En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

4

Commentaires

Réagir

[Editorial] Liberté d'expression

Nous sommes Charlie

Publié le • Par • dans : France

4

Commentaires

Réagir

Patrick Lestienne Patrick Lestienne © Patrick Lestienne

 

Sinistre période que ce début d’année avec cet attentat monstrueux contre « Charlie Hebdo » à Paris, le 7 janvier, qui a fait 12 morts, pour la plupart journalistes et 2 policiers. Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier en France depuis 1961, durant la guerre d’Algérie.

Horrifiée par cet acte barbare, toute la rédaction de « La Gazette » tient à exprimer sa tristesse et sa solidarité aux familles des victimes, journalistes et dessinateurs, irréductibles défenseurs de la liberté d’expression. Ce sont aussi la liberté de la presse et la liberté de pensée qu’incarne « Charlie Hebdo », comme les fondements même de la République, qui sont touchés au cœur.

Risque d’amalgame - Les réactions de colère et de soutien s’élèvent de toutes parts, quelles que soient les couleurs politiques, les confessions religieuses ou les familles de pensée. L’immense rassemblement des Français, dimanche 11 janvier, incarne un moment rare d’unité qui doit servir de rempart contre toute tentation d’amalgame ou de récupération. La seule réponse face au terrorisme ne peut être que le rassemblement pour défendre les valeurs de la République.

Il s’agit d’éviter impérativement la recherche de boucs émissaires parmi les musulmans et les populations immigrées. Le 8 janvier a été décrété jour de deuil national, avec une minute de silence en hommage aux victimes et les drapeaux mis en berne sur tous les bâtiments publics. Les initiatives symboliques prises par les collectivités se sont multipliées.

Radicalisation - Dans un communiqué commun, huit associations nationales d’élus locaux se sont dites « profondément choquées et indignées » par l’attentat. Et de s’inquiéter de voir de l’huile mise sur le feu dans un contexte de grave crise économique et sociale, propice à tous les dérapages. L’action en faveur de la cohésion sociale et la fraternité apparaît, plus que jamais, indispensable. Selon les associations d’élus locaux, « les repères qui assurent la stabilité et la continuité de notre République doivent être affirmés et défendus ».

Avec raison, elles appellent les Français à se rassembler en soutien à ces valeurs, et non à se diviser davantage. Mais cela ne doit pas pour autant occulter la difficulté de nombreux maires, surtout en banlieue, face au mouvement de radicalisation de la société. Les travailleurs sociaux se voient également de plus en plus « mis à l’épreuve » face à la montée des revendications religieuses. Il est urgent de trouver le bon compromis entre la fermeté et le soutien à des populations fragilisées, surtout chez les plus jeunes.

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Citoyenneté et droits de l'hommeTravail social

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. un du douze 15/01/2015, 16h51

    Si l’intention est louable, le message est maladroit. Sommes nous tous Charlie ? Non, évidemment. Car les mots ont un sens et certains ne se retrouvent probablement pas derrière cette affirmation, quand bien même elle prend une dimension métaphorique. Charlie Hebdo, journal irresponsable comme il s’intitulait lui-même, était entre autres libertaire et anticlérical. Nul doute que certains catholiques, juifs, musulmans ont pu être affectés par certains de ses dessins, de ses propos, comme ont pu l’être aussi des politiques, des policiers, etc. D’autres ne l’ont jamais lu ou l’ignoraient, chacun vivait sa vie. Aujourd’hui, il est certainement des gens qui déplorent ce massacre débile mais sont mal à l’aise avec l’affirmation « je suis Charlie », réductrice et contraire à la diversité qui nous est si chère. Je ne suis pas Charlie mais ils n’avaient pas le droit de tuer Charlie.

  2. 2. François 16/01/2015, 12h01

    Merci pour votre clarté. Vous avez, bien mieux que moi, et avec beaucoup plus de mesure exprimé ce que je ressentais et j'adhère pleinement à votre commentaire.

  3. 3. François 13/01/2015, 18h36

    Le message D'Henri Tanson a le grand mérite de poser des questions sur cette liberté de la presse.
    A peine a t'on programmé la liberté d'expression comme le plus sacré des dépôts qu'on engage des poursuites à l'encontre de Dieudonné qui, il me semble, ne fait ni pire ni mieux que Charlie Hebdo. C'est sûr que son humour peut déranger, comme les parutions de Charlie Hebdo ont pu me choquer profondément par leurs attaques méchantes ou calomniatrices à répétition contre certaines de mes valeurs. Mais on a le droit de rire de certains et pas d'autres...
    Enfin parler d'apologie d'actes de terrorisme c'est aller un peu loin dans ... l'intolérance. Cela ne fait que confirmer qu'il y a une "bonne presse bien pensante à gauche" qui peut salir ses adversaires, et d'autres journalistes qui sont privés d'antenne, d'émission, parce qu'ils n'ont pas été dans la pensée politiquement correcte. Ceci dit je ne suis pas partisan de Dieudonné, je ne fais que constater la différence de discours des pouvoirs publics sur ce point de la liberté d'expression.
    Ceci écrit, je suis horrifié des actes commis ces derniers jours qui sont épouvantables, comme ceux perpétrés au centuple au Nigéria. Puissions nous ne pas attendre d'en arriver là, et mener une politique efficace de protection de TOUTES les composantes de notre Nation. Notons aussi que la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres. Ce respect mutuel permetra un meilleur climat social, et un rassemblement sur des valeurs. Sans doute a t'on trop rabaissé les "Valeurs" et critiqué toute forme d'ordre et de respect. On en paie le prix.

  4. 4. Henri Tanson 13/01/2015, 09h37

    Liberté de la presse, liberté d'opinion.
    La France est classee 38ème pour la liberté de la presse au niveau mondial, si je ne me trompe pas? Elle n'a pas de leçon à donner au reste du Monde, bien au contraire, elle devrait avoir honte...
    Personne n'a défilé samedi et dimanche pour le dire... Ce n'est pas le terrorisme islamiste qui en est responsable; c'est un autre terrorisme, plus sournois, toléré....
    Le pouvoir de l'argent sur les média est énorme: aucun média n'est réellement indépendant des grands financiers, internationaux.
    Il y a eu plusieurs émissions de radio sur France Inter, en direct (...) qui l'on évoqué de façon très claire. Amusant sur cette radio qui est particulièrement contrôlée et qui ne diffuse qu'un type de pensée; Patrick Cohen avouant, chez Anne-Sophie Lapix face à Taddeï, qu'il se refusait à donner la parole à des gens qui ne pensaient pas comme lui... Oups!
    Très bien cette manifestation qui à démontré à quel point les Français pouvaient être compassionels quand on les agressait.
    Un peu manipulés aussi par les media qui, dès le début, on affirmé que c'était un attentat contre les dessins de CharlieHebdo et jamais décrit comme un acte de guerre des Islamistes en réponse aux guerres contre l'islamisme que la France mène hors de son territoire...
    Peut-être les réactions des Français auraient été un peu plus critiques envers ses dirigeants?...
    Mais non, cet aspect a été totalement masqué par les médias, libres....
    Ouvrons les yeux...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.