ? Pourquoi vouloir autant résister à cette suppression si l’intérêt personnel et les égaux ne sont pas servis ?
Mesdames et Messieurs les Sénateurs et aussi Présidents des conseils généraux pensez-vous à vos concitoyens qui paient des impôts? Êtes vous sincères quand vous expliquez qu’ils faut mutualiser tous les services (sauf le votre !) pour faire des économies? Ah j’oubliais vous êtes des indispensables !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X