Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

élections professionnelles 2014

Bilan des élections professionnelles : les 5 dysfonctionnements

Publié le 30/01/2015 • Par Martine Doriac • dans : A la une emploi, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Inscrit à l’agenda social, un bilan des élections professionnelles a réuni les représentants syndicaux des trois versants de la fonction publique jeudi 29 janvier 2015. Pour la territoriale, des modifications sont demandées avant les prochains scrutins liés aux mutualisations et fusions à venir.

Si la qualité du dialogue social a juste été évoquée avec l’amorce d’un calendrier sur ce thème à partir du 9 février, l’essentiel de la réunion du jeudi 29 janvier 2015 à la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) a consisté en un bilan des élections professionnelles du 4 décembre 2014 dans les trois fonctions publiques.
En présence de Marie-Anne Lévêque, directrice générale de l’administration et de la fonction publique, les organisations syndicales ont fait part de leurs constats sur l’organisation des scrutins, la communication dont ils ont fait l’objet et leur cadre juridique. Une réunion spécifique à la territoriale a été demandée à la direction générale des collectivités locales (DGCL) pour trouver des solutions, notamment réglementaires, aux problèmes soulevés.

Recours sur les désignations de délégués en CAP

Parmi les difficultés relevées le soir des élections, la répartition des sièges par groupe hiérarchique dans les commissions administratives paritaires(CAP) a fait l’objet d’interprétations diverses qui suscitent des recours, alors que les organisations syndicales ont jusqu’au 4 février pour contester les résultats.

FO en a déposé une vingtaine, certaines listes n’ayant pas obtenu d’élus alors que leurs candidats estiment, sur la base de la décision 195786 du Conseil d’état du 15 octobre 1999 (vile de Dieppe) qu’ils auraient dû en avoir.

Chute de la participation : le tour unique et le vote par correspondance mis en cause

Sujet de débat, la forte diminution du taux de participation par rapport au précédent scrutin de 2008 a été analysée comme le résultat d’une élection organisée pour la première fois sur un seul tour. « Auparavant, s’il n’y avait pas 50 % de votants au premier tour, un second était organisé. Cela représentait un coût pour les collectivités qui cherchaient à éviter cette hypothèse. Le fait qu’il n’y ait plus qu’un tour, quel que soit le nombre de votants, les a rendus moins vigilantes dans l’organisation des élections », souligne Dominique Regnier, secrétaire fédéral de la Fédération des services publics et de santé FO.
Certaines communes n’ont d’ailleurs pas organisé les élections.

Pour la CGT, c’est le vote différé par voie postale qui est en cause. « Dans ce bilan, nous avons insisté sur l’effet du mode de scrutin sur la participation. La forte baisse, dans la territoriale, s’explique par le choix du vote par correspondance. Le fait qu’il n’y ait pas eu un jour de vote identique pour tous, sur le lieu de travail, a dilué le geste citoyen. Cette individualisation de l’élection a nui à la participation », estime Baptiste Talbot pour la Fédération des services publics CGT, qui refuse l’idée, émise par la DGAFP, d’une évolution ultérieure « naturelle » vers le vote électronique.

Des prestataires privés qui n’ont pas rempli leur mission

A propos du vote par correspondance, utilisé par nombre de centres de gestion et de conseils généraux ou régionaux, les critiques ont fusé. Ainsi, malgré les efforts de communication du Centre interdépartemental de gestion de la petite couronne de la région Ile-de-France, la participation pour les CAP de catégorie C a diminué de moitié.

