En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

1

Commentaire

Réagir

Réforme de l'Etat

Le philosophe Marcel Gauchet parie sur un prochain regain des États

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France, Toute l'actu RH

1

Commentaire

Réagir

Marcel Gauchet © MAX PPP

Invité à un séminaire organisé conjointement par les services de Matignon et de Bercy ce jeudi 26 février pour défricher « les futurs de l’action publique », Marcel Gauchet a redonné de l’espoir à la centaine de fonctionnaires et universitaires présents. Après quarante ans de réformes néolibérales, le directeur d’études à l’EHESS a prédit un retour en force du politique permettant à des Etats gérés efficacement de renaître de leurs cendres.

 

« Malheureusement, nous avons remplacé un modèle simpliste par un autre encore plus simpliste. Il est grand temps que l’Etat affronte, enfin, la complexité ! » Chargé d’introduire la deuxième saison d’un séminaire critique, ambitionnant de dessiner sur plusieurs semaines les futurs de l’action publique, le philosophe et historien Marcel Gauchet n’a pas mâché ses mots.

Le scénario –  écrit par l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE) et le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP) – lui laissa carte blanche, ce jeudi 26 février. Au plus grand plaisir de la centaine de personnes, aux profils et compétences variées, venues l’écouter au centre de conférences Pierre Mendès-France de Bercy, en face de l’hôtel des ministres.

Dans le prolongement des Rencontres internationales de la gestion publique 2014, où fonctionnaires – issus tant des administrations de l’État que des collectivités territoriales – et chercheurs réinterrogeaient ensemble la modernisation du secteur public et la notion controversée de New Public Management, le contraste entre la radicalité des propos échangés et l’orthodoxie du lieu accueillant ce séminaire était saisissant.

En préalable, ce directeur d’études à l’EHESS, qui s’est récemment penché sur les écueils de la décentralisation dans un entretien avec la Gazette, est tout d’abord remonté quelques décennies en arrière pour évoquer « le grand impensé » des gouvernements libéraux. Un paradoxe entre la pensée et sa concrétisation formelle, sur le terrain, qui caractérise, selon lui, « l’âge naïf du commandement politique. »

Paradoxe du libéralisme politique

« Le libéralisme s’est généralisé au début du 20ème siècle, en promouvant moins d’Etat dans les discours théoriques. Objectif : réaliser des économies. Dans la pratique, pourtant, s’est développé un appareil d’Etat de plus en plus conséquent, en raison de l’instauration du suffrage universel qui multiplie la fabrication de lois pour répondre à la demande sociale croissante et la complexité de nos sociétés » observe, sourire aux lèvres, Marcel Gauchet.

« Durant de longues années, cette contradiction ne souffrira d’aucunes contestations : l’Etat social ou l’Etat-providence, l’Etat régulateur ainsi que l’Etat d’anticipation et de prospective (dit « l’Etat stratège ») sont sacralisés après 1945, et font plus qu’accompagner les Trente glorieuses. Passant pour un modèle de la rationalité organisationnelle protégeant de l’anarchie capitaliste, l’État représente bel et bien, à cette époque, l’instance du futur », rappelle-t-il.

Quarante ans de critiques

« Cet âge d’or des États durera… jusqu’aux chocs pétroliers de 1973 et 1979, au développement de la mondialisation et à la financiarisation du capitalisme. La critique de leur poids pachydermique, de leur inefficacité, de leur autonomisation du pouvoir politique, et de l’absence d’évaluation des politiques publiques va alors trouver sa pleine actualité » détaille-t-il, dans un cours magistral, mêlant histoire, théorie économique, science politique et droit public.

Le rapport de forces entre secteurs public et privé s’inverse en quelques années seulement dans les pays anglo-saxons, et s’étale sur plusieurs décennies en ce qui concerne la France. Dans l’ensemble du monde occidental, bien que le phénomène soit plus ou moins vigoureux selon les pays, l’inflexion néolibérale met alors les réformes des États des démocraties libérales à l’ordre du jour.

Aligner le public sur la rationalité des entreprises

D’où l’essor du New Public Management (NPM), à partir du début des années 1980 et qui se poursuit encore aujourd’hui dans l’Etat local et certaines collectivités territoriales. Cette idéologie managériale se traduit par l’apparition au sein des administrations publiques de nouveaux outils et modes de gestion directement inspirés de la rationalité des entreprises, faisant fi de la complexité sociale, politique, économique ou encore territoriale inhérente à l’action publique.

