Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budgets 2015

Les politiques volontaristes des départements menacées

Publié le 11/03/2015 • Par Frédéric Ville • dans : A la Une finances, Actu experts finances

Fotolia_50183504_S
Fotolia
La baisse des dotations de l’Etat et le niveau élevé des dépenses sociales sont au cœur des préoccupations des conseils généraux. D’autant que les nouvelles recettes risquent de ne pas être suffisantes pour maintenir l’investissement. Seul levier restant : la section de fonctionnement.

Cet article fait partie du dossier

Budgets primitifs 2015 : l'heure des choix a sonné
EN PARTENARIAT AVEC sponsor du dossier Les politiques volontaristes des départements menacées

Certains départements adopteront leur budget primitif en avril – du fait des élections à la fin du mois -, d’autres l’ont déjà fait. Des choix différents, pour des préoccupations toutefois identiques. Le premier écueil auquel se heurtent les conseils généraux est la baisse des dotations d’Etat de 1,145 milliard d’euros en 2015. Deuxième obstacle : les dépenses sociales totales nettes en 2014 représentent 54 % des dépenses totales des départements(1).

Certes, elles marquent le pas (-0,9 % en 2014, après +3,2 % en 2013), mais le RSA s’envole (+10 % en 2014). Un groupe de travail lancé par le gouvernement devrait prochainement se pencher sur un retour, douze ans après, du RSA à l’Etat. Baptiste Maurin, directeur de cabinet adjoint à l’Assemblée des départements de France (ADF), rappelle que les compensations de l’Etat ne prennent pas en compte l’augmentation du RSA : « Cela représente, chaque année, 4,8 à 6,2 milliards d’euros non compensés, soit 48 milliards en dix ans (selon une ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Cet article fait partie du Dossier

Budgets primitifs 2015 : l'heure des choix a sonné

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les politiques volontaristes des départements menacées

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X