En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

3

Commentaires

Réagir

Le nouveau paradigme de l’investissement public local

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, A la Une finances, Actualité Club finances, France

3

Commentaires

Réagir

Investing In Growth © Fotolia

Afin de pouvoir continuer à investir, les collectivités locales doivent adapter leur mode de fonctionnement à un contexte financier très contraint. Une révolution culturelle se profile.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Investissements : faire mieux avec moins

 

Chiffres-clés

49 % des élus locaux : prévoient de réduire leurs dépenses d’investissement en 2015 du fait des contraintes budgétaires, révèle le premier baromètre des collectivités territoriales réalisé par « Le Moniteur » et la Fédération nationale des travaux publics. 55 % compenseront la baisse des dotations par un rééchelonnement de leurs projets sur une durée plus longue et 49 % reporteront certains projets.

La baisse inédite des dotations de l’Etat (11 milliards d’euros en trois ans) réduit mécaniquement l’épargne nette des collectivités territoriales, et donc leur capacité d’autofinancement des investissements. Comment, dans ce contexte très contraint, continuer à financer de nouveaux projets sans mettre en péril les équilibres financiers des budgets locaux ? « Les collectivités présenteront probablement des ratios de gestion dégradés », admet Jean-Sylvain Ruggiu, directeur « secteur public » à la Caisse d’épargne, qui estime que, « dans ce contexte, les élus seront souvent amenés à faire des arbitrages ».

Transformer la contrainte en opportunité - Faire des choix, mais aussi faire évoluer les méthodes et bousculer les habitudes. Plus question « d’être drogué à la dépense », selon l’expression d’Yves Fréville, professeur émérite à l’université Rennes 1. « Au lieu d’ajuster comme par le passé les recettes aux dépenses prévues, les élus doivent inverser le mécanisme », prévient Jean-Luc Bœuf(1), directeur général des services de Quimper (63 400 hab., Finistère) et Quimper agglomération (8 communes, 87 000 hab). Un avis partagé par Guy Gilbert, professeur émérite à l’Ecole nationale supérieure de Cachan (lire ci-dessous).

Attention toutefois à « ne pas procéder à des coupes budgétaires à l’aveugle », alerte Antoinette Hastings-Marchadier, professeur de droit public à l’université de Bretagne sud. D’autant moins qu’un arrêt brutal des investissements risque de dégrader la valeur des actifs et de porter préjudice à l’attractivité des territoires, à l’instar de ce qui s’est produit en Allemagne, « où les investissements ont été divisés par deux dans les communes pour financer les retraites », rappelle Nicolas Portier, délégué général de l’Assemblée des communautés de France (ADCF). Certes, il faudra désormais « faire avec moins de moyens », convient ce dernier, « mais jusqu’où aller ? »

C’est tout l’enjeu des trois prochaines années. Au final, le challenge consiste à transformer la contrainte financière en opportunité pour qu’émergent des solutions innovantes et performantes (lire p. 24-25), mais surtout à adapter plus finement les projets aux disponibilités financières des collectivités et aux besoins des territoires. L’ADCF invite à programmer avec plus de rigueur les dépenses d’équipement et à constamment « évaluer leur utilité sociale » (2). Les démarches de prospective mériteraient d’être développées pour affiner la distinction entre exigence de renouvellement des équipements et besoin de déploiement de nouvelles infrastructures, tout en prenant mieux en compte les coûts de fonctionnement.

L’emprunt, un levier limité - Un exercice auquel vient de se plier la région Bourgogne. Après avoir évalué le coût de fonctionnement de treize nouvelles rames de TER inscrites en autorisations de programme en novembre 2013 (pour un montant de 180 millions d’euros), elle a annulé cette acquisition au profit de la rénovation des trains Corail, estimée à 40 millions d’euros. « Les trains Regio 2N coûteraient à la région 5,5 millions de plus par an en exploitation et en maintenance », justifie la région.

La prospective doit aussi être financière afin d’évaluer les marges de manœuvre de la collectivité, ce qui nécessite « d’investir dans les outils de la connaissance », conseille l’ADCF. Celle-ci recommande la mise en œuvre de « programmes pluriannuels d’investissement de territoire » (PPIT), adossés au projet de territoire et au schéma de mutualisation. « On ne peut plus penser les projets d’équipements importants (culturels, sportifs) à une dimension microterritoriale », convient Antoinette Hastings-Marchadier, qui milite en faveur de l’obligation des PPI.

