Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Débat

Vidéosurveillance : la Grande-Bretagne fait marche arrière

Publié le 11/02/2015 • Par Emilie Lopes • dans : Actu experts prévention sécurité, France

VideosuveillanceCameras_
Zigazou76 (Flickr)
En Grande-Bretagne, les coupes budgétaires dans le budget de la police entraînent une réflexion massive sur la vidéosurveillance. Certains rapports estiment même qu’elle est inefficace aujourd’hui. Une enquête de la BBC relaie ces interrogations et remet en question ce choix technologique.

La vidéosurveillance, c’est fini ? Tel est en substance le titre d’une enquête retentissante parue à la mi-janvier sur le site web de la célèbre BBC.

Dans ce pays, longtemps hissé au rang de modèle à suivre, notamment en France, pour son déploiement massif de caméras, le débat prend la forme d’une véritable remise en question. Car depuis 1994, les différents gouvernements britanniques n’ont pas cessé d’investir dans la vidéosurveillance, dénommée CCTV dans la langue de Shakespeare, convaincus qu’elle avait «un rôle majeur à jouer pour aider à détecter et réduire les crimes et condamner les criminels».

L’année suivante, un fond était lancé pour encourager les autorités locales à mettre en place des systèmes de surveillance. Dans les trois années qui suivirent, 120 millions de livres sterling étaient investis.

Vingt ans plus tard, nous dit la BBC, le Royaume-Uni fait machine arrière. Confrontées à des coupes budgétaires drastiques, de nombreuses collectivités s’interrogent sur l’efficacité de la vidéosurveillance.

Rapports - L’enquête s’appuie notamment sur un rapport indépendant commandé par le commissaire de police de Dyfed Powys, recouvrant la plus grande zone de police en Angleterre et au Pays de Galles. Selon ce rapport, la suppression des caméras dans cette zone n’a pas entraîné une hausse importante de la criminalité ou de comportement antisocial. En outre, peu de preuves attestent, toujours d’après le rapport, que les caméras dissuadent les crimes violents ou liés à ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Contenu Premium

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Vidéosurveillance : la Grande-Bretagne fait marche arrière

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

12/02/2015 08h01

Ah, les coupes budgétaires drastiques! Si on n’y était pas contraints, il faudrait les inventer… Cette crise pourrait avoir du bon?
Pour la vidéo-surveillance, je pensais qu’un nouvel avenir s’ouvrait à elle avec la mise en réseau de toutes les caméras de surveillance du Royaume pour pouvoir voir pister les terroristes musulmans?
Au niveau du terrain, je suppose que de l’autre côté de la Manche, ils font le même constat que nous: les caméras peuvent dissuader la petite délinquance (et encore) qui ne fait que se déplacer en cas de nouvelles caméras. Si en plus, il apparaît qu’il n’y a personne à l’autre bout qui surveille…
Les millions de caméras installées en France n’ont pas empêché les attentats contre Charlie… À quoi ça sert?
Il faut mieux un agent de police dans la rue que dix caméras amorphes. La présence sur le terrain, il n’y a que ça. En plus, avec un rôle de prévention, éducation, que n’ont pas cet œil de « Big Brother is Watching You »… Solution de facilité, illusoire. Onéreuse.
Le constat est simple.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X