Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Dépenses de personnel

Quand l’externalisation d’un service se heurte à l’hostilité des agents

Publié le 08/01/2015 • Par Frédéric Ville • dans : Actu experts finances

Thierry Bongiorno, maire de Gonfaron
Thierry Bongiorno, maire de Gonfaron mairie de Gonfaron
A Gonfaron, dans le Var, la commune a externalisé le débroussaillage via deux entreprises d’insertion, avec des économies sensibles à la clé. Mais le nettoyage, confié auparavant à une entreprise extérieure, est redevenu communal sous la pression des agents.

Cet article fait partie du dossier

Dépenses de personnels : activez tous les leviers !

A Gonfaron (4 215 hab., Var), « l’externalisation du débroussaillage et de l’élagage (5 équivalents temps plein par an) nous coûte 45 000 euros par an, quand le faire en interne nous coûterait le double », estime le maire, Thierry Bongiorno. Aussi la commune a-t-elle recours à cette solution depuis six à sept ans. Seul bémol : « Cela manque un peu de souplesse : si on le faisait nous-mêmes, on pourrait être plus réactifs ».

Pour le nettoyage des bâtiments communaux (salle des sports, écoles, mairie,…), la commune avait recours jusqu’à il y a peu à une entreprise extérieure pour 40 000 à 45 000 euros par an (4 à 5 ETP). « Cette entreprise avait donné satisfaction, les salariés pouvant être présents notamment les week-ends pour nettoyer les salles louées. Mais les agents communaux étant désireux de faire des heures supplémentaires, nous avons abandonné l’expérience », note Thierry Bongiorno.

Une décision politique – Ce changement ne s’est pas fait à l’avantage de la commune, puisque ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand l’externalisation d’un service se heurte à l’hostilité des agents

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X