Mobilité

Pourquoi le bus à biberonnage a le vent en poupe

| Mis à jour le 28/04/2015
Par
biberonnage-gazette (c) Ademe

Ademe

Vus comme une alternative crédible aux véhicules diesel sur les réseaux de transport urbains, les bus électriques à biberonnage séduisent un nombre croissant de collectivités. Pourtant, s’ils cumulent de nombreux avantages, ils restent encore complexes à mettre en œuvre, et doivent faire leurs preuves dans la durée, notamment sur les coûts réels d'exploitation.

A l’heure où la nécessité d’accélérer la transition énergétique devient impérative, de plus en plus d’alternatives aux véhicules polluants font leur apparition sur le marché des transports publics. Parmi elles, on trouve les bus électriques dits à biberonnage. Ces derniers, équipés de systèmes permettant une recharge rapide des batteries à chaque arrêt – par exemple via un bras articulé situé sur le toit de l’appareil, se greffant à un poteau d’alimentation lors de la montée/descente des passagers – ont le vent en poupe, au niveau des constructeurs, qui rivalisent d’imagination pour se démarquer, comme des AOT, de plus en plus séduites. Résultat, depuis quelques années, plusieurs expérimentations publiques ou privées ont été réalisées en Europe et dans le monde.

Le 2 en 1 niçois - La dernière en date a débuté en France le 17 octobre 2014 à l’aéroport Nice Côte-d’Azur et devrait s’achever mi-2015. Le projet, porté par l’opérateur Transdev, teste la technologie Watt System, mise au point par la société française PVI. Il s’agit d’un bus urbain de 12 mètres, équipé d’un double ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • La méthanisation, une filière trop peu exploitée selon l’Ademe

    La méthanisation est une filière peu développée en France au regard d'autres pays européens. Son potentiel est pourtant important : l'Ademe vient  d'émettre un avis sur cette filière pour éclairer les acteurs locaux. Etat des lieux, rappel des objectifs, des ...

  • Les réseaux de chaleur se développent mais sont encore loin du facteur 5

    Les 12e Rencontres nationales des réseaux de chaleur ont permis de faire un point sur le développement et la compétitivité de cette forme d’énergie, grâce aux derniers résultats de l'enquête annuelle. L’occasion de constater que les objectifs affichés par ...

  • Socle : une stratégie pour préparer la Gemapi

    Pour intégrer le volet eau des lois Maptam et « Notre », le syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières de l’Aude a mené une réflexion pour la mise en place d’un schéma d’organisation des compétences locales de l’eau. Établie à ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP