En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

5

Commentaires

Réagir

Réforme territoriale

Grand Paris : « L’émiettement des pouvoirs locaux favorise la ségrégation » – Patrick Le Lidec

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, Actualité Club finances, Dossiers d'actualité, Régions • Club : Club finances

5

Commentaires

Réagir

© P. Le Lidec

Le politologue Patrick le Lidec regrette que le compromis sénatorial sur la métropole du Grand Paris maintienne un « dumping fiscal » jusqu’en 2021 au moins. Il en profite pour pointer la responsabilité des élus dans les phénomènes de ségrégation urbaine.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Grand Paris : un débat capital

 

Chiffres-clés

Agenda : 22 juin

Ne manquez pas la conférence Grand Paris organisée par la Gazette : comment relever les défis institutionnels, financiers et économiques de la nouvelle métropole.

Programme et inscription

Fin connaisseur de la décentralisation, Patrick Le Lidec prend la direction pédagogique du nouvel executive master « Gouvernance métropolitaine » de Sciences Po. C’est, dans ce cadre, qu’est organisé, le 29 janvier, un débat sur la métropole du Grand Paris (MGP). Un échange auquel prendront part le politologue Frédéric Gilli et Marie-Christine Bernard-Gélabert, directrice adjointe de la mission de préfiguration de la MGP en charge de la fiscalité et du budget. L’occasion aussi pour Patrick Le Lidec de revenir sur la difficile gestation du super-ensemble urbain. Entretien.

 

Une construction chaotique

Comment jugez-vous le compromis entre le Gouvernement et le Sénat sur la métropole du Grand Paris ?

Je ne sais pas s’il faut parler de verre à moitié vide ou à moitié plein… On ne pourra le dire qu’en 2020 ou en 2025, en mesurant effectivement le chemin parcouru. L’article 12 de la loi MAPTAM du 27 janvier 2014 prévoyait de faire franchir un bond à l’intégration de la petite couronne pour mieux y réguler l’action publique.

Depuis, les élections municipales sont passées par là…

Elles ont refroidi certains enthousiasmes. La campagne parisienne n’a pas permis de poser les enjeux correctement puisqu’on a fait croire, de part et d’autre, aux Parisiens qu’on pouvait à la fois stabiliser les taux d’imposition, financer de nouveaux investissements, tout en faisant face à l’accroissement de la péréquation et à la baisse des dotations. On n’a pas parlé de la métropole. Puis on s’est réveillé avec la métropole et on a « découvert » qu’elle allait coûter de l’argent à Paris et aux Hauts-de-Seine.

D’où la tentation de revenir en arrière ?

Le compromis en cours de négociation résulte de cette « découverte ». Il s’efforce de donner du temps au temps et de pérenniser un peu plus longtemps le statu quo puisque le processus d’harmonisation de la cotisation foncière des entreprises ne devrait débuter qu’en 2021, dans le meilleur des cas. D’ici là, le dumping fiscal lié à des variations de taux de 1 à 5 devrait se poursuivre.

Quelles sont les conséquences de ces déséquilibres ?

Ils génèrent une forte polarisation des territoires nuisible au développement d’ensemble de la métropole, et, par là-même, au pays tout entier. Certains territoires n’ont quasiment pas de bases fiscales, des taux élevés qui font fuir les entreprises, et des populations misérables qui génèrent des charges. D’autres sont dans une situation inverse.
Ces déséquilibres sont un problème en soi. Ils interdisent aussi de résoudre une crise du logement qui est particulièrement sévère en Ile-de-France. Les collectivités qui bénéficient des bases fiscales ne possèdent pas les réserves foncières qui permettraient de répondre à la crise du logement. A contrario, celles qui disposent des réserves foncières, en Seine-Saint-Denis en particulier, n’ont pas les ressources pour équilibrer le coût de leurs opérations d’aménagement. Les rentes dont bénéficient Paris et les Hauts-de-Seine sont excessives et produisent toute une série d’effets pervers. Elles conduisent à une déconnexion toujours plus grande entre les lieux de localisation des entreprises et des ménages.

En quoi ces distorsions pèsent-t-elles sur les politiques publiques ?

Au-delà des problèmes de ségrégation, elles génèrent notamment des déplacements inutiles, des embouteillages et aboutissent à une demande toujours plus forte en transports publics qu’il n’est plus possible de financer.
Il faut donc introduire des mécanismes de régulation et de péréquation pour inciter entreprises et ménages à se localiser au même endroit. La métropole doit s’occuper de logement et de transport. Elle doit disposer des ressources fiscales pour ce faire…

Sinon, que se passera-t-il ?

La vie deviendra de plus en plus difficile pour les habitants. L’Ile-de-France perdra un peu plus en attractivité. Ménages et entreprises iront se localiser ailleurs, à l’étranger ou dans d’autres métropoles françaises. C’est déjà ce qu’ils font. Les signes d’essoufflement de l’Ile-de-France sont déjà nombreux. Les habitants du Grand Paris passent déjà, en moyenne, près d’une heure de plus dans les transports que les habitants des autres métropoles. C’est un temps perdu, dans des situations souvent très inconfortables, qu’ils ne peuvent pas consacrer à leurs enfants ou à leurs loisirs, et qui vient s’ajouter à un temps de travail déjà nettement supérieur à la moyenne.

