En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

[BILLET] LAICITE

Le financement public des nouveaux lieux de culte est légal !

Publié le • Par • dans : Billets juridiques, France

2

Commentaires

Réagir

Eglise moderne © Geocaching

A la lecture des résultats d’une enquête réalisée à la demande de la délégation aux collectivités territoriales du Sénat, présidée par Jean-Marie Bockel (UDI – Haut-Rhin), par TNS Sofres, sur le financement des lieux de culte, on note que 59 % des élus locaux interrogés sont défavorables au financement public des nouveaux lieux de culte. Or, c'est oublier que celui-ci existe et qu'il est même encadré par la loi.

 

Dans son volet qualitatif, l’enquête réalisée par TNT Sofres à la demande de la délégation aux collectivités territoriales du Sénat nous présente des élus majoritairement défavorables au financement public des nouveaux lieux de culte qualifiant celui-ci « d’irrespectueux de la loi et contraire au devoir de neutralité des acteurs publics vis-à-vis du religieux ».

Or, s’il est vrai que la loi de 1905 interdit à une collectivité de contribuer à l’aménagement ou à la construction d’un nouvel édifice de culte, des dérogations à cette interdiction sont prévues par une loi plus récente, l’ordonnance du 21 avril 2006.

Codifiées à l’article L.1311-2 du code général des collectivités territoriales, ces dérogations permettent aux collectivités territoriales de conclure des baux emphytéotiques administratifs sur des dépendances de leur domaine privé ou public « en vue de l’affectation à une association cultuelle d’un édifice du culte ouvert au public ».

Financement indirect

Principe constitutionnel de laïcité oblige, cette possibilité est toutefois encadrée par le juge. Le 19 juillet, le Conseil d’Etat a considéré que la mise à disposition d’un terrain pour construire un édifice de culte était possible mais devait avoir deux contreparties (req. n° 320796) :

  • La première est le versement, par le titulaire du bail, d’une redevance ;
  • La seconde est l’incorporation dans le patrimoine de la collectivité, de l’édifice construit à l’expiration du bail, dont elle n’aura pas supporté les charges de conception, de construction, d’entretien ou de conservation.

Mais le Conseil d’Etat précise que le loyer versé par le titulaire du bail emphytéotique peut être faible, voire modique. Un financement indirectement public, donc.

Haut de page

Cet article est en relation avec

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. LYH 22/01/2015, 16h18

    Scandaleux !
    Où est la laïcité dont on nous rebat les oreilles depuis l'assassinat des Charlie ?

  2. 2. Mig52 06/03/2015, 17h57

    Scandaleux aussi quand nos impôts locaux sont utilisés pour payer les frais d'entretien u de réparation des édifices existants?

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.