En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

4

Commentaires

Réagir

Education

Ecole numérique : d’abord acquérir les fondamentaux

Publié le • Par • dans : Dossiers d'actualité, France

4

Commentaires

Réagir

© D.R.

Alors qu’un plan d’équipement généralisé en tablettes numériques des collégiens se profile pour la rentrée 2016, l’Etat a mis en jachère le plan destiné à l’école primaire pourtant sous-équipée en terme de numérique éducatif. Le président de la République a décidé de reprendre en main le « grand plan numérique pour l’école » en demandant à sa ministre de l’Education Nationale d’ouvrir une concertation dans la lignée de la concertation nationale sur le numérique.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Décoder les enjeux du numérique à l'école

 

Depuis la rentrée des classes 2014, semaine après semaine, le plan « tablette numérique pour tous » attendu par les éditeurs et constructeurs de la filière du numérique éducatif française fait figure de serpent de mer. Déjà  réduit à  la distribution de tablettes numériques pour les élèves des classes de 5ème » à la rentrée 2016, le volet d’équipement de l’école primaire était attendu fin novembre 2014. “Nous avons obtenu le report de trois mois du plan numérique pour l’école”, se félicitait Benoît Thieulin, président du Conseil National du numérique, en novembre dernier, alors qu’il présentait au Congrès des maires,   la concertation nationale sur le numérique lancée, elle, avec le premier ministre le 4 octobre 2014.

Associer les enseignants et les collectivités territoriales

Le chantier titanesque du numérique éducatif initié depuis décembre 2012 prend donc une nouvelle tournure avec l’ouverture, le 20 janvier, d’une concertation avec les acteurs de la communauté éducative, les collectivités territoriales, des associations de parents d’élèves et des partenaires économiques. Elle se concrétise par l’ouverture d’un site web dédié qui recueillera les contributions jusqu’au 9 mars 2015. Les délégués académiques au numérique et les recteurs organiseront en parallèle des réunions d’information pour présenter les expérimentations des écoles de leur territoire.

Cette connotation participative, inspirée au président de la République et à sa ministre de l’Education Nationale par le président du Conseil nationale du numérique (CNN) tranche avec le modèle « top down » qui a prévalu jusqu’à présent dans les plans d’équipements des écoles publiques. Et aborde enfin le sujet par le bon bout : avant d’équiper les élèves en matériels, que peut-on utiliser ? et pour quoi faire ?

L’argumentaire repose sur les conclusions et les propositions du rapport « Jules Ferry 3.0 » : Bâtir une école créative et juste dans un monde numérique” publié le 3 octobre, la veille du lancement de la concertation nationale sur le numérique. Une publication réalisée en coulisse, le CNN s’étant auto-saisi de la réflexion sur le thème « l’éducation dans une société numérique ».

“Il faut en finir avec les millions dépensés pour équiper les élèves d’ordinateurs qui sont déjà dépassés une fois le marché conclu, confie Pascale Luciani-Boyer, conseillère municipale à Saint-Maur-des-fossés et membre du collège collectivités du CNN et de la commission numérique de l’Association des maires d’Ile-de-France. Notre enjeu n’est pas celui d’équiper en tableau numérique interactif ou en tablettes tactiles les classes. Il ne faut pas se tromper de combat : nous devons donner aux enseignants les moyens de changer de modèle”.

Ce rapport lance, entre autre, le défi de la co-construction d’un nouveau modèle par les enseignants eux-mêmes aux côtés des acteurs publics locaux et économiques.

Mais les calendriers de ces concertations devront néanmoins s’harmoniser car la thématique “éducation et formation des citoyens de la société numérique “  a déjà reçu 137 contributions sur la plate-forme du CNN dont plusieurs d’entre elles abordent la question sous l’angle du rôle de l’école.

Connexion des écoles pour revitaliser la pédagogie

Avant même d’envisager le déploiement généralisé de tableaux blancs numériques ou de tablettes tactiles, la pierre angulaire d’un renouveau pédagogique sera la connexion de l’école, des enseignants et des élèves.

Le retard le plus emblématique est en effet celui des connexions des écoles à Internet. Les connexions très bas débit des écoles élémentaires ont pour conséquence une faible utilisation d’Internet dans les pratiques pédagogiques en classe.

Connexion des écoles : le grand retard

  • 62,1% des écoles élémentaires publiques disposent d’un débit de connexion compris entre 512 kb et 2MB. Seules près de 26 % ont des débits supérieurs à 2 MB ;
  • 12% des écoles élémentaires ne sont toujours pas connectées à Internet ;
  • 93% des écoles élémentaires n’utilisent pas de ressources éditoriales pédagogiques en ligne. Les contenus numériques utilisés sont donc pour la plupart sur CD-Rom.(source Education Nationale)

Tous les établissements scolaires (dont 52 000 écoles primaires ou élémentaires)  devront être raccordés à la fibre optique, une priorité dans le cadre du Plan France Très Haut Débit. Une subvention sera en outre attribuée aux 8 000 écoles primaires ou élémentaires trop éloignées des réseaux FTTH, si elles sont éligibles à des offres alternatives (sans fil ou satellitaire) d’au moins 30 Mbits.

