Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Endettement

Emprunts obligataires : comment gérer le remboursement in fine ?

Publié le 12/02/2015 • Par Claire Chevrier • dans : Actu experts finances

Fotolia_52454146_XS
Fotolia
Les collectivités qui ont recours aux émissions obligataires doivent s'organiser pour être en mesure de rembourser l'intégralité du capital le jour où l'emprunt se termine. Elles s'organisent pour éviter les ruptures de trésorerie ou les déséquilibres budgétaires.

Le marché obligataire offre des conditions très attractives aux collectivités. La région Bretagne, pour son emprunt inaugural fin 2014, a levé 70 millions d’euros, avec des taux allant de 1,49 % (sur dix ans) à 2,34 % (sur 22 ans).
« La réduction des intérêts financiers par rapport aux emprunts bancaires classiques a été évaluée entre 4,1 et 4,5 millions d’euros. Si les conditions du marché restent sensiblement les mêmes d’ici 2017, 320 millions d’euros empruntés via le marché obligataire pourraient donc permettre à la région Bretagne de réduire la somme de ses intérêts financiers de plus de 20 millions d’euros », estime Christian Guyonvarc’h, son rapporteur général du budget.

Cependant, ces conditions attractives peuvent être annulées en partie si la collectivité gère mal le remboursement in fine. Car, contrairement à un crédit bancaire, elle doit être capable d’assumer le remboursement du capital à la fin de l’emprunt. Il faut donc être ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Emprunts obligataires : comment gérer le remboursement in fine ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X