Au niveau national, la réforme des Etats et leur modernisation demeure encore aujourd’hui un objectif d’actualité. Pourtant, faute d’évaluation, l’efficacité du NPM n’a jamais été réellement démontrée, et ce malgré l’assurance affichée par ses promoteurs. C’est l’un des principaux messages que souhaitent faire passer les deux docteurs à l’initiative de ce séminaire articulant savoirs et pouvoirs… embauchés par Matignon et les ministères économiques et financiers.

Bureaucratie publique et bureaucratie néolibérale

« La critique de la bureaucratie a fait naître le New Public Management, qui, à son tour, a paradoxalement contribué à créer de nouvelles formes de bureaucratie. En remplaçant la planification et la prospective par le benchmark, l’Etat moderne uniformise les pratiques des acteurs publics, bride l’innovation et re-bureaucratise l’action publique » analyse Fabien Gélédan, co-organisateur de cette journée de formation avec Nicolas Matyjasik.

« L’obsession des programmes néolibéraux à réformer l’instrument a produit un aveuglément sur le rôle joué par l’Etat. La démagogie et la paresse intellectuelle ont régné en maître, sans résultats : les promoteurs du NPM et d’une vision économiciste de l’action publique sont parvenus à transformer une grande majorité de citoyens en consommateurs des politiques publiques, mais en consommateurs mécontents d’avoir été dépossédés de leur citoyenneté ! En raison de l’explosion des demandes et des besoins sociaux, la fonctionnalité des États a effectivement augmenté : les votes populistes en Angleterre traduisent un regain inédit de plus d’Etat » décrypte Marcel Gauchet.

L’Etat appelé à renaître de ses cendres

L’auteur de « L’avènement de la démocratie », qui est également rédacteur en chef de la revue « Le débat », estime que « nous sommes passés d’un âge naïf du commandement politique à un âge tout aussi naïf de la réforme au nom de l’efficacité économique. L’Etat super-structure a été transformé en Etat infra-structure ! Il serait peut-être temps de passer à l’âge réfléchi du commandement politique se souciant de l’efficacité économique de l’organisation politique.»

« Ne serait-ce que parce que la société civile s’est autonomisée, individualisée et ne peut plus aujourd’hui être gouvernée pareillement qu’il y a quarante ans, l’État ne représente plus aujourd’hui l’instance du futur tel que ça a pu être le cas par le passé. Cela dit, il demeure et doit être bien davantage encore qu’aujourd’hui l’instrument de définition d’un avenir collectif » appelle de ses vœux Marcel Gauchet. Aucun élu ni ministre n’étaient présent au centre de conférences.

Références

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

REP Emballages : le cahier des charges pour la prochaine période est enfin paru

Le cahier des charges d’agrément de la filière des emballages ménagers pour la période 2018-2022 vient d’être publié. Si les préparations de réagréments des éco-organismes dédiés ont, par le passé, toujours été très animées, celle-ci remporte la ...

Quels délais pour la facturation électronique entre administrations ?

Passée relativement inaperçue, l'ordonnance du 26 juin 2014 prévoyait qu'au 1er janvier 2017, les collectivités de toutes tailles devaient émettre toutes leurs factures à destination d'autres collectivités, de l'Etat ou d'autres personnes publiques sous un ...

Mesures de sécurité dans les écoles : bilan et éclairage juridique

Au cours de l’été, de nouvelles consignes avaient émané du ministère de l’Education nationale afin de compléter les dispositions mises en place après les attentats de novembre 2015. Trois mois plus tard, des interrogations demeurent toujours à propos de la ...

Compte personnel de formation : le gouvernement consent des ajustements au CCFP

Le Conseil commun de la fonction publique a voté en faveur du projet d'ordonnance créant le compte personnel d'activité - et donc le compte personnel de formation - avec 14 voix "pour" des organisations syndicales (CFDT, Unsa, FSU, CFTC, CFE-CGC et FA-FP), 8 voix ...

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. interco 05/03/2015, 09h54

    C'est beau comme l'antique, mais les comptables étriqués des politiques publiques n'ont jamais été sensibles à la philosophie et Mr GAUCHET telle Cassandre, a été entendu mais ne sera pas écouté pour autant.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.