De fait, la connexion des classes n’est pas toujours une priorité dans les communes, qui hésitent encore à contracter des abonnements pour une école entière ou les réservent aux enseignants qui démontrent la nécessité d’une connexion à Internet dans leur projet pédagogique.

Retard d’équipement à l’école primaire

Ainsi note-t-on dans l’enquête sur les TICE de l’Education Nationale qu’à la rentrée 2014, dans le second degré, 5 élèves se partagent le même ordinateur dans les collèges. Ce taux chute dans le premier degré à 9 élèves par ordinateur. En revanche le taux remonte à 5,5 dans les 5974 écoles ayant bénéficié du plan « Ecole Numérique Rurale ».

Toutefois ce parc d’ordinateurs est vieillissant. Si l’on ne compte que les ordinateurs de moins de 5 ans, le paysage s’assombrit. L’on dénombre alors 17 élèves en élémentaire par ordinateur, contre 8,5 pour les classes du plan Ecole Numérique Rural (plan lancé en mars 2009).

Les vidéoprojecteurs interactifs (VPI) et les tableaux numériques interactifs (TNI) ou tableau blancs interactif (TBI) ont, eux, fait leur entrée dans les classes de collèges d’une manière significative. Avec respectivement 41 de ces dispositifs interactif pour 1000 élèves dans les collèges pour 14, 5 pour 1000 élèves en élémentaire et  4 pour 1000 élèves en maternelle, le taux d’équipement est plus important pour les écoles numériques rurales qui bénéficient de près de 22 de ces dispositifs  pour 1000 élèves.

Le premier chantier est donc bien là : avant d’évoquer les nouvelles pédagogies permises par le numérique, il faudra se donner les moyens de les utiliser.

La dynamique d’équipement est déjà lancée dans les collèges

L’ engagement du président de la République d’équiper d’une tablette numérique les élèves de classes de 5ème dès la rentrée 2016 pourrait  être tenue puisque les conseils généraux sont engagés dans une dynamique d’équipements et de raccordement Très Haut Débit des établissements du second degré.

Ils consacrent déjà 257 millions d’euros par an au numérique dans les collèges selon l’Assemblée des départements de France. L’équipement individuel de l’élève est l’ultime étape que plusieurs départements ont déjà franchie avec les ordinateurs portables dès 2001 (dans les Landes) ou avec des tablettes numériques depuis 2010 (en Corrèze) ou encore en 2013 avec Ordi60 dans l’Oise ou Ordival dans le Val de Marne. Ou encore l’Opération JET dans le Jura.

Le challenge à relever pour les conseil généraux est donc de distribuer, en deux ans, près de 800 000 tablettes si l’on ne considère que la population des élèves de classe de 5ème. Un déploiement conséquent puisqu’à titre de comparaison, à la rentrée 2014, l’Education Nationale recensait 115 000 tablettes numériques pour l’ensemble de la population scolaire (lycée, collège, écoles). Il reste donc une certaine marge de progression pour un déploiement massif de tablettes aux 11,6 millions d’élèves scolarisés en France !

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Aménagement numériqueEducationNumériqueTélécommunications

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Franck chauvet 24/03/2015, 23h27

    L''enjeu éducatif de demain sera l'équipement des foyers des élèves
    La structure "Ecole" matérielle risque fort de disparaître au profit de la dématérialisation complete de l'enseignement
    On vient a l'école au collège au lycée pour entendre un professeur un instituteur chose qui peut se faire maintenant a la maison

    Les systèmes experts peuvent remplacer l'enseignant et le redéploiement se fera depuis le foyer, malheureusement le numérique est loin d'être équitable .
    Le politique devra nécessairement se pencher sur la fracture numérique qui pourrait empêcher le déploiement d'un tel enseignement dans les années avenirs

  2. 2. beurgniot 26/01/2015, 09h52

    avant d'équiper les écoles primaire de tablettes .je pense qu'il serait nécessaire et impératif d'apprendre aux élèves à lire, écrire et l'orthographe ; l'informatique c'est après .ne mettons pas la charrue avant les boeufs

  3. 3. ssrw38 23/01/2015, 10h39

    Tout cela est bien gentil, mais repose encore une fois sur les budgets des collectivités territoriales. Autant pour les réseaux que pour le matériel. Et cet article le confirme le matériel est tellement vite dépassé que l'on ne peut même plus parler de dépenses d'investissement. Puis vient la question de la formation et de l'implication des enseignants voire des formations continues proposées ou mises en place par l'Education Nationale car il ne suffira pas de savoir aller surfer sur Google pour utiliser les moyens technologiques modernes dans un but pédagogique.

  4. 4. Michel Guillou 23/01/2015, 10h19

    « L’argumentaire repose sur les conclusions et les propositions du rapport « Jules Ferry 3.0 »  » dites-vous, en citant sans doute le président du CNNum. Où avez-vous ça ? Avez-vous vraiment lu cet argumentaire, qui n'y fait absolument pas référence ? Il n'a strictement aucun rapport avec ce que propose le CNNum, notamment sa proposition n° 1 heureusement passée aux oubliettes.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.