En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

1

Commentaire

Réagir

Fonction publique

Marylise Lebranchu s’engage à ne pas baisser la masse salariale

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

1

Commentaire

Réagir

Lebranchu © Stéphane Gautier

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a assuré jeudi 5 mars 2015 que la masse salariale des fonctionnaires était "maîtrisée" et qu'elle n'allait pas baisser - pour l'instant - en raison "des dépenses supplémentaires" liées aux attentats de Paris en janvier. Elle a en outre annoncé le lancement d'une mission sur le temps de travail dans la fonction publique.

 

« Nous maîtrisons la masse salariale » des fonctionnaires, a affirmé la ministre sur RMC et BFMTV, précisant qu’il n’y aurait pas de baisse de « la masse salariale compte tenu des dépenses supplémentaires après les événements du mois de janvier ».

Elle a cité les mesures prises « à la demande du président de la République, du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur : police, lutte contre le terrorisme, défense – la défense devait baisser, c’est stabilisé pour l’instant compte tenu du fait qu’on a une guerre à mener contre le terrorisme (…) – et puis on a continué à augmenter les postes d’enseignants (…), parce qu’on a plus d’enfants dans les écoles ».
« Quand on nous dit supprimer, supprimer (les postes de fonctionnaires), on ne veut pas supprimer les infirmières, on ne veut pas supprimer les enseignants, ni la police, ni la gendarmerie, qui constituent les gros blocs de dépenses », a-t-elle pesté.

« Rationalisation » - Un peu plus tard durant l’interview, la ministre, interrogée sur les dépenses publiques, a cité les mutualisations des services, qui constituent, a-t-elle concédé, une « diminution des effectifs, une rationalisation des effectifs. La baisse des dotations va nous aider à être rationnels. »

Concernant la baisse du pouvoir d’achat des fonctionnaires, elle a rappelé l’ouverture des négociations sur l’avenir de la fonction publique, parlant de « meilleures carrières sur un temps plus long », de formation professionnelle, d’amélioration des parcours, de mobilité… « A un moment donné, les carrières ne seront plus suffisamment attirantes et on ne trouvera plus de fonctionnaires », a-t-elle insisté.

Mission sur le temps de travail - Interrogée sur une augmentation du temps de travail des agents, Mme Lebranchu a dit qu’elle en avait « également assez d’entendre » que les fonctionnaires « travaillent pas, travaillent moins ». La ministre a précisé qu’une mission d’observation sera lancée sur « la réalité de l’application de la réduction du temps de travail » dans la fonction publique, qui fera l’objet d’un rapport publié.
« On entend quelquefois le cas d’un maire qui accorde une demi-journée de repos supplémentaire et on imagine que des millions de fonctionnaires en bénéficient. Ce n’est pas le cas. De nombreux agents font des heures supplémentaires. On travaille autant dans la fonction publique que dans le privé. »

Mauvais signe - La ministre veut enfin voir voter le projet de loi « déontologie », présenté en juillet 2013 en conseil des ministres, qui contiendra notamment des mesures en faveur de la formation des fonctionnaires à la laïcité.
Mercredi, lors d’une rencontre avec quelques journalistes, la secrétaire générale de la FSU, Bernadette Groison, avait déploré ce retard du texte, évoquant sa « colère ». « Ne pas se battre pour un projet de loi qui ne pose pas de problème », qui « est prêt, qui conforte l’image et le fonctionnement, les valeurs de la fonction publique, qui ne coûte rien », c’est « quand même le signe que le gouvernement ne tient pas tant que ça à la fonction publique ».
« On nous dit simplement qu’on a pas le temps de le passer. Que voulez-vous qu’on entende comme message à part que la fonction publique n’intéresse pas grand monde ? » a-t-elle souligné.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Finances publiquesFonction publiqueSalaire fonction publique

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Branché 06/03/2015, 09h37

    Mme Lebrannchu a tout à fait raison en affirmant qu'à terme la fonction publique n'attirera plus de candidats en raison des faibles rémunérations.
    Juste quelques ordres de grandeur:
    - pour éviter que les premiers échelons indemnitaires de catégorie C n'entrainent des revenus inférieurs au SMIC, ils sont fréquemment rehaussés...
    - au début des années 80, le rapport entre le SMIC et le premier indice d'attaché était de l'ordre de 1,7 - 1,8; aujourd'hui il est inférieur à 1,2.

    Enfin, il me semble que dans l'en seignement tous les postes ouverts ne sont pas pourvus en raison du nombre réduit de candidats.

    Ne parlons pas des questions de revenus posées par les cadres dirigeants de l'Etat et des collectivités territoriales qui s'inquiètent de la différence excessive avec les cadres du privée exerçant des fonctions similaires.

    Vous avez raiosn Mme Lebranchu; sauf que le terme est déjà là.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.