En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

Fonction publique

Négociation sur les salaires : ce que Marylise Lebranchu pourrait annoncer ce mardi 10 mars

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

Euro_coins_and_banknotes © Avij Wikimedia CC

Les organisations syndicales sont dans l'attente de ce que dira Marylise Lebranchu, lors du point d'étape de la négociation sur l'avenir de la fonction publique et les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations, mardi 10 mars 2015. Lors de réunions bilatérales avec les syndicats les plus représentatifs, elle a exposé quelques mesures qui pourraient être annoncées.

 

Une réunion importante doit se tenir mardi 10 mars, entre les organisations syndicales et la ministre de la Fonction publique. Les dispositions concernant les rémunérations des fonctionnaires pourrait consister en un nouveau bornage des grades pour chaque catégorie. Ainsi, les indices terminaux seraient revalorisés d’une quinzaine ou d’une vingtaine de points en moyenne.

La contrepartie de cette première mesure pourrait être un allongement de la durée des carrières et une réforme des règles d’avancement. Le nombre de mois nécessaire pour changer d’échelon va-t-il être modifié? Voire disparaître ? Les ratios de promotion pourraient aussi être soumis à des modifications.

Quelques points en plus pour l’intégration des primes - L’intégration de certaines primes devrait en outre figurer au programme. Des chiffres ont été évoqués entre le cabinet de la ministre et certains syndicats : quatre points pour les « C », six pour les « B » et 9 pour les « A ».

Sur les carrières, la ministre pourrait annoncer la constitution à titre expérimental de cadres statutaires inter-fonctions publiques. Circulent aussi des idées d’assouplissement des règles de gestion des carrières. Les commissions administratives paritaires (CAP) pourraient se voir retirer l’examen de certaines procédures. En cas de mutation par exemple, si le fonctionnaire remplit les critères requis, il serait muté directement.
Côté Etat, les CAP pourraient être déconcentrées. « Il ne faudrait pas déconcentrer au niveau des préfets des super-régions. Les CAP nationales sont les garantes d’une égalité de traitement sur le territoire », soutient Christian Grolier, secrétaire général du syndicat FGF-FO.

Echelonnement des mesures de 2016 à 2021 - Au total, l’entrée en vigueur des mesures pourrait s’échelonner de 2016 à 2021.

Quoi qu’il en soit mardi, tous les syndicats espèrent entrer « dans le vif du sujet », après des réunions qui ont surtout consisté pour l’instant en des discussions et autres exposés de point de vue. « Nous considérons qu’il s’agit de négociations mais nous travaillons pour le moment avec le ministère de manière assez gestionnaire. La main a beaucoup été laissée aux services techniques, ce qui ne nous permet pas de voir ce que veut vraiment faire le gouvernement à propos de la fonction publique », estime Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, qui cite notamment la présentation de « lignes directrices de gestion » lors d’une réunion de février, dispositif qu’il serait difficile d’imposer aux employeurs locaux.
« Nous serons attentifs à obtenir un accord qui engage le gouvernement sur plusieurs années, même en cas de changement politique », insiste la représentante syndicale.

« Nous espérons être éclairés sur les thématiques de ces négociations. La question est : jusqu’où ira la ministre ? » résume Bruno Collignon, président de la FA-FPT.

Quels moyens pour la négociation ? - « L’espoir d’annonces concrètes est suspendu au contexte syndical particulier », estime enfin l’Unsa dans un communiqué du 9 mars. « Les bilans sont connus, les positions des uns et des autres ont été exprimées, la ministre doit confirmer mardi 10 mars qu’elle a un mandat et les moyens de la négociation. Les personnels atten­dent désor­mais des répon­ses concrètes qui puissent être traduites dans le projet de loi de finances qui va être élaboré », insiste l’organisation syndicale.

L’Unsa insiste aussi pour connaître clairement les règles de la négociation, évoquant le projet d’accord-cadre sur la qualité de vie au travail qui pourrait rester en plan pour des raisons de représentativité introduite par la loi de 2010 sur le dialogue social.

Haut de page

Cet article est en relation avec

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés EmploiFonction publiqueSalaire fonction publique

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.