« Le nombre d’électeurs inscrits pour voter en CAP, toutes catégories confondues, a augmenté de 130 000 depuis la dernière élection. Or le nombre de suffrages exprimés a globalement diminué de 15 000 », note encore Baptiste Talbot qui estime que l’ampleur du recul ne traduit pas seulement une désaffection des électeurs, notamment de catégorie C.
Parmi les écueils d’ordre pratique, l’acheminement du matériel électoral, confié à des prestataires privés, dont Docapost, filiale de La Poste, a révélé ses limites. Nombre de plis n’ont pas été envoyés et reçus dans les délais, des bulletins manquaient dans les envois ou se sont révélés non conformes, comme ceux portant le sigle d’une organisation au recto et celui d’une autre au verso…

Des collectivités qui ont fait obstacle au droit électoral

« Même si la DGCL a été très présente et réactive durant les élections, nous avons décelé un certain nombre de dysfonctionnements », remarque encore Dominique Regnier qui déplore que, localement, des collectivités aient privé des délégués de listes d’autorisations d’absence pour aller surveiller les bureaux de vote ou observer les dépouillements.

« Certains délégués n’ont pas pu vérifier le bon déroulement des élections. C’est une entrave au droit de vote alors que l’on entre dans un nouveau cycle d’élections avec les rapprochements entre établissements publics ou fusions. Il faut régler ces difficultés avant les prochaines élections, comme en novembre prochain au Grand Lyon », estime encore le représentant FO qui suggère que les précisions à apporter fassent l’objet d’une circulaire.

Interrogations sur la représentativité de certaines organisations

Si l’autre enjeu des élections 2014, qui appliquaient pour la première fois les accords de Bercy, était la mesure de la représentativité, les désignations dans les instances nationales continuent à faire débat. Au Conseil commun de la fonction publique, 30 sièges sont réservés aux organisations syndicales dont 10 pour la territoriale.

Un chiffre trop élevé, selon Baptiste Talbot : « La CFTC, qui représente une fraction extrêmement réduite des agents, en obtient un parce qu’il y a trop de sièges au conseil commun, alors qu’elle n’en détient aucun dans les conseils supérieurs. Nous ne sommes pas contre l’expression des minorités syndicales, mais cela complique le dialogue social », juge ce représentant de la première organisation territoriale.

Face à cet éventail de questions pour l’avenir, la DGAFP n’a pour l’instant pas apporté de réponses, hormis la promesse d’une étude sur le lien entre participation et mode de scrutin dans les prochains mois.

5 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bilan des élections professionnelles : les 5 dysfonctionnements

Votre e-mail ne sera pas publié

Vf06

31/01/2015 11h13

Une fois de plus notre systeme est mis à mal…
J’ai voté par correspondance et je pense que mon bulletin n’a pas été pris en compte… Tout a l’air si manipule… C’est ecoeurant, je n’ai plus confiance dans notre république, c’est vraiment triste….

Gazette

02/02/2015 10h35

Le délai de recours électoral n’est-il pas de 5 jours, et non de 2 mois comme évoqué dans l’article?

marcbocca

02/02/2015 01h27

Il ne me semble pas scandaleux qu’au conseil commun 10 sièges sur 30 soit attribués à la FPT qui représente entre 30 et 35% des fonctionnaires.

interco

02/02/2015 02h51

Hé oui!
Défenseur syndical dans les Yvelines, j’ai pu voir autant la qualité du service « Elections » du CIG grande couronne pour ces élections professionnelles que la bêtise crasse de certains DG et DRH refaisant la loi électorale selon forts leur bon vouloir.

momo

02/02/2015 11h29

Dans la Déclaration des Droits de l’Homme du 26 aout 1789, les syndicats n’ont que le droit d’exister, en ce qu’ils sont là pour défendre les travailleurs….
Depuis 1789, les multiples législations qui ont vu le jour n’ont fait qu’une pâle imitation de cette Déclaration des Droits de l’Homme, sans vraiment l’améliorer: toujours pas de définition des missions syndicales dans la Constitution Française, encore moins de participation des syndicats à l’exercice du pouvoir, et aucune attribution d’enveloppe financière pour leur permettre d’exercer leurs missions, de faire défendre des dossier en nombre devant les tribunaux, et pour cause: leurs missions ne sont pas clairement définies….C’est certains, ils existent, mais pour le reste, l’hypocrisie du pouvoir et du législateur est de taille !

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X