En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

1

Commentaire

Réagir

Fonction publique

Zoom sur les conditions de travail dans la fonction publique par rapport au privé

Publié le • Par • dans : A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

1

Commentaire

Réagir

La surcharge de travail au bureau © Fotolia

Les conditions de travail s'avèrent hétérogènes entre grands secteurs du privé et entre versants de la fonction publique, mais les agents publics, notamment hospitaliers, se révèlent beaucoup plus exposés à certains risques professionnels que les salariés du privé, d'après une étude de la Dares publiée en décembre.

 

L’analyse comparée sur « les conditions de travail des salariés dans le secteur privé et la fonction publique » publiée en décembre 2014(1) révèle des écarts notables d’exposition aux risques professionnels. « Ces différences sont principalement liées aux organisations, aux métiers et aux contraintes spécifiques à chacun des secteurs », notent les deux chercheurs qui ont réalisé cette étude, Thomas Coutrot pour la Dares et Emma Davie pour la DGAFP.

Changements organisationnels fréquents - Les agents publics sont, avec les salariés de l’industrie, les plus nombreux à déclarer que leur environnement de travail a été modifié après un changement organisationnel au cours de l’année écoulée. Outre le changement de poste ou de fonction, le changement d’organisation du travail concerne ainsi un quart des agents publics et des salariés de l’industrie. Ces changements sont jugés positifs par 37 % de ceux qui les vivent et négativement par 28 % d’entre eux : 20 % des salariés qualifient ces changements d’« imprévisibles et mal préparés ».

changements organisationnels

Contraintes horaires plus importantes dans le public - Les astreintes concernent 16 % des fonctionnaires, pour seulement 8 % des salariés du privé. 70 % des agents hospitaliers travaillent en outre le samedi, même occasionnellement et 64 % le dimanche, alors que les horaires atypiques ne concernent que 48 % de l’ensemble des salariés et fonctionnaires pour le samedi et 28 % pour le dimanche.

A noter : 71 % des agents publics estiment disposer de suffisamment de temps pour faire leur travail. Facette positive de la pression sur les effectifs, la plupart des salariés et des fonctionnaires affirment pouvoir compter sur leurs collègues pour effectuer correctement leur travail.
A retenir également : si les fonctionnaires se disent moins soutenus par leur hiérarchie (61 %) que les salariés du privé (67 %), 85 % d’entre eux estiment pouvoir être aidés par leurs collègues en cas de travail délicat ou compliqué (78 % dans le privé).

Devoir faire parfois trop vite une opération qui demanderait davantage de soin - Riche en enseignements, l’étude Conditions de travail apporte également des précisions les « conflits éthiques » appelés aussi « travail empêché ». Dans ce domaine qui est source de risques psychiques, l’ensemble des secteurs se retrouvent à égalité. Si 10 % environ de salariés de chaque secteur font toujours ou souvent des choses qu’ils désapprouvent,  23,7 % des territoriaux (26,9 % des salariés du privé) déclarent devoir « faire parfois trop vite une opération qui leur demanderait davantage de soin ».

conflits valeur

Manque de reconnaissance dans la fonction publique - Alors que 29 % des salariés dans leur ensemble manquent de respect et d’estime au travail, la même proportion ne se sent pas traitée à équité par son supérieur hiérarchique. Les agents de la FPE (33,2 %) et encore plus ceux de la FPH (35,9 %) sont exposés au manque de reconnaissance, tandis que les territoriaux ne sont que 26,7 % à s’en plaindre.
Evaluées elles aussi, les agressions verbales de la part de collègues ou de supérieurs au cours des douze derniers mois ont été relativement peu fréquentes d’un secteur à l’autre (13 % en moyenne) mais là encore les agents hospitaliers (19,2 %) et les territoriaux (14,9 %) les subissent davantage.

relations sociales

Peu d’objectifs chiffrés mais des entretiens d’évaluation répandus - Les fonctionnaires ne sont dans leur ensemble que 20 % à se voir fixer des objectifs chiffrés, pour 31 % des salariés en moyenne. Les entretiens annuels d’évaluation, récemment généralisés dans la FPT, concernent désormais 70 % des agents de la fonction publique alors que seuls 48 % des salariés du privé en bénéficient. Cette pratique devenue fréquente rend les fonctionnaires critiques : 30 % d’entre eux estiment que les personnes qui évaluent leur travail ne le connaissent pas bien.

Des tensions avec le public, mais moins pour les territoriaux qu’à l’hôpital - Dans cette enquête de la Dares, 80 % des agents publics déclarent travailler en contact direct avec le public et se trouver plus souvent en situation de tension. La territoriale paraît cependant plus épargnée que les autres versants. Ainsi, alors que 18 % des salariés ont vécu une agression verbale de la part du public durant l’année qui a précédé l’enquête, ils sont 21,6 % dans la FPT mais 29 % dans la FPE et 38 % dans la FPH.

Corolaire de ces tensions, le « travail émotionnel » qui consiste à cacher ses émotions ou à faire semblant d’être de bonne humeur est caractéristique de 31 % des salariés, en particulier dans le commerce, les transports et les fonctions publiques de l’Etat (37,8 %) et hospitalière (40,5 %).
Autre enseignement, deux tiers des agents publics, sont en contact avec des personnes en détresse, et 72 % doivent calmer des gens, là encore davantage à l’hôpital (85 %) que dans les collectivités (61,4 %) mais beaucoup plus que dans le secteur privé (48 %).

exigence emotionnelle

Haut de page

Cet article est en relation avec

  • VoirRéduire

    Notes

    Note 01 - dans « Dares analyses » par la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère du travail, avec la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP). - Retourner au texte

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueRisques psychosociaux

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. lolo 30/01/2015, 20h08

    Cette étude est très riche et je vous en félicite.
    Je ne suis qu'un petit agent qui ne représente rien.
    Cependant, je pense qu'il faudrait l'approfondir.
    Dans votre étude, la territoriale et la l'Aphp sont les plus concernés par les difficultés..
    Je suis de la territoriale et selon moi le rapport est encore plus en la défaveur des territoriaux car avec le Grand Paris, plus personne parmi les chefs de service ne regarde à l'intérêt commun, alors que l'objectif de management est principal pour que tout fonctionne bien.
    Il y a une sorte de" club " qui se forme, (les "in" et les "out" pour ne parler pour le moment que de ça et en fonction du bon vouloir de certains, votre carrière s’arrête là.
    Là pour demeurer concret même si cela a toujours existé, le métier de fonctionnaire devient un métier à risque.. tant dans ce qu'on fait, comment on le fait mais aussi à ce que l'on dit et à qui.
    Alors que nous parlons de Laïcité.
    Il ne fait pas bon d'être un Agent.. avec beaucoup de responsabilités, très peu de reconnaissance, corvéable à merci, et si vous osez faire valoir vos droits.. Bonjour les problèmes.
    Entre amis(ies) de différents ministères, apparemment c'est un peu plus soft dans les ministères;
    Je tiens mes propos et déclare simplement que les fondements de liberté, d'Egalité et de Fraternité de Notre Pays , sont véritablement en Danger, et que les Piliers tel que la Justice ne sont plus au rendez-vous.. Sauve qui peut.. Tout le Monde essaie d'en profiter, avec beaucoup d'adresse et les malheureux qui pensent à une France Forte comme moi, seront virés ou mis à l'écart ou encore la nouvelle carte ; Le Mal être au travail.
    Je m'arrête là, car je suis arrivé au point de me dire comme dans l'histoire de Charlie..; Est-ce que cela vaut le coup de perdre son emploi pour une Equité de nos jours quelque soit nos origines ?

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.