En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

 

Réagir

Interview

« Il faut maintenir l’investissement public en s’endettant »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Actualité Club finances

0

Commentaire

Réagir

Eric Heyer Eric Heyer © OFCE

Pour Eric Heyer, directeur adjoint au département « analyse et prévision » de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), l’investissement public est efficace et sa diminution ne réduira pas le déficit public.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Investissements : faire mieux avec moins

 

La stigmatisation de la dépense publique est-elle justifiée ?

Non, car il faut distinguer les dépenses sociales, élevées en France, des autres dépenses. Toutes dépenses publiques confondues, la France débourse 7 points de PIB de plus que la moyenne des autres pays de l’OCDE : 4 points sont liés à la retraite, 1 point aux dépenses militaires, 1 point au logement et 1 point à la politique familiale.
En revanche, hors dépenses sociales, la France occupe le dixième rang de l’OCDE en termes de dépenses publiques ramenées au PIB. Mais l’Etat ne s’attaque pas au problème à partir de ces données : il fixe comme objectif de réduire les dépenses de 50 milliards en trois ans, puis encore de 50 milliards les trois années suivantes, sans préciser sur quels postes agir.
En quoi cela impacte-t-il les collectivités locales ?

En rabotant leurs ressources de 11 milliards d’euros en trois ans, on ne distingue par la bonne dépense – notamment l’investissement – de la mauvaise, qui correspondrait à des doublons et à du gaspillage. Les collectivités risquent de geler leurs projets d’équipement. Or c’est la dernière des choses à faire dans le contexte actuel. Il aurait été préférable de demander aux collectivités de réduire certaines de leurs dépenses mais en sacralisant celles liées à l’investissement.

Cela ne serait-il pas en opposition avec l’objectif de l’Etat de réduire le déficit public ?

On ne résout pas le problème du déficit public en réduisant un poste qui est efficace économiquement. Le FMI révèle que l’investissement public a un effet multiplicateur de trois, ce qui signifie qu’un euro d’investissement public génère trois euros d’activité. Les prélèvements obligatoires s’élevant en moyenne à 50 points de PIB, l’Etat récupère 1,5 euro par euro investi. Inversement, la réduction d’un euro d’investissement public réduit les recettes de 1,5 euro et le déficit ne diminue pas. Aujourd’hui, réduire le déficit en réduisant l’investissement public est voué à l’échec. Les élus locaux ont raison de vouloir défendre l’investissement public.

Comment peuvent-ils contourner ce contexte financier contraint ?

L’augmentation des taux d’imposition est possible mais impopulaire. Quant aux économies sur la section de fonctionnement, elles restent compliquées et ne produiront des effets que sur le long terme : ce levier n’est donc pas utilisable pour absorber la baisse des dotations sur les trois prochaines années.

Il reste par conséquent le recours à l’endettement, d’autant plus recommandé aujourd’hui compte tenu du faible niveau des taux d’intérêt et de la situation conjoncturelle. Il faut maintenir l’investissement en recourant à l’endettement.
Par ailleurs, on aura toujours besoin de l’endettement public pour la transition énergétique, le numérique, certaines infrastructures. On peut donc saisir l’opportunité de cette situation financière favorable afin de faire avancer ces investissements nécessaires pour l’avenir.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés BudgetsDetteEconomieFinances publiques

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.