Les habitants du Grand Paris paient au prix fort leur surproductivité. Avec ces éléments en tête, on comprend la stagnation francilienne et le dynamisme des autres métropoles.

[Retour en haut]

« L’erreur historique » des années soixante

En quoi l’organisation institutionnelle actuelle est-elle en cause ?

L’émiettement des pouvoirs locaux favorise le développement des inégalités et la ségrégation. Il ne faut pas se dissimuler son origine politique : il s’agissait, en 1964, pour le gouvernement gaulliste, d’éviter que le département de la Seine ne tombe dans l’escarcelle du parti communiste.

Pourquoi, selon vous, la création des huit départements d’Ile-de-France a-t-elle été « une erreur historique » ?

Elle a favorisé la polarisation économique et sociale, la concentration des logements sociaux, particulièrement visible, sur certains territoires. Bien qu’elle soit une source de ségrégation, combattue dans les discours, cette polarisation a été acceptée et même encouragée par les élus de droite et de gauche, qui y ont trouvé leur compte.
La concentration de la richesse d’un côté, celle de la pauvreté de l’autre, se traduit par une homogénéisation de la composition sociale des circonscriptions électorales. Tout cela engendre de la stabilité politique et, donc, de la stabilité de carrière.
A long terme, c’est dramatique socialement et économiquement improductif, mais ce n’est pas forcément inconfortable pour les élus, du moins jusqu’à un certain point.

La métropole du Grand Paris s’attaque-t-elle à « l’apartheid » pointé par le Premier ministre ?

Elle pouvait être interprétée de cette manière dans la version qui avait été initialement inscrite dans la loi du 27 janvier 2014. Il est d’ailleurs intéressant de constater que le texte originel de la loi « MAPTAM » avait largement été porté par de jeunes députés (n’occupant pas de fonction exécutive locale) issus des territoires victimes de ces processus ségrégatifs…

Le compromis sénatorial remet-il en en cause leurs orientations ?

Oui, ou du moins, il diffère le traitement du problème de la ségrégation à l’après-2021. D’ici là, les inégalités vont continuer à prospérer. Au-delà, c’est difficile de se prononcer car il n’échappe à personne qu’il y aura des élections nationales d’ici là. C’est toute l’ambiguïté du compromis en cours de négociation, qui peut masquer une volonté de certains de perpétuer le statu quo.

[Retour en haut]

Une région à géométrie variable

Comment expliquez-vous le revirement de la région qui, après s’être opposée pendant des années à une métropole puissante, a accepté le schéma de la loi MAPTAM ?

Un compromis intelligent a été bâti par le gouvernement entre la région et la métropole. Il y avait initialement un risque de compétition entre la région et la métropole qui devait s’étendre sur l’ensemble de l’aire urbaine : le risque était lié à des périmètres trop voisins. C’est la raison pour laquelle la vice-présidente de d’Ile-de-France, Marie-Pierre de la Gontrie, a tenté de résoudre le problème de compétition entre la région et la métropole en suggérant d’étendre son territoire à une partie de la Normandie, de la Picardie et du Centre. Cette solution aurait eu le mérite de prendre en considération le territoire réel de rayonnement du Grand Paris.

Pourquoi le Gouvernement n’a-t-il pas retenu cette option ?

Parce qu’elle aurait créé une région francilienne très puissante, comprenant la moitié du PIB du pays, ce qui effraie toujours un peu le pouvoir central. Cela aurait pu instituer une sorte de cohabitation permanente… C’est pourquoi une autre orientation a été choisie avec un compromis en quatre points. D’abord, le périmètre de la métropole a été réduit, pour ne pas remettre en cause l’existence ou la légitimité de la région. Deuxièmement, la mise en place d’intercommunalités puissantes en grande couronne permet de faire contrepoids à la métropole. Ensuite, la région a obtenu que la future métropole prenne en compte les orientations du schéma régional de l’habitat et de l’hébergement. Enfin, à la même période, en 2013, elle a obtenu quelques milliards d’euros pour boucler le plan de mobilisation des transports d’Ile-de-France et assurer la modernisation du réseau.

Comment expliquez-vous que la région peine à s’imposer sur la scène politique ?

Elle est la dernière venue dans un paysage institutionnel déjà très encombré. En France, ce sont l’Etat et la commune, longtemps rouage étatique, qui captent la légitimité et les ressources.
La région est desservie par son mode de scrutin. Non pas que le scrutin de liste soit un problème en soi, comme le montre son utilisation quasiment généralisée dans les pays européens. Ce qui fait problème c’est la coexistence de deux modes de scrutin, scrutin de liste d’un côté, scrutin uni ou binominal de l’autre.

