En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

1

Commentaire

Réagir

Fonction publique

François Deluga reconduit à la tête du CNFPT : une première

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

1

Commentaire

Réagir

© D.R.

Le président du conseil d'administration du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), François Deluga, a été réélu mercredi 28 janvier 2015. Les membres du CA élus sur la liste dissidente de celle de l'Association des maires de France, ainsi que la CGT, se sont abstenus.

 

Le discours était plutôt convenu et les applaudissements nourris, mercredi 28 janvier, au siège parisien du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT). François Deluga a annoncé sa réélection « à l’unanimité » en tant que président du conseil d’administration de l’établissement public. A l’unanimité des suffrages exprimés, soit 24 voix sur 34, les six administrateurs CGT n’ayant pas pris part au vote, ni 4 élus de droite.

Elus en novembre au conseil d’administration en tant que représentants des communes, quatre administrateurs titulaires [Jérôme Baloge, maire (UDI) de Niort, Catherine Di Folco, maire (UMP/DVD) de Messimy (Rhône), Alain Dumeil, maire (UMP) de Beaumont (Puy-de-Dôme) et Jean-Marc Vasse, maire (DVD) de Fauville-en-Caux (Seine-Maritime], se sont abstenus : il s’agit de ceux qui figuraient sur la liste conduite par Jérôme Baloge contre la liste d’union proposée par l’Association des maires de France (AMF) alors emmenée par François Deluga. Le maire de Niort avait finalement renoncé à se présenter au scrutin du 28 janvier.

Car cette élection fut l’objet d’intenses tractations, les élections municipales de mars 2014 ayant vu la défaite de la majorité socialiste, et donc la fragilisation de François Deluga dans la course à un nouveau mandat.

Jérôme Baloge, lui, ne digère toujours pas, ni l’accord politique entre François Deluga et l’AMF (alors encore présidée par Jacques Pélissard), ni la référence à une « élection à l’unanimité » avancée par le président du CNFPT ce 28 janvier.

« Parler d’unanimité est inexact. C’est un peu cavalier car ce n’est pas la réalité du vote. Nous avons participé au vote mais nous nous sommes abstenus. Il y a bien eu élection de François Deluga, c’est clair, mais pas à l’unanimité », estime Jérôme Baloge.

Pour plus de transparence - « L’AMF n’a pas joué son rôle. On espère une plus grande transparence autour de la désignation des élus », demande Jérôme Baloge qui invoque les futurs scrutins départementaux et régionaux pour mettre en avant une thèse projetant la fragilisation de François Deluga dans les prochains mois.
Après ce « pacte », comme le désigne François Deluga, rapidement bouclé avant l’élection de François Baroin à la tête de l’AMF, la présidence du CNFPT pourrait effectivement, d’un strict point de vue arithmétique, devenir minoritaire à l’issue des élections départementales et régionales. D’ores et déjà, sur les douze voix des représentants des communes, cinq seulement sont issues de la gauche. Mais quel sera le poids de ces éventuelles évolutions face au pacte conclu avec l’AMF ?

De son côté, Christophe Couderc, nouveau vice-président (CGT) du CA du CNFPT – pour le collège des maires, Muriel Sauvegrain, adjointe au maire d’Orléans, succède à Marc Baïetto –, revendique la non participation de sa formation à l’élection du président : « Nous considérons que nous n’avons pas à nous mêler de l’élection du collège « employeurs » car les organisations syndicales ne peuvent pas prendre part aux votes sur les décisions financières. Pour autant, la vice-présidence nous revient », assure celui qui est aussi secrétaire national de la Fédération des services publics CGT, et n’a pas recueilli l’unanimité des suffrages.
Alors que les administrateurs FO avaient clairement annoncé qu’ils voteraient pour le candidat CGT à la vice-présidence, la CFDT a préféré la candidate de l’Unsa, Christine Josset-Villanova.

Lors de la cérémonie des voeux, le président, premier de l’histoire du CNFPT à assurer un second mandat, a commencé par insister sur les valeurs de rassemblement et d’union, évoquant les attentats du début d’année. « Le CNFPT est investi d’une mission essentielle, la formation des agents, et à ce titre il participe à la concrétisation du pacte républicain. »

Pour l’élu, « consolider ce qui a été mis en place, étayer les voies tracées récemment, stabiliser l’existant, travailler sur la qualité du service rendu est une nécessité ».

Numérique et réforme territoriale - Deux axes principaux guideront l’action de l’établissement public pour les six années à venir : le numérique et la réforme territoriale.

L’établissement est entré dans l’ère du numérique, a insisté le président, citant notamment la dématérialisation du catalogue, l’inscription en ligne, le nouveau système d’information et de gestion financière, entré en service au 1er janvier, et le service Mobistage. « Le CNFPT doit sans a priori d’aucune sorte poser toutes les questions relatives à l’utilisation du numérique, avec pragmatisme, avec lucidité et détermination, parce que les collectivités et leurs agents sont concernés au premier chef par ces sujets », a-t-il ajouté.

« Le CNFPT a plus que jamais l’ambition de venir en soutien aux collectivités et à leurs agents », a notamment souligné le président quant à la réforme territoriale.

Feuille de route 2015-2020 - Enfin, il a indiqué « qu’une phase de concertation et de débat avec tous les agents » serait lancée, « pour permettre à chacun » de participer à l’élaboration d’une feuille de route 2015-2020. Elle aura notamment pour finalité « de pérenniser les acquis, d’améliorer la qualité des actions de l’établissement, de faire en sorte que les stagiaires accèdent aux formations de manière plus facile, plus agréable, plus profitable ».
Les sujets qui seront évoqués lors de ce débat porteront notamment sur la relation aux agents et aux collectivités, sur la qualité de l’offre de service de l’établissement, et sur la vision de l’action publique portée par le CNFPT.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. AUTRAVAIL 29/01/2015, 17h41

    Avant de le féliciter il serait bien qu'il demande à ses amis" politiques" qui gèrent certaines collectivités de faire en sorte que la journée de formation passée au CNFPT soit équivalente à une journée de travail et non à la durée du face à face. IL est très ami avec ces gens là mais il n'intervient jamais et il déclare vouloir resserrer les liens. A ce jour vous n'avez plus envie d'aller vous former car partir une journée en formation c'est à son retour travailler 1h36 de plus le lendemain dans ces collectivités.Quand vous expliquez que l'attestation du CNFPT porte "à participé" à une journée de formation et 6h de face à face , la collectivité applique 6h de temps de travail et que vous lui devez la différence. C'est ainsi qu'on resserre les liens, qu'on dynamise les équipes et qu'on se dirige vers un super dialogue social...social je crois qu'il va falloir bannir ce mot du dictionnaire.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.