Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

L'Actualité des marchés

Dette publique : une vraie question ! Un problème ?

Publié le 25/02/2010 • Par Adrian Koss Matthieu Collette • dans : A la une, Actualité Club finances, France

L'actualité des marchés, mars 2010
La Gazette des communes
Depuis quelques semaines, les marchés financiers défient les Etats européens.

Au-delà de la défiance de marchés dominés par les anglo-saxons vis-à-vis de la construction européenne autour de l’Euro, il convient de souligner des questions plus essentielles :

  • A-t-on raison de s’inquiéter d’un endettement public qui atteindrait 90 % du PIB en France comme en Allemagne à fin 2010 ?
  • Faut-il suivre dans leur analyse des marchés qui ont « encouragé » le gonflement de l’endettement privé ?
  • Quel est le risque d’une contraction trop rapide de la dépense publique ?

Questions auxquelles le numéro de mars de L’Actualité des marchés Finances Active-La Gazette des communes  apporte des réponses.

http://www.dailymotion.com/video/xcd8nx

Cet article est en relation avec le dossier

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dette publique : une vraie question ! Un problème ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Camille Desmoulins

26/02/2010 02h54

La dette en soit c’est pas le problème si elle prépare l’avenir. Celà s’appelle investir. Pour cela évaluer les dépenses publiques, c’est ce qui fait la différence avec l’Allemagne. Le système fédéral et tous ses contres pouvoirs, c’est la garantie. La timide réforme Sarkozy sur un début d’autonomie des territoires ne réussit pas à faire consensus, les corporatismes la plombent.
La Martinique, et la Guyane, la Corse en sont le symptôme, l’assistanat de l’appareil jacobin centralisé, c’est le mal français.
La ligne Maginot face à cette crise c’est la dépense publique sans outils d’évaluation, et sans flexibilité de la fonction publique. On a juste les politiques qu’on mérite et par conséquent la fonction publique qu’on mérite. Si le pay recule avec ses 8 millions de pauvres, on peut s’en prendre qu’ a nous dans un ON collectif.

renange

27/02/2010 09h08

Et si la banque de France comme avant 1973 ou la BCE pouvait prêter sans intérêts à l’Etat , on ne serait pas obligé d’emprunter aux banques privées, qui de fait créent l’argent et nous le font payer avec des intérêts!!!!! Combien représentent les intérêts de la dette ????

Paul Chérel

27/02/2010 01h07

Je vois que Camille Desmoulins est sorti indemne de la guillotine et c’est tant mieux, car son commentaire est des plus pertinents. Dette pour investir à condition quand même d’être sûr d’un retour sur investissement, c’est bien ! Dette pour faire fonctionner une machine agonisante, c’est la pire des choses ! elle sera remboursée par qui ? Seulement par les générations qui suivent ? Egoïsme pur et simple. Mais Desmoulins dit très justement « sans outils d’évaluation ». C’est ce qui manque à TOUS nos politiciens, mais ils se gardent bien d’en réclamer ou d’en mettre sérieusement en place. Paul Chérel

OLIVIER

02/03/2010 04h48

La dette publique est une véritable honte pour nos gouvernants. depuis 30 ans, aucun budget de l’Etat n’a été voté en équilibre et les gouvernements se privent ainsi de l’outil keynesien de relance par le déficit public temporaire et conjoncturel. Il est quand même extraordinaire de constater que lorsque l’on parle de la dette publique, celle-ci est aussitôt associée au nombre de fonctionnaires. Ce n’est pas complétement faux, mais c’est très réducteur, au niveau financier comme au niveau de la symbolique. N’oublions pas les 40 ou 50 ministres avec cabinet, chauffeur, attaché de presse,…. Il y en a 2 fois moins en Espagne ou en Allemagne et pour reprendre l’expression de notre cher président: « l’Espagne ou l’Allemagne seraient moins bien administrées que la France? ».N’oublions pas les réserves parlementaires, véritable argent de poche des parlementaires. N’oublions pas les Conseils économiques et Sociaux régionaux dont personne ne lit les rapports. N’oublions pas le Conseil Economique et Social qui ne sert souvent qu’à recaser les copains.
Et les 36 000 communes, qui sont un vrai luxe que l’on ne peut plus se payer. Ce n’est pas par le haut qu’il faut s’attaquer au mille feuilles, c’est par le bas, par le nombre de communes.
Si le Ministre du budget est en panne d’inspiration pour rétablir les finances de l’Etat, qu’il ne se gène pas, il m’appelle, je vais lui en trouver des pistes d’économie. C’est dans une période de crise comme celle que nous traversons qu’il faut se débarasser de toutes ces dépenses superfétatoires. Elle est là la symbolique. De la sueur et des larmes, mais avec un exemple qui vient d’en haut.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X