Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Modes de gestion

L’externalisation des services, une affaire de dosage

Publié le 09/02/2015 • Par Frédéric Ville • dans : A la Une finances, Actu experts finances

services_publics
PATRICIA MARAIS
Externaliser un service s’avère opportun quand manquent les compétences en interne ou pour faire face à une hausse d’activité. Les entreprises sont alors bien placées pour travailler à moindre coût, mais certaines précautions sont à prendre.

Cet article fait partie du dossier

Dépenses de personnels : activez tous les leviers !

Créer un service ou opérer des transferts à l’intercommunalité constituent des raisons d’externaliser une activité. Mais, le plus souvent, « la collectivité agit quand le périmètre d’un service en régie va être modifié, des investissements importants étant programmés », explique Pierre Bejjaji, consultant associé à Stratorial finances.

Plusieurs cas de figure sont possibles. « La collectivité ne dispose pas toujours des retours d’expérience ou des compétences nécessaires », souligne Pierre Bejjaji. En matière d’éclairage public, d’efficacité énergétique, de gestion technique centralisée de bâtiment, de vidéosurveillance…, le savoir-faire des entreprises fait la différence, d’autant plus si on intègre la performance.

Pragmatisme et masse critique

Lorsque le conseil général de la Gironde réalise un partenariat public-privé (PPP) de vingt-cinq ans pour la construction et la maintenance de 14 bâtiments, il incite le prestataire à « intégrer la maintenance dans la conception et à respecter le ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’externalisation des services, une affaire de dosage

Vous êtes connecté comme

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X