En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

4

Commentaires

Réagir

Protection de l'enfance

Paris renforce son dispositif d’accueil des mineurs isolés étrangers

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Régions

4

Commentaires

Réagir

© D.R.

Épinglé par le Défenseur des droits, qui a mis en cause certaines modalités d'évaluation et de prise en charge des mineurs isolés étrangers dans la capitale, Paris s'engage à améliorer son dispositif dédié. Une réponse qui s'adresse aussi aux associations, encore plus critiques.

 

Depuis l’adoption, en mai 2013, de la circulaire Taubira, qui vise à une meilleure répartition des mineurs isolés étrangers (MIE) sur l’ensemble du territoire, le nombre de MIE accueillis à Paris s’est stabilisé à environ 1.700 (sur environ 6.000 mineurs pris en charge au titre de l’ASE) alors qu’il était en constante augmentation, passant de 700 à 2.000 entre 2008 et 2013. Aujourd’hui, s’appuyant sur cet équilibre tout relatif, le département vise à une amélioration des conditions d’accueil, un objectif formalisé dans deux vœux adoptés par le Conseil de Paris, en septembre et octobre 2014.

Ce projet fait suite à une décision du Défenseur des droits, datant d’août 2014, qui dénonçait des « mineurs en errance sur le territoire parisien », « peinant à être pris en charge » et « ne bénéficiant pas des mesures de protection et d’accompagnement prévues par la Convention internationale des droits de l’enfant ». Dans son rapport, Jacques Toubon constatait que « près de 50% des jeunes avaient été écartés en 2012 et 2013, sur des bases souvent arbitraires. »

Réduire les délais d’instruction

Lundi 26 janvier 2015, Dominique Versini, adjointe à la maire en charge de la Solidarité (et ancienne Défenseur des enfants), a détaillé les mesures du projet parisien :

  • Renforcement de l’équipe de la Permanence d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers (Paomie). Cette structure, gérée par l’association France terre d’asile, est chargée par délégation de service public de l’évaluation de la minorité, avant la décision, définitive, de la Justice. Dix agents de la direction de l’Action sociale, de l’Enfance et de la Santé (DASES) de Paris ont été spécifiquement formés pour intégrer l’équipe de la Paomie. « Il s’agit de rattraper le retard pris dans l’évaluation de minorité, qui doit se faire normalement en 5 jours. Il est important qu’un jeune sache très vite s’il est pris en charge par le département, ou, si il est déclaré majeur, par le droit commun », a commenté Dominique Versini.
  • Mise en place d’un accompagnement social pour les jeunes placés à l’hôtel, qui « doivent pouvoir bénéficier d’un regard social ». Le Défenseur des droits avait déploré des placements à l’hôtel avec un suivi éducatif « très succinct et limité » ou inadapté, ainsi que des pratiques de refus de scolarisation ou de formation professionnelle pour les jeunes âgés de plus de 16 ans.
  • Appel à projet, d’ici le printemps, pour la réalisation d’un centre de jour. Le lieu offrirait la possibilité de rompre l’isolement, de se restaurer ou d’entretenir son linge. En mettant à disposition ces services, la département n’aurait plus à verser d’argent liquide aux jeunes pris en charge, argent, qui semble-t-il, « attire des réseaux malintentionnés », a souligné Dominique Versini.

Par ailleurs, l’adjointe à la maire a déclaré qu’elle projetait de travailler avec la Justice afin de diminuer la durée du traitement des dossiers.

Bras de fer

Le plan détaillé par Dominique Versini n’est pas seulement une réponse au Défenseur des droits, il s’adresse aussi à différentes associations, qui, ces derniers mois, se sont montrées extrêmement critiques, tout particulièrement sur le fonctionnement de la Paomie. L’association Accompagnement et défense des jeunes mineurs isolés (ADJIE), permanence inter-associative, dénonce un « outil d’élimination » de jeunes « qui devraient, au contraire, bénéficier d’une présomption de minorité ». Le Réseau éducation sans frontière, qui établit le même diagnostic, organise des distribution de vêtements et de nourriture devant les locaux de la Paomie.

Dominique Versini a assuré que, contrairement aux dires de ces associations, « aucun jeune déclaré mineur ne dort à la rue à Paris ». Concernant le cas, récurrent, de lycéens sans papiers, scolarisés dans des établissements parisiens, qui seraient environ une cinquantaine, Dominique Versini a précisé que les jeunes en question « sont majeurs » et que leur prise en charge « dépend donc de l’État et non du département », qui assure la mise à l’abri des mineurs, tout en soulignant que ses services avaient travaillé étroitement avec la préfecture afin de trouver une solution d’hébergement à chacun.

Le département a annoncé qu’il ferait, début février, des annonces aux associations engagées auprès des MIE.

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Enfance et familleLutte contre l'exclusionProtection de l'enfance

Régions Île-de-France

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. edbl 01/05/2015, 19h23

    Il me semble indispensable de savoir et de diffuser l'information suivante:
    Dans sa volonté farouche d'améliorer le dispositif de prise en charge des mineurs isolés étrangers et face aux mises en demeure de nombreuses associations qui épinglent sévèrement et à juste titre la mairie de Paris à ce sujet; et bien soyons rassurés!!; car le 13 avril ,D. Versini annonce un plan en quinze points pour oeuvrer en ce sens.
    C'est là qu'apparaissent la cohérence et l'honnète engagement de nos élus, car le 15 avril 2015 soit 2 jours plus tard; la direction de la DASES se déplace en Indre et loire(37) ,dans un centre éducatif et de formation professionnel,faisant partie de son dispositif et accueillant des jeunes mineurs ( confiés par ordre de placement émanant des juges pour enfants ) pour bon nombre d'entre eux, mineurs isolés étrangers; POUR EN ANNONCER LA FERMETURE.
    Décision catastrophique:-42 places d'accueil supprimées
    -49 agents à reclasser-non respect de la loi de protection de l'enfance.QUE CELA SE SACHE!!! c'est honteux!!!

  2. 2. Fatiha 30/01/2015, 08h49

    Bonjour,

    Contrairement à ce qui est écrit dans l'article , les repas quotidiens ne sont pas fournis depuis un mois par RESF mais par l'association Au cœur de la Précarité. Merci si possible de rectifier cela. Vous pouvez me joindre par courrier électronique .
    Cordialement.

  3. 3. Brann du Senon 30/01/2015, 08h00

    PS : Et que le Défenseur des droits se rassure : Les méthodes d'évaluation n'ont pas été modifiées, bien au contraire ! Elles se sont confortées dans leur vindicte puisqu'il n'y a jamais eu autant de suspectés majeurs qu'en ce mois de janvier 2015 !

  4. 4. Brann du Senon 30/01/2015, 07h29

    Nous apporterons quelques précisions de fond :
    RESF n'organise aucune distribution alimentaire et vestimentaire devant la Paomie.
    Le 115 Du Particulier et DAL sont à l'origine de cette initiative et ont implanté une permanence "journalière"de 13 h à 18 h depuis prés d'un mois devant le 127 bd de la Villette.
    Quand aux affirmations de Madame Versini, elles sont ce qu'elles sont : "Inavouables" !
    Pour le démontrer, nous vous invitons à prendre connaissance du compte rendu quotidien qui est diffusé sur nos supports :

    https://www.facebook.com/groups/115.DU.PARTICULIER/

    http://www.le-115-du-particulier.fr/

    https://www.facebook.com/droitaulogement?fref=ts

    Brann du Senon
    Président du 115 Du Particulier

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.