Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports

LGV Paris Orléans Clermont Lyon : le choix du tracé médian fâche les élus du Centre

Publié le 11/02/2015 • Par Christine Berkovicius • dans : Régions

Orléans et la région menacent d'attaquer la décision, qui écarte la desserte directe des grandes villes du Centre. Un choix jugé contradictoire avec les objectifs d'aménagement du territoire.

La future ligne à grande vitesse Paris Orléans Clermont Lyon est loin d’être sur les rails, mais on en connaît maintenant le tracé. Deux propositions étaient sur la table pour doubler la ligne actuelle entre Paris et Lyon à l’horizon 2030 ou 2040 : un scénario « ouest », qui passait à proximité d’Orléans et Bourges avant de rejoindre le tronc commun à Nevers et un scénario « médian », qui traversait la région Centre bien plus à l’est, aux environs de Gien, en évitant les grandes agglomérations. C’est finalement cette dernière option qui a été retenue à l’issue du récent comité de pilotage présidé par Michel Fuzeau, préfet d’Auvergne et coordinateur du projet.

« Le dossier est totalement biaisé »

Une décision qui a aussitôt suscité la colère d’une bonne partie des élus de la région Centre, toutes couleurs politiques confondues. « Le dossier est totalement biaisé. Ce tracé ne respecte pas les objectifs d’aménagement du territoire qui avaient été annoncés, et notamment la desserte d’Orléans par la ligne », s’insurge le député-maire UMP de la ville Serge Grouard, à l’origine de l’inscription de cet axe dans la loi de programmation du Grenelle de l’Environnement.

Or le préfet dit tout le contraire. S’appuyant sur le bilan de la phase d’études réalisée par SNCF Réseau (ex RFF) depuis deux ans, il observe que « les deux scénarii offrent des fonctionnalités proches en terme d’aménagement du territoire et de qualité des dessertes » mais juge le médian « plus performant » sur les autres points. SNCF Réseau a notamment calculé que ce tracé, plus court de 70 km, permettait un gain de 10 minutes par rapport à l’itinéraire actuel, alors que le scénario ouest offre un temps de parcours identique. En outre, le gain de voyageurs est supérieur dans l’hypothèse du médian, avec 6,7 millions d’usagers supplémentaires contre 5,8, grâce à l’apport de voyageurs venus du sud-est.

Il est également plus satisfaisant au plan environnemental, puisqu’il n’éventre pas la Sologne, classée Natura 2000.

Quant au coût, il est identique dans les deux cas – de l’ordre de 12,9 milliards d’euros. Mais comme le scénario médian attirerait davantage de voyageurs, la part d’autofinancement serait supérieure et le besoin de financement public diminué d’autant.

Revirement de la région Auvergne

SNCF Réseau a obtenu le revirement de la région Auvergne, ou de villes comme Nevers, pour lesquelles le choix de l’une ou l’autre variante ne change strictement rien à leur desserte. En revanche en région Centre, où seul le département du Loir-et-Cher penchait pour le tracé médian afin de préserver la Sologne, on conteste les calculs de modélisation des experts de l’ex-RFF. Selon le maire d’Orléans, ils pénalisent notamment les passages de la ligne à proximité des aires urbaines, d’où les résultats obtenus. Les calculs de fréquentation sont également critiqués.

Les collectivités assurent donc qu’elles ne mettront pas un centime dans le projet. La région, elle, a déjà refusé de financer les compléments d’études que l’Etat voulait inscrire au contrat de plan. Et comme ses collègues hostiles au projet, son président PS François Bonneau menace d’une action devant les tribunaux. Le dossier serait déjà à l’étude, mais il ne pourra être déposé qu’une fois le tracé définitivement validé par le gouvernement, sans doute après les élections départementales.

 

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

LGV Paris Orléans Clermont Lyon : le choix du tracé médian fâche les élus du Centre

Votre e-mail ne sera pas publié

Cadoudal

12/02/2015 10h09

RFF a outrepassé son rôle et divisé les territoires en voulant arracher à toute force la décision du scénario médian.
Croyant contourner de possibles difficultés d’un passage en Sologne RFF va en découvrir d’autres auxquelles elle n’a pas voulu prêter attention.
Préserver le terrain de jeu des écolos et des chasseurs c’est bien, écouter les attentes de toute une Région c’est mieux. L’octroi va lui coûter très très cher. Alors adieu Berthe ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X