En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

2

Commentaires

Réagir

Police municipale

Après le drame de Montrouge, les maires se montrent partagés sur l’armement

Publié le • Par • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

2

Commentaires

Réagir

PM Flashball © -

Conscients que leurs uniformes constituent une « cible », les policiers municipaux revendiquent une plus grande protection et demandent des gilets pare-balles, des armes à feux et parfois invoquent le droit de retrait… En réponse, bon nombre de villes UMP annoncent leur intention de s’engager dans l’armement tandis que d’autres se refusent à acquérir des armes létales.

Besançon, Marseille, Bordeaux ou encore Chalon-sur Saône. Dans de nombreuses villes françaises, les maires tentent de répondre aux demandes de protection des policiers municipaux, sidérés par l’assassinat de leur collègue, Clarissa Jean-Philippe, tombée le 8 janvier sous les balles du terrorisme. Après cet assassinat, la crainte s’est ravivée chez les agents et le débat sur l’armement a été relancé. «Nous sommes des cibles» brandissent les policiers municipaux.

Les maires UMP adoptent l’armement - Qu’ils soient à la tête de grandes villes ou de plus petites, certains maires, majoritairement UMP, ont vite décidé de réagir en les armant. C’est le cas de Marseille où le maire (UMP) Jean-Claude Gaudin a affirmé ce lundi 19 janvier qu’il envisageait de doter d’armes létales la police municipale. «Les événements dramatiques nécessitent de réfléchir à comment faire évoluer la possibilité d’armer la police municipale. Pour l’instant, nous ne l’avons armée que d’armes non létales. Mais avant d’armer, il faut former», a déclaré Jean-Claude Gaudin, lors de ses vœux à la presse. «Je n’exclus pas cette évolution (de doter la police d’armes létales, ndlr), car les évènements sont tellement graves qu’il n’est plus possible que nos forces de police soient caillassées, ou que les marins-pompiers appelés pour aider soient pris pour cible. Effectivement, nous irons, je pense, vers cette évolution», a ajouté le sénateur-maire.

A Montluel (Ain), commune de 7000 habitants, le propos est similaire. Lors de la cérémonie des voeux aux habitants, le maire (UMP) Romain Daubié a annoncé plusieurs mesures. «Au niveau de la sécurité, compte tenu de la menace présente, la police municipale sera équipée de taser ou d’une arme de catégorie équivalente », a-t-il assuré. Le cas est similaire à Sully sur Loire (Loiret): le maire a annoncé lors de la cérémonie des vœux, l’armement à venir de sa police municipale

A ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)