Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

[Opinion] Fonction publique

La fusion ENA-Inet, gage de nouveaux profils

Publié le 02/03/2015 • Par Auteur associé • dans : Actu Emploi, France, Opinions, Toute l'actu RH

Valéry Molet

Valéry Molet

directeur général des services de la Seine-Saint-Denis

Les termes du débat sur l’opportunité d’une fusion ENA-Inet, sur lesquels j’ai déjà pu m’exprimer dans ces colonnes, se résument souvent à l’explicitation de différences entre administrateurs territoriaux et civils ou entre fonction publique territoriale et fonction publique d’État. Toutefois, engager de la sorte ce débat revient à ignorer la question qui traverse aujourd’hui les écoles supérieures, et peut-être l’école en général, à savoir la valorisation de profils diversifiés.

Alors que les rapports des jurys déplorent, comme s’ils étaient impuissants, le conformisme des candidats, les études sociologiques sur le profil des administrateurs pointent la surreprésentation des cadres et des professions intellectuelles supérieures chez les parents des lauréats. Ces remarques ne débouchent jamais sur une question essentielle : à quelles conditions ces écoles peuvent-elles déjouer les constats qu’elles décrient, en cherchant à recruter des « profils » plutôt que des administrateurs déjà nés ?

L’une des solutions possibles, qui va plus loin que le rapport sur l’encadrement supérieur et dirigeant de l’État(1) mais répond au besoin d’élargir le vivier de candidats, implique de fusionner ces deux écoles. Pour les externes, étudiants qui sortent souvent des IEP, la fusion s’impose : même calendrier, mêmes élèves, mêmes épreuves, pourquoi distinguer les lauréats ?

Pour les internes, titulaires et contractuels, ou pour les troisièmes concours, l’organisation d’un examen professionnel devrait permettre à des recruteurs de distinguer des profils remarquables, riches d’expériences diverses. Ce « cursus honorum » de l’encadrement supérieur pourrait ainsi offrir à une méritocratie qui s’est essoufflée l’inspiration qui lui manque.

Les enjeux qui traverseront la fonction publique de demain ne trouveront de réponse que dans la mise en avant d’administrateurs ouverts, polyvalents et mobiles. La séparation des deux écoles, fondée sur une différenciation artificielle des métiers et des parcours, conduit à favoriser ces formes de corporatisme que nous dénonçons tous. Gageons que la fusion des deux écoles permette de faire émerger de nouveaux profils, plus à même de relever les défis qui nous mobiliseront, nous, administrateurs.

Notes

Note 01 Inspection générale de l’administration, septembre 2014. Retour au texte

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La fusion ENA-Inet, gage de nouveaux profils

Votre e-mail ne sera pas publié

Pierrick Hamon

03/03/2015 08h09

Fusionner ENA et INET ? Pourquoi pas en effet, mais alors il faut aller au bout du raisonnement et fusionner les deux (voire les trois ?) Fonctions Publiques, comme l’avait envisagé un temps la Ministre Marylise Lebranchu. Cela permettrait, notamment, de lever les obstacles à la mobilité qui sont un handicap majeur pour la modernisation de nos administrations territoriales, centrales, européennes et internationales…

Thomas

04/03/2015 09h41

Cette démonstration est un peu trop rapide pour moi… Je ne saisis pas bien comment et pourquoi le fait de fusionner l’ena et l’inet permettrait, en soi, de résoudre le problème (bien réel) de reproduction sociale constaté dans les recrutement de chacune de ces 2 écoles ?

bazane

04/03/2015 03h33

Ne serait il pas plus pertinent de supprimer purement et simplement les 2. Pourquoi maintenir les avantages du fonctionnariat aux cadres supérieurs du secteur public ?
Les cas de pantouflage se multiplient ainsi que les allers retours entre les sphères publique et privée. Dés lors pourquoi ne pas recruter des managers privés soumis au code du travail sur la base de leur compétence démontrée et non plus des fonctionnaires sur la base de leurs connaissance académiques.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X