En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

1

Commentaire

Réagir

Edito

Quelle place pour l’AFL sur le marché des emprunts ?

Publié le • Par • dans : Billets finances

1

Commentaire

Réagir

2200500024_e93db99b61_z © Flickr cc by Colin Kinner

L’Agence France Locale, forte de son agrément, veut s’imposer sur un marché saturé mais qui attire encore d’autres acteurs. Jouable ?

 

Chiffres-clés

1 milliard d’euros, c’est le montant espéré de l’émission obligataire de l’Agence France Locale prévue début février.

Il y a du monde sur le marché des emprunts aux collectivités locales en ce début d’année. Outre les acteurs traditionnels comme BPCE ou La Banque Postale, s’ajoute désormais l’Agence France Locale (AFL), qui a enfin obtenu le 22 décembre dernier son agrément de la part de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution. Il lui reste maintenant à convaincre les marchés qui lui donneront la note déterminant sa capacité à lever les fonds internationaux dans des bonnes conditions. Lancée en 2013, l’AFL arrive avec quelques mois de retard, mais désormais à contre-cycle.

En effet, aujourd’hui le problème pour les banques n’est pas de trouver de l’argent, mais de l’engager. La hausse de la fiscalité, la baisse des dotations de l’Etat et la mauvaise image de la dette pousse les collectivités à se désendetter, quand les plus grands spécialistes français des finances locales appellent au contraire à recourir à l’emprunt pour préserver le niveau d’investissement local, première victime attendue de la raréfaction actuelle des ressources. L’AFL aura d’autant plus de mal à se faire une place que d’autres acteurs retrouvent des ambitions dans ce marché déjà surabondant.

Un engagement contraignant mais solidaire - C’est le cas par exemple de la banque allemande PBB Deutsche Pfandbriefbank, attirée par le très faible coût du refinancement en France et rebutée par la frilosité des collectivités allemandes à investir ou de la Banque Européenne d’Investissement. Mais c’est la Caisse des Dépôts qui s’est faite le plus remarquer en cette fin d’année avec le battage médiatique de son patron Pierre-René Lemas sur les 20 milliards de liquidités mis à disposition des collectivités, mais dont seuls 4 milliards d’euros ont été effectivement prêtés.

L’AFL n’aura donc pas la partie facile pour réussir son pari de capter un quart du marché d’ici 2020. L’agence a cependant des arguments à défendre, moins économiques que politiques. Avec elle, les collectivités s’inscrivent au prix d’un engagement contraignant mais solidaire dans une stratégie de couverture de risque de « credit crunch » sur le long terme. Pour réussir, il faudra d’abord convaincre à très court terme.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Financements

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. ROGIER 11/01/2015, 21h27

    L’Agence n’a pas été créée pour résoudre des crises ponctuelles/conjoncturelles et ensuite se mettre en sommeil pour laisser à nouveau la place aux banques commerciales. Oui en 2009 cela aurait été très opportun d’apporter une solution construite par les collectivités locales et compétitive (mieux que celle de la CDC orchestrée par l’Etat pour ménager les banques commerciales avec son point d'orgue à 320 points de base début 2012 !!!!).
    L'Etat a refusé la création de l'Agence en 2009 pour laisser à dexia le temps de se régénérer...cela n'a pas fonctionné...
    La nécessité d’avoir un acteur autonome dédié et détaché des purs intérêts économiques privés reste une nécessité !
    Aucune autre banque que l'Agence france Locale ne peut s'engager à rester durablement une réponse au financement des collectivités en France !
    Enfin un modèle où les coûts de refinancement et les coûts de gestion sont les plus faibles devrait être performant pour l'emprunteur non ?

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.