Certaines collectivités annoncent d’ores et déjà un recours accru à l’emprunt pour maintenir leurs investissements. Une option d’autant plus attrayante que les taux d’intérêt sont historiquement bas et la ressource abondante et diversifiée (banques commerciales, Caisse des dépôts, Banque européenne d’investissement, contrats de plan Etat-région, fonds européens). « Ce levier est réel mais par définition limité, avertit Jean-Sylvain Ruggiu, et ne reste envisageable que pour les collectivités peu endettées. »

Hiérarchisation des priorités - L’optimisation de la ressource ne passerait-elle pas par son fléchage sur des projets spécifiques, tels la transition énergétique ou le développement du très haut-débit, et sur des politiques publiques ciblées ? La Seine-Saint-Denis vient ainsi d’allouer près de 600 millions d’euros à son plan « ambition collèges 2020 » pour rénover 80 établissements et en construire 10 autres. « Nous n’utiliserons plus de droits de tirage en matière d’investissement et privilégierons les investissements essentiels pour la collectivité, à savoir les collèges et la petite enfance », explique Stéphane Troussel, président du conseil général.

Mais, in fine, en fonction de quels critères procéder à des arbitrages ? Faut-il s’interdire les équipements alourdissant les charges de fonctionnement, à l’instar de Cahors (lire p. 25), prioriser le renouvellement du patrimoine, privilégier les investissements productifs ou miser sur le développement économique local ? Si la réponse se trouve dans un panachage de ces diverses options, Antoinette Hastings- Marchadier rappelle aussi que « l’on ne peut plus penser à la hiérarchisation des priorités sans engager une réflexion sur la démocratie participative ».

Une régulation cohérente entre ressources et dépenses

Le contrôle indirect de l’Etat sur la croissance des dépenses locales par la seule régulation de la ressource atteint ses limites. Difficile d’accentuer la baisse des dotations et d’étendre davantage le contrôle sur l’évolution des taux de fiscalité. « Je ne vois pas non plus comment revenir à l’autorisation administrative de l’emprunt », observe Guy Gilbert, professeur émérite à l’Ecole nationale supérieure de Cachan.
Face à la progression des dépenses locales, il faut mettre en place « une régulation cohérente entre ressources et dépenses », afin de retrouver « des marges de progrès en mesure d’améliorer la gouvernance des relations financières entre l’Etat et les collectivités », assure Guy Gilbert.
Il préconise deux stratégies de coordination. L’une, « impérative », conduirait à revisiter le cadre comptable et les règles budgétaires imposés par les autorités centrales pour garantir une meilleure maîtrise des collectivités sur les choix de dépenses sans remettre en cause leur liberté de gestion. L’autre, « coopérative », consisterait à élaborer le cadre d’une négociation entre l’Etat et les collectivités sur les objectifs budgétaires.

 

« La métropole génère efficacité et économies », Benoît Quignon, DGS de la métropole de Lyon (59 communes, 1,32 million d’hab., Rhône)

« La création de la métropole de Lyon permet d’optimiser toutes les politiques publiques. En matière d’action sociale, de développement économique et de logement, la réunion des compétences du département et de celles de la communauté urbaine permet une meilleure adéquation entre les ressources et les besoins. La gestion unifiée des voiries permettra de mettre en œuvre des processus de production plus efficaces. Les économies obtenues seront réinvesties dans la remise à niveau d’ouvrages d’art et de routes. De même, la création d’une chaîne des acteurs du logement générera plus de leviers pour augmenter les financements et orienter les investissements des bailleurs sociaux en fonction des besoins. »

« La commune nouvelle permet de rationaliser l’investissement », Jean-Christophe Paquier, maire d’Ecuelles (2 500 hab., Seine-et-Marne)

