En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

 

Réagir

Politique de la ville

Décès du sénateur PS Claude Dilain, défenseur des banlieues et de Clichy-sous-Bois

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, Actu prévention sécurité, France

0

Commentaire

Réagir

Claude Dilain © ©Alex Lebon

Le sénateur socialiste de la Seine-Saint-Denis Claude Dilain, figure de la politique en faveur des banlieues, est mort mardi 3 mars matin dans un hôpital parisien suite à un accident cardio-vasculaire. L'annonce de son décès a été confirmée par le maire de Clichy-sous-Bois Olivier Klein, commune dont il fut maire et qu'il habitait toujours.

 

Le président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, dont M. Dilain, 66 ans, était membre, a confirmé son décès suite à un accident cardio-vasculaire dans un communiqué. « La Seine-Saint-Denis perd un combattant engagé au service de ce département, un militant infatigable pour la justice et l’égalité territoriale », a déclaré le président du conseil général, Stéphane Troussel.

Claude Dilain était pédiatre, à la retraite depuis 2013. Maire de Clichy-sous-Bois de 1995 à 2011, il a été élu sénateur de Seine-Saint Denis en 2011. Défenseur inlassable  de son territoire et pourfendeur des inégalités territoriales, il s’était notamment engagé dans la défense des banlieues suite aux émeutes de 2005, déclenchées suite au décès de trois enfants poursuivis par la police à Clichy-sous-Bois. Il a d’ailleurs présidé l’Association des maires « Ville et Banlieue ».

Il s’est aussi illustré dans la lutte contre les copropriétés dégradées, très présentes sur le territoire de sa commune. Une première opération d’intérêt national a, d’ailleurs, récemment démarré sur le site du Chêne Pointu, emblématique. Claude Dilain avait ainsi remis à Cécile Duflot en avril 2013 un rapport sur les « copropriétés très dégradées« . Il avait été nommé le 27 mars 2014 président de l’Agence nationale de l’habitat.

« C’est une grande tristesse pour Clichy et pour l’ensemble des quartiers populaires. Il a beaucoup fait pour ces territoires oubliés et il avait encore beaucoup à faire », a déclaré son successeur à la mairie, Olivier Klein. Clichy-sous-Bois est en train d’organiser un « hommage républicain » en mémoire de son ancien maire, qui devrait se tenir « dans les jours qui viennent ».

De nombreuses personnalités politiques et associatives ont réagi à l’annonce de la disparition de cet homme sincère et engagé, éloigné des combats politiciens.

Au-delà de Twitter, le Premier ministre Manuel Valls a également fait référence au décès de Claude Dilain devant l’Assemblée nationale. « Même s’il n’avait pas siégé parmi vous, permettez-moi de rendre hommage à Claude Dilain, l’ancien maire de Clichy-sous-Bois, qui avait beaucoup travaillé sur ces questions », a déclaré le Premier ministre, qui évoquait les différentes mesures du plan pauvreté pour les années 2015-2017, qu’il devait présenter dans l’après-midi devant le Conseil national des politiques de lutte contre l’exclusion (CNLE).

« Nous avons perdu un défenseur acharné des valeurs de la République, de la proximité avec les quartiers », a pour sa part réagi auprès de l’AFP le ministre de la Ville, Patrick Kanner, pour qui Claude Dilain était « un grand bonhomme ». « Quand on est pertinent, on est modeste. Il était modeste », a-t-il ajouté. Dans un communiqué de presse envoyé plus tôt, Patrick Kanner rappelait que « son combat pour la justice sociale et la défense des territoires relégués est plus que jamais d’actualité. »

Myriam El-Khomri, secrétaire d’État chargée de la politique de la Ville, a elle estimé que Claude Dilain « aura été l’un des plus fervents défenseurs de la cause des quartiers populaires, et une grande figure de la politique de la ville ». « Que ce soit en tant que maire d’une ville qui l’avait vu naître, et à laquelle il était profondément attaché, en tant que sénateur de Seine-Saint-Denis ou en tant que président de l’association « Ville et Banlieue », il n’aura cessé de combattre pour que les habitants des quartiers populaires « deviennent des citoyens à part entière et pas entièrement à part », selon une expression qui lui était chère », a-t-elle ajouté.

