Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Club RH – Paris – 3 février

« Il faut innover, ne pas être uniquement dans la reproduction » – Stéphane Auzilleau (Ile-de-France)

Publié le 17/02/2015 • Par Maud Parnaudeau • dans : compte rendu des dernières rencontres du club RH

Stéphane Auzilleau, directeur délégué au personnel et aux ressources humaines du conseil régional d’Ile-de-France, insiste, lors du Club RH du 3 février, sur la nécessité d’avoir une stratégie qui fasse sens, et puisse être mise en œuvre en innovant, avec l’appui de l’ensemble des agents.

Comment aborder la mise en œuvre de la réforme territoriale aujourd’hui, alors même que ses contours restent imprécis ?

Il faut l’appréhender avec une vision stratégique et de long terme. L’action de la collectivité, et donc des agents, doit être sous-tendue par un projet qui donne du sens et des lignes directrices. C’est ce projet qui va guider ensuite l’ensemble de l’action. C’est essentiel car « celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de les atteindre », comme le disait Sun Tzu, l’auteur de l’Art de la Guerre. Ce projet doit, mais ne peut uniquement, reposer sur une vision stratégique. Il y a une nécessité et une urgence à mobiliser et à agir au plus près du terrain et des agents. Ce nécessaire partage est l’un des éléments qui plaide pour une plus grande territorialisation de l’action. Cette territorialité a déjà démontré son efficacité, à travers notamment la compétence de l’aide sociale par les conseils généraux, avec les maisons départementales en front office et les services support au siège en back office.

Elaborer un projet qui donne du sens et des lignes directrices

Il faut aussi se donner les moyens pour que ce projet soit durable. Un chef d’entreprise d’une PME d’une cinquantaine de personnes me disait récemment que son unique objectif en matière de formation était de faire en sorte que ses employés puissent tous retrouver du travail en cas de faillite de son entreprise le lendemain. Cela devrait faire réfléchir nos collectivités confrontées aux chantiers colossaux du maintien dans l’emploi et de l’employabilité.

Les mutualisations peuvent nous aider dans ces domaines car ce mode de gestion peut être un puissant outil de développement de compétences. J’en veux pour preuve l’initiative menée au sein du conseil régional d’Aquitaine où des « équipes locales informatique et bureautique » ont été constituées pour intervenir de manière transversale. Le brassage des savoir-faire a permis une montée en compétences extrêmement rapide des agents.

Les mutualisations, un mode de gestion qui peut être un puissant outil de développement de compétences

Ces préconisations sont-elles transposables à toutes les collectivités ?

Non. Il faut innover, ne pas être uniquement dans la reproduction. Pour cela, il faut accepter l’erreur, ne pas se laisser arrêter par les premiers obstacles, souvent de forme plus que de fond, ne pas brider les idées ou trop contraindre les réflexions. Il nous faut aussi davantage investir les espaces de liberté, estimer que ce qui n’est pas écrit peut être pris comme un espace de liberté, et non comme un lieu interdit. Nous pourrons alors produire de l’innovation, basée sur un dialogue social rénové.

Qu’entendez-vous par « dialogue social rénové » ?

Il s’agit de construire la confiance à tous les étages de l’organisation en définissant avec les organisations syndicales ce qui est important pour demain, et de le faire partager par tous. Tout en sachant que les présupposés d’hier ne pourront plus avoir cours demain. C’est le cas par exemple de la logique d’alignement systématique par le haut en tous points lors des fusions de structures publiques : les régimes indemnitaires et les modalités de temps de travail ne seront pas automatiquement calqués sur les régimes les plus favorables dans le cadre du nouvel acte de la décentralisation.

Construire la confiance à tous les étages de l’organisation en définissant avec les organisations syndicales ce qui est important pour demain, et le faire partager par tous

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Il faut innover, ne pas être uniquement dans la reproduction » – Stéphane Auzilleau (Ile-de-France)

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X