Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Hébergement d'urgence

Hébergement d’urgence : le gouvernement promet la réduction des nuitées hôtelières

Publié le 20/01/2015 • Par Sophie Le Gall • dans : France

Invitée en clôture des assises pour l'accès au logement des sans-abri, organisées par la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars), la ministre du Logement, Sylvia Pinel, a annoncé, le 15 janvier, différentes mesures visant à rompre avec la gestion saisonnière.

La ministre n’est pas venue les mains vides. Face aux quelque 450 personnes – travailleurs sociaux, directeurs d’associations, personnes accompagnées, bailleurs, représentants de l’Etat et des collectivités locales réunis pour une concertation nationale sur les solutions à mettre en place pour lutter contre le sans-abrisme, elle a donné la primeur des annonces qui devraient être prochainement confirmées par le président de la République en personne.

« Nous finalisons un plan triennal de réduction des nuitées hôtelières. Son objectif est d’inverser la tendance actuelle, en substituant à l’hôtel des dispositifs alternatifs réellement capables de répondre aux besoins des familles », a-t-elle ainsi précisé, chiffrant à 40 000 les nuitées hôtelières recensées en 2014.

« Mon ambition est simple mais ferme : en 2017, le recours à l’hôtel pour toute nouvelle demande d’hébergement doit être exceptionnel et de courte durée », a insisté Sylvia Pinel. En octobre 2014, l’étude ENFAMS du Samu social (axée sur la région Ile-de-France qui concentre plus de 85 % des nuitées) détaillait les dégâts causés par ce mode d’hébergement : déscolarisation, insécurité…

2015, année « charnière »

L’année qui s’ouvre sera une année clé pour sortir de la gestion saisonnière a assuré la ministre, qui a détaillé, en plus du plan de réduction des nuitées, toute une série de projets.

Elle entend développer « avec le mouvement HLM » l’intermédiation locative et des dispositifs d’accès au logement. Elle a annoncé qu’elle allait prendre un décret qui permettra aux communes de « déduire les dépenses liées à l’intermédiation locatives des pénalités financières qui peuvent leur être infligées au titre de la loi SRU ».

Enfin, la ministre a laissé entendre que les préfets qui auraient été tentés d’ouvrir et de fermer des places en fonction des températures, avaient été rappelés à l’ordre, parlant de « clarifications ». Lors de ces assises, la Fnars a présenté une enquête réalisée dans 18 départements – « Sortie de la gestion saisonnière, où en est-on sur les territoires ? »- qui démontre la persistance de la gestion au thermomètre malgré les orientations ministérielles « sans même parvenir à répondre à l’ensemble des besoins ».

Départements pilotes

Sur le volet de l’accès au logement, la ministre a annoncé que quatre départements – le Doubs, le Calvados, le Rhône et le Val-de-Marne – allaient faire l’objet d’une expérimentation, qui doit démarrer dans les jours prochains, « afin d’élaborer des solutions alternatives et adaptées aux différents territoires et donc aux besoins ».

Avant les annonces de la ministre, les représentants de la Fnars avaient présenté leur Pacte, soit une série d’engagements visant à un accompagnement de qualité, auxquels ils souhaitent rallier les pouvoirs publics et l’ensemble des acteurs intervenants auprès des personnes sans abri.

Ces quatre engagements sont les suivants :

  1. « Mobiliser des solutions de sorties durables pour les personnes hébergées temporairement cet hiver » ;
  2. « Adopter une loi de programmation d’hébergements et de logements très sociaux ;
  3. « Accéder et se maintenir dans le logement grâce à une politique beaucoup plus dynamique de prévention et de « solvabilisation » des ménages modestes » ;
  4. « Créer un droit à l’accompagnement social dans le code de l’action sociale et des familles ».

« Le pacte que vous avez proposé (…) fixe des objectifs plus ambitieux et bien naturellement je partage son esprit », a commenté la ministre.

Pas de chèque en blanc

Les annonces de la ministre suffiront-elles à gagner la confiance des acteurs de terrain, qui, hiver après hiver, réclament du changement ? Rien de moins sûr. Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé Pierre, a rappelé, qu’en 2009, il avait assisté au lancement, par Benoist Apparu, alors secrétaire d’Etat au Logement , du programme « Le logement d’abord ». « Un échec », estime Christophe Robert, notamment « parce qu’on a pas réussi à mobiliser l’ensemble des acteurs ».

Par ailleurs, les intervenants qui se sont succédé lors de ces assises n’ont pas caché leur inquiétude quant à la réforme territoriale en cours, avec cette question : qui sera, demain, en charge du logement ? « On critique le millefeuille territorial, mais, finalement, n’a-t-on pas besoin de tout le monde ? Du conseil général pour suivre les publics fragiles ? Du maire qui se bat pour avoir un CCAS fort ou qui s’engage dans la construction de logement social ? », a commenté Christophe Robert.

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Hébergement d’urgence : le gouvernement promet la réduction des nuitées hôtelières

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

21/01/2015 01h01

Offrir, proposer, assurer un logement à toute personne sur le territoire du pays devrait être une obligation d’un État vis-à-vis de sa propre population.
Il est insupportable de voir que cet Etat n’assume plus depuis trop longtemps ses responsabilités en se déchargeant sur des organismes de secours, bénévoles, pour la plupart.
C’est lamentable: personne ne devrait être SDF ou ne pas manger à sa faim sur le territoire français. Nous sommes un pays riche, fier de son modèle social?
Malheureusement, notre État n’a plus les moyens d’assumer ses responsabilités. Et j’ai peur que ce ne soit le cas pour très longtemps…
Comment faire pour que cela change? Est-ce possible? À court terme?
Je vous assure que oui… Il suffit que nous changions de politique et que nous décidions de ne plus être les esclaves de la finance mais leur maître! Nous avons les moyens, il nous fait juste les hommes… On pourrait commencer par sortir des traités européens qui n’ont pas été écrits pour nous mais au bénéfice de l’argent, de la finance, de la mondialisation. C’est un choix.
Écrivez donc un article sur ce sujet: j’ai la trame, je vous donnerai les articles des traités qui nous nuisent… C’est facile: article 63 et 106 du TFUE par exemple et article 50 du TUE pour en sortir. C’est légal, c’est autorisé, c’est écrit…

mathem18

21/01/2015 07h25

Pourquoi ne pas proposer aux propriétaires de résidences secondaires très peu utilisées en hiver (en bord de mer) ou en été (en montagne) de louer à très bas prix leur logement avec une sorte de contrat de « bon entretien »: ceci permettrait en outre de ne pas laisser des logements inoccupés pendant de longs mois ???

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X