En quoi cette déconnexion pose-t-elle des difficultés ?

S’ils ont le choix, les professionnels de la politique privilégieront toujours le scrutin uni- ou binominal par rapport au scrutin de liste. De même, ils privilégieront toujours les petites circonscriptions aux plus grandes, pour des raisons de stabilité de carrière.
La seule façon d’aider les régions serait d’harmoniser les modes de scrutin. L’accroissement de la taille des régions va d’ailleurs les desservir dans la mesure où elle va renforcer la nationalisation des élections régionales et l’incertitude des carrières régionales.

[Retour en haut]

Plaidoyer pour un maire du Grand Paris

Le système institutionnel choisi pour la métropole est-il adapté ?

On aurait pu imaginer un maire du Grand Paris élu au suffrage universel direct et doté, comme au Grand Londres, d’un staff réduit, intervenant fortement et uniquement sur le transport, le logement et la redistribution. Il n’est pas sûr que le droit de l’intercommunalité soit adapté à des territoires qui comptent un très grand nombre de communes. Cela aboutit à des assemblées délibérantes aux effectifs pléthoriques, à des coûts de structures et à des coûts de coordination extraordinairement élevés. Le conseil de la métropole du Grand Paris comptera 348 membres. Est-ce bien raisonnable ?

Faut-il, in fine, un échelon intermédiaire entre la métropole et des communes en moyenne de 30 000 habitants, souvent fort bien pourvues en services ?

L’idée de mettre en place un échelon intermédiaire située entre les communes et une métropole de plus de 6 millions d’habitants, sur une maille de 300 000 habitants pour servir d’échelon déconcentré de la métropole, est une bonne idée. L’absence de véritables centralités en dehors de Paris, la taille moyenne élevée des communes, le poids des disparités de richesse fiscale et la présence de grands syndicats techniques anciens n’ont pas favorisé l’essor de l’intercommunalité dans la petite couronne. Les intercommunalités y sont, à de très rares exceptions près, des structures récentes et défensives, construites sur des logiques d’endogamie politique et fiscale.

En quoi les territoires de 300 000 habitants peuvent-ils rompre avec ce processus ?

Le choix de placer cette maille minimum est un moyen de combattre ces tendances à l’endogamie car il est en effet difficile de construire des territoires de 300 000 habitants homogènes socialement et fiscalement, Paris mis à part. Mais il ne faudrait pas que ces territoires deviennent une solution de repli pour vider la métropole de tout contenu et échapper à la solidarité. On sent aujourd’hui cette tentation chez nombre d’élus des territoires les plus riches, qui ont souhaité « durcir » les territoires, et les doter de la personnalité morale et de prérogatives fiscales. C’est pourquoi ils ont été transformés en établissements publics territoriaux.

[Retour en haut]

Départements : chronique d’une mort annoncée

Les départements de petite couronne ont-ils encore un avenir ?

Je ne le crois pas. La solution préconisée par le sénateur Philippe Dallier devrait s’imposer et l’erreur historique qui a consisté à dépecer le département de la Seine devrait être réparée. Les différences de recettes fiscales et de taux d’allocataires des minimas sociaux génèrent des inégalités majeures dans l’exercice des compétences sociales des conseils généraux de petite couronne.

Le transfert de ces compétences aux départements en 2004, a-t-il été, selon vous, une autre erreur historique ?

Bien sûr. La théorie du fédéralisme fiscal enseigne que les fonctions de « wellfare » ont vocation à être attribuées à l’échelon de l’Etat. Sinon la compétition entre des unités territoriales de faible taille se traduit par un phénomène de dumping et d’érosion des bases fiscales, et menace de disparition l’exercice de ces compétences.
Mais en France, en général, et au Sénat en particulier, on ne s’embarrasse pas trop de théorie, on préfère ignorer comment sont attribuées les compétences entre échelons à l’étranger, au risque de mener des combats d’arrière-garde.

Péréquations en Ile-de-France : tous les chiffres pour toutes les collectivités

perequations

[Retour en haut]

Haut de page

Voir toute l'actualité sur ce dossier Actualité sur ce dossier

26/12 MIXITÉ SOCIALE La gentrification, une politique d'aménagement qui ne dit pas son nom

19/12 GRAND PARIS ET AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Statut de Paris, aménagement des métropoles : tout ce qui va changer

09/12 DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Avec Atlantis Grand Ouest, Massy se prépare à devenir la « capitale sud » du Grand Paris

10/11 RÉFORME TERRITORIALE Le Sénat torpille le projet de loi sur le statut de Paris

28/10 SUR L'ÉTABLI PARLEMENTAIRE Ni nouvelles métropoles, ni arrondissement central à Paris pour la commission des lois du Sénat

20/10 PRÉSIDENTIELLE 2017 Alain Juppé : « Le statut de la fonction publique a ses raisons d’être »

07/10 PORTRAIT Marie-Célie Guillaume, à l'ouest du nouveau

05/10 RÉFORME TERRITORIALE Grand Paris : une métropole en sursis

22/07 FINANCES LOCALES Métropole du Grand Paris : le rôle complexe et ambigu des CLECT

11/07 GRAND PARIS Etablissements publics territoriaux : les élus sur la touche ?

