Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Armement

De nombreuses communes ont décidé de renforcer leur police municipale après les attentats

Publié le 23/02/2015 • Par Emilie Lopes • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

arme police municipale
B.Holsnyder
Plus d’un mois après les attaques des 7, 8 et 9 janvier et particulièrement de l’assassinat de Clarissa Jean-Philippe, les policiers municipaux ne cessent de demander des renforts et une meilleure protection. Pressées par les syndicats, beaucoup de villes ont revu leur choix et opté pour un armement. Si certaines grandes agglomérations réfléchissent encore, d’autres communes, plus petites et souvent classées à droite, ont sauté le pas. Tour d’horizon.

«Nous sommes des cibles»… Plus d’un mois après le drame de Montrouge, qui a coûté la vie à une de leur collègue, nombre de policiers municipaux attendent des réponses concrètes de la part de leur maire. Si l’État s’est engagé à mettre à la disposition des collectivités plus de 4 000 revolvers et les aider à financer l’achat de 8 000 gilets pare-balles, les mairies, elles, tentent de répondre aux attentes grandissantes de leurs agents.

Comme le confiait le président de l’AMF, François Baroin, dans un entretien accordée au Club Prévention-Sécurité de la Gazette, «la pression qui a fait suite aux attentats de janvier a été telle que la plupart des communes non armées sont en train de revoir leur choix».

Hésitation des grandes agglomérations - Parfait exemple de ce basculement, Marseille (Bouches-du-Rhône) dont le maire Jean-Claude Gaudin, UMP, a longtemps été opposé à l’armement. Aujourd’hui, il réclame une aide de l’Etat afin d’armer sa police municipale. «En l’espace de trois ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

De nombreuses communes ont décidé de renforcer leur police municipale après les attentats

Votre e-mail ne sera pas publié

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X