La classe politique rend hommage à Claude Dilain

  •  Christiane Taubira, ministre de la Justice: « Plus qu’un élu de terrain, Claude Dilain était un porte-parole infatigable de la dignité de ces quartiers, parfois oubliés de la République (…). Il savait plus que tout autre que la concentration de pauvreté, d’exclusions, de relégations, est mère de tous les dangers. En 2010, alors que la réalité quotidienne des quartiers populaires n’avait pas beaucoup changé, il avait dit sa « honte » d’être le représentant d’une République impuissante, qui ne tient pas sa promesse. » (communiqué)
  • Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, « fait part de sa grande tristesse suite à la disparition de Claude Dilain. Infatigable militant du vivre ensemble, Claude Dilain aura inlassablement lutté pour le développement des quartiers populaires. Claude Dilain avait la justice et l’égalité au coeur. Il était un élu particulièrement apprécié de ses pairs, comme des habitants de Clichy et de la Seine-Saint-Denis. Bernard Cazeneuve salue la mémoire d’un grand républicain, qui portait haut les valeurs de respect et de tolérance. » (communiqué)
  • Claude Bartolone, président PS de l’Assemblée nationale: « Claude Dilain aura consacré sa vie aux autres (…) Son combat acharné pour la banlieue le mènera à jouer un rôle essentiel de porte-parole des quartiers populaires pendant les émeutes urbaines de 2005. Claude Dilain n’aura jamais baissé les bras. En tant que maire, il aura su sortir Clichy-Sous-Bois de la situation de surendettement dans laquelle il l’avait trouvée en 1995 et lui aura tracé un avenir (…) Toujours aux côtés des plus humbles, son combat était avant tout celui du vivre ensemble. » (communiqué)
  • Gérard Larcher, président UMP du Sénat : « Je souhaite exprimer notre sympathie et notre profonde compassion à sa famille, à ses proches et au groupe socialiste, que je sais très affecté par sa disparition », a-t-il annoncé, précisant qu’il prononcerait son hommage funèbre « ultérieurement ». « Je tiens d’ores et déjà à saluer sa mémoire et à faire part de l’émotion du Sénat. Nous nous rappelons tous sa passion et son engagement. »
  • Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement: « Hommage à Claude Dilain, un élu courageux, grand défenseur de l’égalité et de la réconciliation des territoires de la République. » (tweet)
  • Harlem Désir, secrétaire d’Etat aux affaires européennes: « Immense tristesse la disparition de Claude Dilain, inlassable militant de la cause des banlieues, grand élu de terrain, généreux et passionné. La Seine-Saint-Denis perd un défenseur inlassable, la République un grand élu et moi un ami. Pensées à sa famille, ses amis et ses proches. » (tweets)
  • François Rebsamen, ministre du Travail: « Sénateur assidu de Seine-Saint-Denis, j’ai apprécié ses compétences, son dévouement et sa loyauté lorsque je présidais le groupe des sénateurs socialistes. (…) Lors des violences urbaines de 2005, il avait joué un rôle modérateur fondamental dans le dénouement de la crise. » (communiqué)
  • Didier Guillaume, président du groupe PS du Sénat: « Apprécié de tous au groupe socialiste pour sa gentillesse et son engagement, sa disparition brutale nous cause un profond chagrin. Claude Dilain était un élu, comme maire puis sénateur, humain, à l’écoute et travailleur. Il portait haut les valeurs d’égalité et de solidarité (…) ». Comme sénateur, « il aura contribué à faire adopter les lois sur le logement et la politique de la ville, en apportant sa très grande expertise issue de son expérience de maire » (communiqué)
  • François Lamy, député PS et ancien ministre délégué chargé de la Ville: « Beaucoup de peine et de tristesse à l’annonce du décès de Claude Dilain, grand défenseur des citoyens de nos quartiers populaires ». (tweet)
  • Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée et député de Seine-Saint-Denis: « c’était un ami et un élu particulièrement impliqué dans la relation entre nos concitoyens, dans l’amélioration de leur qualité de vie. Il a été confronté à des problèmes urbains majeurs qui ont ensuite déterminé tout son engagement politique (…) C’est une perte pour la politique de la ville dans notre pays, dont il était l’un des principaiux penseurs » (devant la presse)
  • Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis) : « Tristesse et pensée émue pour mon collègue Claude Dilain avec qui je partageais beaucoup de choses notamment sur nos banlieues discriminées. » (tweet)
  • Elisabeth Guigou, députée PS de Seine-Saint-Denis : « Son engagement constant au côté des plus faibles, de ceux qui vivent +dans des conditions indignes de la République+, était pour nous un exemple. » (communiqué)
  • Benoist Apparu, député UMP de la Marne : « Très touché par le décès de Claude Dilain. Pas toujours en phase avec lui mais un défenseur acharné de la cause logement » (tweet)
  • Les députés écologistes: « Forte émotion à l’ouverture de la réunion du groupe à l’annonce du décès du sénateur Claude Dilain ex-maire de Clichy sous Bois ». (tweet)
  • Daniel Goldberg, député PS de Seine-Saint-Denis, citant une phrase de Claude Dilain: « Rien ne sera possible si la République n’exprime pas sa volonté au-delà des mots. » Claude Dilain – janvier 2015 (tweet)
  • Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Île-de-France : « Tristesse pour Claude Dilain, ex-maire de #ClichySousBois, engagé avec l’ @iledefrance pour le logement / les transports dans les quartiers ». (tweet)
  • Anne Hidalgo, maire PS de Paris: « Homme d’écoute et homme de parole, il n’a cessé de se battre (…) pour redonner à +la banlieue+ la place, la confiance et les moyens qu’elle mérite (…) Sa passion et sa lucidité manqueront à la métropole du Grand Paris dans la construction de laquelle il s’est tant investi. » (communiqué)
  • Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS: « Porte-parole et défenseur d’une politique de la ville ambitieuse, luttant contre une ghettoïsation qu’il n’a pas cessé de dénoncer, Claude Dilain faisait honneur à la République et à sa devise. Elle perd aujourd’hui l’un de ses plus valeureux défenseurs. » (communiqué)
  • Parti radical de gauche: « Inlassable défenseur des banlieues et des plus modestes, exemple de la méritocratie française, ce pédiatre, fils d’ouvrier et grand serviteur de l’Etat, laissera le souvenir d’un homme engagé à chaque instant pour la promotion des valeurs républicaines et la défense des plus démunis. » (communiqué).

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Politique de la ville

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.