04/07 INTERCOMMUNALITÉ "Nous sommes éminemment favorables à toutes les souplesses possibles sur le terrain" - Estelle Grelier

09/06 GRAND PARIS Grand Paris : un préfet tout-terrain pour la métropole

07/06 RÉFORME TERRITORIALE Grand Paris : trêve entre la région et métropole en attendant 2017

17/05 RÉFORME TERRITORIALE La métropole du Grand Paris, un « machin » au service de la mondialisation ?

11/05 RÉFORME TERRITORIALE Grand Paris : les établissements publics territoriaux dans le brouillard

29/04 AMÉNAGEMENT URBAIN L'aménagement partenarial vu par Paris Sud Aménagement : un modèle pour le Grand Paris ?

20/04 INTERCOMMUNALITÉ Grand Paris Seine & Oise : la première communauté urbaine de la région-capitale cherche ses marques

20/04 GRAND PARIS Comment la Métropole du Grand Paris forme son équipe

14/04 GRAND PARIS Boulogne et Issy : les coulisses du mariage de l'année

14/04 GRAND PARIS Grand Paris : le patron des maires d’Ile-de-France refait le match

11/04 RÉFORME TERRITORIALE Paris métropole cherche les contours de son avenir

04/04 RÉFORME TERRITORIALE La métropole du Grand Paris s'ébauche

19/02 MÉTROPOLE Grand Paris : la métropole boucle sa gouvernance

18/02 DÉVELOPPEMENT LOCAL Grand Paris, Smart city, Caisse des dépots : l'équation gagnante ?

05/02 GRAND PARIS Hauts-de-Seine et Yvelines : une giga-fusion qui pose question

22/01 GRAND PARIS Métropole du Grand Paris : Patrick Ollier se pose en pacificateur

13/01 GRAND PARIS Métropole du Grand Paris : Patrick Ollier dans la peau du favori

12/01 RÉFORME TERRITORIALE L’institut Montaigne pour un acte IV de la décentralisation

07/01 JUSTICE Très Grand Paris : trois nouvelles agglos en panne

06/01 GRAND PARIS Ile-de-France : un historique de la Chiraquie en charge du Grand Paris

18/12 LOGEMENT Incertitudes et incohérences de la nouvelle politique de l'habitat du Grand Paris

15/12 GOUVERNANCE Grand Paris : NKM jette l'éponge

11/12 GRAND PARIS Jeanne Munck : "La métropole du Grand Paris sera principalement une collectivité de redistribution"

10/12 BANLIEUES Le Grand Paris va-t-il booster la politique de la ville ?

01/12 RÉFORME TERRITORIALE Paris Métropole : Patrick Devedjian clôt une présidence atypique

20/11 FINANCES LOCALES Le Grand Paris sème la pagaille dans la péréquation

13/11 GRAND PARIS Intercommunalités de grande couronne : pourquoi ça bloque encore

12/11 GRAND PARIS Constituer un EPT de la métropole du Grand Paris

03/11 SÉCURITÉ LOCALE Le Grand Paris de la sécurité est encore loin d’être né, selon l’IAU-IDF

05/10 INSTITUTIONS Statut de Paris : Anne Hidalgo veut se libérer de la tutelle de l’Etat

25/09 AMÉNAGEMENT URBAIN A gauche, le Grand Paris de l'immobilier inquiète

23/09 ELECTIONS Présidence de la métropole du Grand Paris : NKM à la trappe ?

10/08 DÉCENTRALISATION NOTRe : c'est officiel !

16/07 RÉFORME TERRITORIALE Dominique Perben : « Les collectivités ont besoin de calme et de stabilité »

16/07 RÉFORME TERRITORIALE Grand Paris en grande couronne : blocage en vue autour de Roissy et Évry

13/07 [OPINION] RÉFORME TERRITORIALE Les départements et le projet métropolitain du Grand Paris

08/07 RÉFORME TERRITORIALE Projet de loi NOTRe, deuxième lecture : les points-clés du texte de l’Assemblée

07/07 RÉFORME TERRITORIALE « Grand Paris : non à la métropole punition ! » - Jacques JP Martin

06/07 [OPINION] GRAND PARIS Vers l'asphyxie administrative en Île-de-France

06/07 RÉFORME TERRITORIALE Grand Paris : des enjeux aux effets systémiques nationaux

30/06 DISPARITION Charles Pasqua, une certaine idée du département

25/06 INTERCOMMUNALITÉ Métropole du Grand Paris : les cadres territoriaux sonnent le tocsin

04/06 PROJET DE LOI NOTRE Grand Paris : une métropole mort-née ?

