Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports

Le financement des aéroports de Dordogne sur la sellette

Publié le 16/01/2015 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Régions

Le préfet de région Aquitaine conteste la place de la CCI de la Dordogne dans le capital de l'aéroport Bergerac Dordogne Périgord et l'Etat se désengage du financement de la liaison aérienne Périgueux-Paris. D'après les élus, deux outils de développement économique seraient ainsi mis en péril.

Les membres du syndicat mixte Air Dordogne (SMAD), gestionnaire de l’Aéroport Bergerac Dordogne Périgord, ne feront pas suite aux remarques du préfet de région Aquitaine qui leur a demandé de sortir du capital la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de la Dordogne. Se basant sur les observations de la chambre régionale des comptes, le préfet considère que l’organisme consulaire ne peut pas être à la fois actionnaire et gestionnaire de la plate-forme aéroportuaire.

Contester la décision de l’Etat

Après réflexion et la recherche, non aboutie, d’un financeur qui pourrait prendre la place de la CCI, les élus ont décidé de contester la position de l’Etat. « A l’unanimité, les collectivités membres du SMAD ont refusé la sortie de la CCI tant que nous n’avions pas de solutions pour la remplacer. Dans le contexte financier contraint que connaissent les collectivités, nous refusons de nous répartir la contribution de la CCI au déficit d’exploitation de l’aéroport d’1,2 million d’euros par an(1)», a déclaré à La gazette des communes Serge Mérillou, président du SMAD. « Nous n’avons pas l’intention de céder car nous avions pris soin de consulter les services de l’Etat et de demander à la CCI de créer une société ad hoc dédiée à la gestion de l’aéroport lors de la consultation pour une nouvelle délégation de service public », poursuit l’élu, qui précise que « le contrôle de légalité n’avait pas fait, à l’époque, de remarques considérant qu’il y avait transparence des comptes. Alors pourquoi l’Etat réagit-il maintenant ?», s’interroge-t-il. Le SMAD a en effet choisi, en mars 2013, pour une durée de sept ans la SASU Aéroport Bergerac Dordogne Périgord, dont la CCI est l’unique actionnaire.

280 000 passagers

Reste que le schéma adopté pour participer au déficit d’exploitation de l’aéroport risque d’être revu. Se préparant à une baisse de ses ressources, la CCI s’interroge sur sa capacité à continuer de participer à hauteur de 30 % au déficit d’un aéroport qui pourtant, recueille encore un large consensus. En 2014, il a accueilli près de 280 000 passagers pour des destinations en Belgique, Grande-Bretagne et Pays-Bas. D’après la CCI, il génèrerait chaque année plus de 150 millions d’euros de retombées économiques pour le département.

Retrait de l’Etat

2015 est aussi l’année du changement pour le deuxième aéroport exploité en Dordogne. Situé à Bassillac et propriété de la CCI, il a été géré jusqu’au 1er janvier 2015 par la ville de Périgueux qui vient de le transférer à l’agglomération du Grand Périgueux. Pour son président, le communiste Jacques Auzou, l’objectif « est de maintenir les deux rotations quotidiennes pour Paris-Orly jusqu’à l’arrivée du TGV à Bordeaux en 2017 qui mettra Périgueux à 3h30 de Paris ». En attendant, le maintien d’une liaison affichant un déficit d’exploitation de plus d’un million d’euros serait un mal nécessaire. Sans elle, Périgueux serait trop enclavée et mal desservie. Cela pourrait fortement nuire aux entreprises du département qui ont besoin d’un accès rapide à la capitale.

L’enjeu est de dépasser les 6 000 passagers par an et de répartir équitablement entre les financeurs le montant des contributions au déficit depuis le retrait, en ce début d’année, de l’Etat : «  Il se traduit par une perte de recettes de 277 000 euros, soit 35 % du montant des contributions financières(2). Cela a entraîné la décision d’arrêter le saut de puce aérien entre Bergerac et Périgueux », détaille Yves Joudou, directeur général adjoint des services au conseil général de la Dordogne. Les passagers de Bergerac bénéficieront à la place d’un service de taxi vers Périgueux qui coûtera 65 000 euros aux collectivités.

 

Notes

Note 01 La communauté d'agglomération de Bergerac (30%), le conseil général de la Dordogne (49%), la chambre de commerce et d'industrie de la Dordogne (20%) et la Ville de Périgueux (1%) se partagent la prise en charge du déficit d'exploitation. Retour au texte

Note 02 Les autres contributeurs sont le conseil général de la Dordogne, la ville de Périgueux et l'agglomération du Grand Périgueux. Retour au texte

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le financement des aéroports de Dordogne sur la sellette

Votre e-mail ne sera pas publié

logique3

17/01/2015 02h06

Je ne suis pas certain que ces lignes soient très utiles pour le contribuable de base qui finance bien sûr mais plutôt pour ceux qu’on appelle élite et qui bénéficient de voyages aidés . Si l’on veut désenclaver la Dordogne et elle le mérite et ses habitants et contribuables aussi , il serait opportun que nos dits politiques qui freinent des quatre freins pour ne pas être remplacés par des politiques de valeurs , on tient uniquement à son siège et ses avantages , pensent à le désenclaver par la route , par le train avant de penser à eux avec l’avion qui reste quand même un moyen complémentaire …Regardez où e,n est la Dordogne , il n’y pas de hasard mais des politiques qui freinent tant qu’ils peuvent pour leur siège !

Gazouillis

18/01/2015 08h42

Un large consensus pour le maintien de ces aéroports ? Mais de qui ? A Bergerac-Roumanière, il y a eu encore en 2014 moins de passagers qu’il y a six ans. Le développement économique apporté par l’aéroport ? Où çà ? Celui de 20% de chômeurs et d’ entreprises qui ferment les unes après les autres et une dette municipale passée de 32 millions d ‘euros en 2009 à 38 millions en 2014 ? Sans argent, sans passagers et sans destinations, les aéroports de Bergerac, de Périgueux ou d’Agen disparaitront, par simple logique économique. Le plus tôt sera le mieux.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X