« Les communes voisines d’Ecuelles et de Moret-sur-Loing souhaitaient chacune construire une médiathèque : un équipement de 400 m2 à 2 millions d’euros pour Moret-sur-Loing et un autre de 200 m2 à 1 million d’euros pour Ecuelles. J’ai proposé au maire de Moret-sur-Loing de ne bâtir qu’une seule médiathèque, ce qui a déclenché le regroupement de nos deux communes, depuis le 1er janvier 2015, au sein de la commune nouvelle d’Orvanne. Car cette opération nous a montré qu’il était possible de rationaliser nos investissements, puisque nous allons réaliser un équipement plus grand (500 m2) et moins cher (1,5 million). Nous profiterons en outre d’une subvention de la région Ile-de-France qui finance les médiathèques des villes de plus de 5 000 habitants. »

« La fusion de nos régions ne modifiera pas la donne », Gaël L’Aot, directeur financier de la région Languedoc-Roussillon (2,78 millions d’hab.)

« La fusion des régions pourra générer des marges de manœuvre financières, mais elles dépendront de la situation de chaque territoire. La capacité d’investissement de la nouvelle entité née de la fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées sera importante. Il s’agit ici de marier deux régions confrontées aux mêmes contraintes sur les recettes, très peu endettées, avec un niveau d’épargne élevé, et donc une capacité d’autofinancement des investissements importante. Elles bénéficient des mêmes possibilités de recours à l’emprunt et, qu’elles soient seules ou à deux, elles disposent d’une force de frappe identique pour lever des financements auprès de la Banque européenne d’investissement ou de la Caisse des dépôts. »

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés BudgetsDetteFinances locales

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Marx 22/01/2015, 11h45

    M. Guy Gilbert, professeur émérite à l’Ecole nationale supérieure de Cachan pense qu'il n'est pas possible d’étendre davantage le contrôle sur l’évolution des taux de fiscalité.
    Je prend acte de son affirmation. Mais il me semble qu'il doit aussi s'interroger sur les montants prélevés. Dans certaines communes, les taux combinés des différents échelons pour la taxe foncière sont supérieurs à 75%, ce qui réprésente pour des bailleurs des charges incompressibles de l'ordre de trois mois (voire quatre) de loyer.
    D'un point de vue économique, quel montant reste-il alors à ces bailleurs pour rémunérer leur investissement et pour procéder aux investissements indispensables avec les enjeux de maîtrise de l'énergie?
    Il faut donc savoir ce que l'on veut et donner aux propriétaires les moyens d'investir... pour l'intérêt général de notre pays.

  2. 2. Henri Tanson 22/01/2015, 08h55

    La rigueur "vertueuse".
    L'obligation de réduire les budgets impose de mieux gérer les dépenses. Très bien. Mais c'est une solution, limitée en ampleur et surtout dans le temps. Quand on voit que la politique nationale n'a aucun impact sur l'emploi qui est l'une des explications des baisses de revenus de l'Etat, on peut s'attendre à ce que les dotations de l'Etat aux Collectivités, continuent de baisser chaque année, pour longtemps.
    La vraie solution n'est pas dans la rigueur.
    Vous oubliez aussi de parler de toutes ces Collectivités qui ont contracté des emprunts "toxiques" auprès de Dexia et qui se voient en plus impactées par la ré-évaluation soudaine du Franc suisse en ayant emprunté auprès d'UBS et qui se retrouvent à rembourser des emprunts à des taux très largement supérieurs au taux usuraire autorisé... Combien de Communes vont se retrouver en faillite? Et ce n'est pas l'Etat avec son minuscule Fonds de compensation qui va pouvoir les sauver...
    Pourquoi ne parlez-vous pas des vrais problèmes?

  3. 3. Pierre Cheminade (journaliste)
    22/01/2015, 12h28

    Bonjour,

    Ce dossier sur les investissements a été bouclé la semaine dernière, avant la décision de la BNS sur le franc suisse mais en ce qui concerne les emprunts toxiques et le franc suisse, n’hésitez surtout pas à consulter ces trois articles publiés sur notre site depuis vendredi ;-) :
    - Emprunts toxiques : l’envolée du franc suisse sème la panique
    - Marc Le Son : « Déjà élevés, les taux de nombreux emprunts toxiques vont doubler »
    - Euro/Franc suisse : fin du plancher, les ennuis (re)commencent

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.