02/06 RÉFORME TERRITORIALE Projet de loi NOTRe : ce qu’il faut retenir du texte du Sénat

01/06 RÉFORME TERRITORIALE Exclusif : Terra Nova veut booster les métropoles

27/05 RÉFORME TERRITORIALE Grand Paris : guérilla au Sénat autour d’un projet de commune nouvelle

26/05 GRAND PARIS Réforme territoriale : veillée d’armes à Paris Métropole

21/05 RÉFORME TERRITORIALE Métropole du Grand Paris : l’Etat joue cartes sur table

20/05 DÉCENTRALISATION Réforme territoriale : le Sénat fait machine arrière

18/05 RÉFORME TERRITORIALE Métropole du Grand Paris : le schéma financier est-il applicable ?

07/05 ELECTION Claude Bartolone : de la métropole à la région

05/05 GOUVERNANCE Grand Paris : un maire contre « les grands élus »

27/04 INTERVIEW Grand Paris : « Créer la métropole au 1er janvier 2016 semble intenable »

21/04 GRAND PARIS Métropole du Grand Paris : le plaidoyer du préfigurateur

17/04 RÉFORME TERRITORIALE « Les maires en colère » : le Tea Party du Grand Paris

16/04 GRAND PARIS Grand Paris : un préfet à poigne pour la « dernière ligne droite »

14/04 GRAND PARIS Grand Paris : le plan pour le logement en standby

23/03 INTERCOMMUNALITÉ Grand Paris : treize maires des Hauts-de-Seine veulent un territoire géant

12/03 URBANISME Aménagement du Grand Paris : "laissons à chacun le soin de son opérateur"

09/03 [OPINION] FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Métropole du Grand Paris : pourquoi Marylise Lebranchu s’obstine-t-elle à nier le problème du statut des agents ?

03/03 [OPINION] RÉFORME TERRITORIALE Métropole du Grand Paris et "contorsion métropolitaine"

02/03 DÉCENTRALISATION Réforme territoriale : le lieutenant de Manuel Valls monte au front

02/03 RÉFORME TERRITORIALE Très Grand Paris : les intercos XXL ont fait long feu

17/02 RÉFORME TERRITORIALE Grand Paris : le président du 9-3 dit non à « une métropole light »

13/02 RÉFORME TERRITORIALE Grand Paris : les élus jouent la carte « Valls »

11/02 Aménagement en Ile-de-France : mieux tirer parti des entreprises publiques locales

10/02 [OPINION] RÉFORME TERRITORIALE Revoir le Grand Paris

05/02 INTERCOMMUNALITÉ Grand Paris en grande couronne : les intercommunalités « XXL » divisent les élus

03/02 DÉCENTRALISATION Le carton jaune de Jean-Marc Ayrault à la réforme territoriale

29/01 INFOGRAPHIE Flux financiers du Grand Paris, mode d’emploi

23/01 PROJET DE LOI NOTRE Métropole du Grand Paris : fragile compromis au Sénat

19/01 RÉFORME TERRITORIALE Grand Paris : pourquoi ça coince toujours

12/01 RÉFORME TERRITORIALE Marylise Lebranchu contre le dumping territorial

07/01 RÉFORME TERRITORIALE Métropole du Grand Paris : Marylise Lebranchu desserre l’étau

19/12 GRAND PARIS Couac sur le Grand Paris : les élus demandent des comptes

13/11 RÉFORME TERRITORIALE Une entente territoriale à 300 communes pour échapper à l’attraction du Grand Paris

23/10 MÉTROPOLE DU GRAND PARIS Le président de Paris Métropole contre une candidature Kosciusko-Morizet

15/10 GRAND PARIS Métropole du Grand Paris : le nouveau coup de sang de Patrick Devedjian

14/10 RÉFORME TERRITORIALE Métropole du Grand Paris : Manuel Valls se range à l’avis des élus

14/10 [OPINION] GRAND PARIS Grand Paris : encore plus d’inégalités sans métropole

09/10 GRAND PARIS Grand Paris : les élus s'accordent sur une métropole "de compromis, pas de consensus"

01/10 GRAND PARIS La métropole du Grand Paris toujours dans les limbes

01/10 GRAND PARIS Intercommunalité : les élus de l’Est parisien veulent changer de braquet

29/09 RÉFORME TERRITORIALE Exclusif : le rapport de la mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris

23/09 GRAND PARIS Grand Paris : vers une métropole "light" en 2016 ?

08/09 GRAND PARIS Trois scénarios pour la métropole du Grand Paris

18/08 GRAND PARIS Intercommunalité en grande couronne : l’Etat ne fera pas « petit bras »

24/07 RÉFORME TERRITORIALE Métropole du Grand Paris : l’Assemblée assouplit le calendrier

08/07 GRAND PARIS Les élus du Grand Paris entrent en mission

01/07 GRAND PARIS « Grand Paris : tout commence aujourd’hui » - Patrick Ollier

27/06 GRAND PARIS Participation de la Société du Grand Paris à certains projets du réseau des transports en Ile-de-France

19/06 GRAND PARIS Métropole du Grand Paris : l’Etat prêt à faire cavalier seul

17/06 GRAND PARIS Paris Métropole s'offre une petite crise

04/06 GRAND PARIS Grand Paris : l’urgence d’un projet métropolitain

04/06 NOMINATION Directeur de la Mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris

13/05 [OPINION] AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE La métropole contre le grand Paris

02/04 POLITIQUE Gouvernement : mini-remaniement pour le pack « collectivités »

17/03 [OPINION] GRAND PARIS Mission de préfiguration : au travail !

12/03 DÉCENTRALISATION Redécoupage des cantons : la vieille garde monte au front

11/03 [OPINION] GRAND PARIS Faire en sorte que la métropole ne fasse plus peur

07/03 DÉCENTRALISATION Paris Métropole veut relever la tête face à l’Etat

07/03 INTERVIEW « La loi Mapam risque de figer les mutualisations au sein du Grand Paris » - Jean-Marc Nicolle (MRC)

24/02 AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Grand Paris : les trois défis de la mission de préfiguration

13/02 MÉTROPOLE Grand Paris : la technostructure prend les commandes

12/02 GRAND PARIS Pourquoi Paris Métropole refuse la politique de la chaise vide

06/02 TRANSPORTS Transports publics : des financements à la peine

31/01 [OPINION] GRAND PARIS La loi est votée, il s’agit à présent de construire la métropole

24/12 [OPINION] DÉCENTRALISATION Remettre le Grand Paris sur ses pieds

18/11 [OPINION] GRAND PARIS L’affirmation du Grand Paris passe par la grande couronne

05/11 DÉCENTRALISATION Grand Paris : Paris Métropole ne veut pas de ce « machin »

01/10 [OPINION] GRAND PARIS Grand Paris : un choc mais pas de simplification !

10/09 DÉCENTRALISATION Grand Paris : les cadres territoriaux ne veulent pas d’un « monstre bureaucratique »

28/08 TRANSPORTS PUBLICS Le Nouveau Grand Paris sur les rails

28/08 TRANSPORTS Le dézonage du pass Navigo a séduit 600 000 franciliens

26/07 [OPINION] AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Pour un Grand Paris multipolaire, démocratique et efficace

23/07 ACTE III DE LA DÉCENTRALISATION Projet de loi "métropoles" : les députés adoptent le texte en première lecture

19/07 ACTE III DE LA DÉCENTRALISATION L'Assemblée instaure l'élection des conseillers des métropoles au suffrage universel direct dès 2020 et la métropole de Paris

15/07 ACTE III DE LA DÉCENTRALISATION Le visage de la métropole du Grand Paris remodelé par le gouvernement

12/07 ACTE III DE LA DÉCENTRALISATION Grand Paris : la contre-proposition des DGS

11/07 ACTE III DE LA DÉCENTRALISATION Plaine Commune fait bloc contre la Métropole du Grand Paris imposée par le gouvernement

09/07 ACTE III DE LA DÉCENTRALISATION « La réflexion sur l’intercommunalité continuera » - Jean-Marc Nicolle, délégué spécial au Grand Paris

02/07 [OPINION] GRAND PARIS Quelle métropole pour la région capitale ?

01/07 [OPINION] GRAND PARIS Pour le Grand Pari(s) des territoires

06/05 [OPINION] GRAND PARIS Pour un « vrai » Grand Paris... comme en 1859

08/03 FINANCES LOCALES Nouveau Grand Paris : un projet limité à 26,5 milliards d'euros

06/03 AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Le Nouveau Grand Paris trouve ses financements, et promet la création de 15 000 emplois par an

01/03 GRAND PARIS Grand Paris : les cadres territoriaux entrent dans l'arène

25/01 EAU Luttes d’influence avant la construction d’un Grand Paris de l’eau

21/12 GRAND PARIS Gouvernance du Grand Paris : la balle est dans le camp du législateur, selon le préfet de Paris

19/12 [LE MILLEFEUILLE SUR LE GRILL] Paris Métropole : l’intelligence territoriale en panne

18/12 GRAND PARIS Gouvernance du Grand Paris : les collectivités locales constatent leur désaccord

14/12 GRAND PARIS Paris Métropole : Patrick Braouezec fait le bilan

13/12 [OPINION] GRAND PARIS La question du Grand Paris est devant nous

12/12 [OPINION] GRAND PARIS Pour une région métropolitaine en Ile-de-France

21/11 DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Inquiétude pour l'avenir après la disparition du commissariat général pour le développement de la vallée de la Seine

16/11 GRAND PARIS Financement du Grand Paris : de nouveaux outils en perspective

16/10 [LE MILLEFEUILLE SUR LE GRILL] Le tonton flingueur du 9-2

02/10 GRAND PARIS Vers un big bang intercommunal en petite couronne

13/09 EAU Grand Paris : les gestionnaires de l’eau devront s’adapter au changement climatique

03/09 ÉCONOMIE Grand Paris : Antoine Rufenacht repart en campagne avec les JO de 2024

20/07 TRANSPORT FERROVIAIRE La Basse-Normandie reste mobilisée pour la Ligne nouvelle Paris-Normandie

03/07 LOGEMENT La gouvernance du logement en Ile-de-France en débat

26/06 TRANSPORTS Grand Paris : Cécile Duflot adoube le super-métro

20/06 GRAND PARIS Paris Métropole veut sortir du « chacun pour soi »

11/06 AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE La grande couronne n’est pas l’arrière-cour de Paris

06/06 URBANISME Quelle est la date de référence pour l’évaluation des biens situés dans une zone d’aménagement différé ?

29/05 TRANSPORTS Grand Paris : ce que Cécile Duflot reprochait au super métro

21/05 LOGEMENT Un ministère à part entière pour le logement, au périmètre large

30/03 GRAND PARIS Création de la conférence pour le développement de la vallée de la Seine

16/03 GRAND PARIS Le recours au contrat de partenariat autorisé pour le réseau de transport du Grand Paris

01/03 PRÉSIDENTIELLE PPP : le match Sarkozy-Hollande

17/02 INTERCOMMUNALITÉ Boucle Nord des Hauts-de-Seine : l’intercommunalité non sans douleur

16/02 INTERCOMMUNALITÉ Grand Roissy : une avancée en demi-teinte

15/02 GRAND PARIS Le rapport « Janicot » explore les voies du rayonnement culturel de la métropole francilienne

09/02 ÉCONOMIE Le Grand Paris délivre son label à 22 projets

01/02 GRAND PARIS Bertrand Delanoë veut une autorité métropolitaine du logement

27/01 [EXCLUSIF] Décentralisation : les propositions chocs de Gérard Collomb à François Hollande

20/01 GRAND PARIS Europa City : le projet d’1,7 milliard attire les architectes

17/01 GRAND PARIS Plaine Commune et Saint-Ouen signent la première étape du contrat de développement territorial

21/12 MARKETING TERRITORIAL Hubstart Paris veut imposer sa marque dans le Grand Roissy

06/12 GRAND PARIS Patrick Braouezec, le chantre du « polycentrisme » à la tête de Paris Métropole

22/11 CONGRÈS DES MAIRES 2011 L’habitat dans le Grand Paris : une organisation complexe

18/11 INTERCOMMUNALITÉ Les communes de l’Axe Seine veulent peser dans le Grand Paris

26/10 GRAND PARIS Axe Seine : Antoine Rufenacht fixe le cadre du développement

26/09 CONTRAT DE PROJETS Transports collectifs 2011-2013 en Ile de France : signature de la convention entre l'Etat et la région

12/07 [CLUB FINANCES] Péréquation : le cas (très) particulier de l’Ile-de-France

25/05 AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Axe Seine II à Rouen : le compte n’y est pas pour nombre d’élus régionaux

26/04 FERROVIAIRE LGV Paris Normandie : le président de la République est pressé

22/12 FINANCES LOCALES Les points clés du projet de loi de finances rectificative pour 2010

24/11 COOPÉRATION TERRITORIALE Le « C8 » va rédiger un cahier d’acteurs et un contrat interrégional

29/09 GRAND PARIS Marc Véron nommé président du directoire de la Société du Grand Paris

29/09 GRAND PARIS Un décret sur le débat public sur le projet de réseau de transport public

13/09 GRAND PARIS Maison de l'histoire de France : Vincennes dénonce une "occasion manquée"

30/07 Grand Paris : des institutions à inventer

30/07 Deux projets de transport, deux conceptions de l’aménagement

05/07 GRAND PARIS Christian Blanc, la sortie de route d’un solitaire

21/06 GRAND PARIS Les collectivités franciliennes de droite se rallient à Paris Métropole

18/06 GRAND PARIS Ce que Christian Blanc a dit aux « DG »

25/05 DISPARITION Claude Pernès, maire et pionnier du Grand Paris

05/05 AMÉNAGEMENT Grand Paris : Normands et Parisiens sur le même bateau

08/04 GRAND PARIS Le débat public d’Arc Express ravive les tensions sur le Grand Paris

07/04 INTERCOMMUNALITÉ Nanterre débat sur son adhésion à la communauté d’agglomération du Mont-Valérien

24/03 GRAND PARIS Christian Blanc confirme une dotation en capital de 4 milliards

03/03 GRAND PARIS « Nicolas Sarkozy appelle à une révolution des institutions de la métropole »

02/03 GRAND-PARIS Grand Paris Nicolas Sarkozy remet la gouvernance sur le tapis

08/12 AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Le Grand Paris pourrait toucher des fonds européens

04/12 AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Grand Paris : "Ne répétons pas les erreurs tragiques des années soixante" - Interview de Henri Plagnol

04/12 AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Les métropoles cherchent leur avenir à travers l'exemple du "Grand Paris"

12/10 Projet de loi : l'Etat veut occuper le terrain

10/07 Documents à télécharger et sites à consulter

10/07 Les dates clés du Grand Paris

10/07 Analyses et réactions : interviews vidéos

16/03 DÉCENTRALISATION Grand Paris : l'Amif vent debout contre le rapport «Balladur»

5

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

5 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Denis 28/01/2015, 13h47

    très belle pensée de monsieur le politologue Patrick le Lidec. ses propos font résonances, ils sont justes et nous mettent face à nous mêmes..
    En étant un peu simpliste, je pense que nous voulons mettre en place ce qui a été cassé en 1964, la métropole tourne sur elle même depuis 50 ans. pas très brillant comme constat.
    tout le monde , en particulier nos élus, ont profité de ce morcellement pour assoir leurs pouvoirs et "choisir" leurs population d’électeurs. tout ceci nous a amené à une ségrégation, une ghettoïsation, un "apartheid" des quartiers.
    le sénat joue son rôle, en ralentissant la vitesse des réformes, le gouvernement aimerait voir les lignes se déplacer rapidement.
    et pendant ce temps là , la ségrégation continue de sévir....

  2. 2. Brisavoine 28/01/2015, 13h40

    Enfin un "relai d'opinion" qui ose dire les choses ! Bien sûr que le conseil métropolitain sera pléthorique, et bien sûr qu'il faudrait un maire du Grand Paris élu au suffrage universel et doté d'un staff réduit. La London Assembly n'a que 25 membres, pour un territoire de 1572 km² et 8,5 millions habitants, alors que le conseil métropolitain du Grand Paris aura 348 membres, pour un territoire de seulement la moitié de la superficie du Grand Londres, et un peu moins de 7 millions d'habitants. Cherchez l'erreur !

    Cependant, M. Le Lidec, poussez le raisonnement jusqu'au bout. Qui dit maire du Grand Paris, dit forcément disparition du maire du petit Paris intra-muros (sauf à le conserver comme simple maire protocolaire, comme le Lord-Mayor de la City of London), et donc suppression de l'actuelle Ville de Paris. Quand on a créé le Grand Berlin en 1920, on a bien évidemment supprimé l'ancienne Ville de Berlin, dont les organes et les personnels ont été fusionnés dans la nouvelle administration du Grand Berlin. Idem pour Tokyo en 1943 (suppression de la Ville de Tokyo fusionnée dans la Métropole de Tokyo), pour Londres en 1965 (suppression du Comté de Londres fusionné dans le Grand Londres), etc.

    Personne jusqu'ici n'a osé aborder ce point qu'il faudra bien aborder un jour. L'existence d'une municipalité parisienne de 105 km² et 2,2 millions d'habitants au centre du Grand Paris et franchement incompatible à long terme avec une Métropole du Grand Paris unifiée.

  3. 3. Mansat Pierre 28/01/2015, 11h26

    Un très bref commentaire: cette reflexion est très stimulante. Mais je ne suis pas convaincu par le raisonnement sur les inegalités liées au taux de CFE. En effet je ne crois pas qu'il soit determinant pour le choix d'implantation des entreprises, sinon on ne comprendrait pas pourquoi elles s'installent massivement par exemple dans la Plaine St Denis , là ou les taux sont les plus élevés.

  4. 4. dambinoff A sarl l installateur parisien 28/01/2015, 10h25

    les artisans du BTP de proximite ,ne peuvent plus payer les taxes locales multiple et les charges sociales == dans PARIS il n y auras plus d artisans pour la maintenance l entretien la securite electrique des batiments = et pour le GRAND PARIS rien n est prevu pour la sauvegarde des artisans du BTP = ( il faut bloquer les loyer des locaux commercial les petit atelier de maintenance dans PARIS POUR L EMPLOI ) et que les politiques pensent ouvrier qualifier sur le terrain = et ne pas investir tout dans l informatique le numerique = pour construire une metropole il faut des hommes ( la tete et beaucoup de mains ) sauvons nos entreprises de proximite POUR LE GRAND PARIS

  5. 5. Philippe LAURENT 28/01/2015, 07h51

    L'analyse de Patrick Le Lidec est très pertinente.
    Un point cependant ne me convainc pas : les causes des disparités d'implantation d'entreprises ne sont généralement pas liées aux différences de taux de CFE. La CFE représentent en effet une dépense généralement négligeable, notamment pour des entreprises de services ou de forte valeur ajoutée. Ces disparités s'expliquent plutôt par des politiques d'aménagement du territoire, de transports, d'accueil très différentes d'un territoire à l'autre pendant des décennies. Même si, depuis une vingtaine d'années, les choses ont évolué - et notamment parce que les élus locaux mènent finalement des politiques assez comparables en la matière quelle que soit leur orientation politique générale -, le poids de l'histoire est très présent ...
    La métropole, même avec peu de moyens financiers, doit néanmoins pouvoir agir en étant dotée de schémas prescriptifs. Encore faut-il que sa majorité politique (car il y aura sans doute affrontement politique, à l'inverse de ce qui se passe dans la plupart des intercommunalités) adopte des schémas prescriptifs qui aillent dans ce sens et pas à l'opposé ... Nous verrons cela dans un an !

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X