Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Charlie Hebdo

Vigipirate Alerte Attentat : les collectivités impliquées

Publié le 08/01/2015 • Par Géraldine Bovi-Hosy • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

alerteattentat2
D.R.
Suite à l'attentat meurtrier contre la rédaction du journal Charlie Hebdo, le gouvernement a levé le 7 janvier 2015 le plan Vigipirate au niveau "Alerte Attentat". La juriste du Club prévention sécurité, Géraldine Bovi-Hosy, en détaille le contenu et précise le rôle et la place des collectivités dans ce dispositif.

Le déclenchement du niveau

Il entraîne une posture de protection maximale liée à la menace imminente d’un acte terroriste ou à une situation où une ou plusieurs actions terroristes ont été commises sur le territoire national.

Le niveau Alerte Attentat peut être décidé pour l’ensemble du territoire ou pour une partie seulement, comme c’est le cas ce 7 janvier 2015 pour l’Ile de France.

Il est généralement mis en place pour une durée limitée et entraîne des mesures exceptionnelles. Cependant, en l’espèce, c’est « l’ensemble des préfets, sur tout le territoire, [qui] ont reçu des consignes de renforcer la vigilance et de mobiliser les forces placées sous leur autorité », a précisé un communiqué de Matignon.

Les collectivités territoriales : un relais d’information et d’alerte

L’alerte en cas de menace imminente d’attentat ou d’attentat réalisé est d’abord assurée par l’Etat, ses administrations et ses services. Elle est ensuite relayée par d’autres acteurs : les collectivités territoriales et les opérateurs.

Les collectivités territoriales ont donc un rôle de relais pour informer leurs services et la population de l’activation de ce niveau Alerte Attentat. Les panneaux d’information lumineux ou des annonces sonores peuvent être utilisés. Il est rappelé que la mention «alerte attentat» doit être ajoutée à la signalétique composée du triangle de couleur rouge marqué VIGIPIRATE.

Des mesures renforcées

Les mesures concrètes peuvent par exemple consister en :

  • la mise en alerte des capacités d’intervention tels que les services de secours ou l’ensemble des forces de l’ordre, y compris les policiers municipaux ou les personnels intervenant dans la prévention,
  • l’activation des cellules de crise (ministères, préfectures, gestionnaires d’infrastructures sensibles comme les centrales nucléaires, les réseaux de transports en commun….),
  • la contribution renforcée des forces armées pour la surveillance du territoire,
  • l’interdiction de stationnement aux abords des établissements scolaires,
  • une protection renforcée des établissements à risques : organes de presse, grands magasins, lieux de culte ainsi que transports
  • un renforcement du contrôle des personnes et de la détection des explosifs…

Sur ce dernier point, les techniques employées par les auteurs de cet attentat contre un organe de presse symbolique montrent que le danger ne provient pas seulement du risque d’attentat par explosifs comme à une certaine époque. Cela rend la vigilance plus complexe car portant sur des armes qui peuvent être dissimulées.

Le rôle des collectivités territoriales

Outre la mobilisation des agents de police municipale et de tous les agents qui assurent une mission de sécurisation ou de prévention, les villes concernées doivent prendre des mesures pour interdire matériellement le stationnement aux abords des établissements scolaires. Les barrières vont refaire leur apparition devant les bâtiments concernés, après la prise des arrêtés des autorités de police.

Les collectivités doivent renforcer les contrôles lors de l’accès aux établissements recevant du public et peuvent envisager le report de certaines manifestations.

Le rectorat de Paris a ainsi annoncé des annulations de sorties scolaires ainsi que de toutes les activités prévues en dehors des établissements.

Cet attentat intervient à un moment « sensible » : le premier jour des soldes d’hiver qui génère souvent des déplacements plus importants et les grands magasins parisiens sont également soumis à une surveillance accrue.

Pour des exemples de mesures : consultez la Partie publique du Plan gouvernemental DE VIGILANCE, DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION FACE AUX MENACES D’ACTIONS TERRORISTES, publié en janvier 2014.

Les acteurs locaux appelés à « détecter les signaux faibles » de la radicalisation

C’était le 13 octobre dernier à Paris à l’occasion d’un colloque national sur la prévention de la délinquance. Devant un parterre d’élus et de professionnels de la prévention, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, sonnait la mobilisation et appelait les acteurs locaux à jouer leur rôle dans la prévention de la radicalisation.

« Tous les acteurs susceptibles de détecter des signaux faibles – cela va des services de protection de l’enfance des conseils généraux jusqu’à la prévention spécialisée, en passant par l’Education nationale ou des services médicaux – doivent être capables d’aider les jeunes qui s’égarent face à des sites de propagande » avait alors déclaré le ministre de l’Intérieur.

FIPD 2015 – Volet préventif du plan gouvernemental de lutte contre le jihadisme, la prévention de la radicalisation s’est traduite en avril dernier par le lancement d’une plateforme de signalement à l’écoute des proches et des familles de candidats au Jihad.

Hasard du calendrier, le gouvernement a publié ce mercredi 7 janvier une circulaire consacrée aux priorités du Fonds interministériel pour la prévention de la délinquance (FIPD) pour 2015, aux premiers rangs desquelles figure la prévention de la radicalisation. Une circulaire qui incite les préfets à « financer des actions de prévention de la radicalisation en direction des jeunes concernés et d’accompagnement de leurs familles ».

Cet article est en relation avec le dossier

Cet article fait partie du Dossier

Lutte contre le terrorisme : le gouvernement somme les collectivités de prévenir la radicalisation religieuse

Sommaire du dossier

  1. Lutte contre le terrorisme : ce que le gouvernement demande aux collectivités
  2. « Face au risque terroriste : quel rôle pour les collectivités ? »
  3. « Face à la radicalisation, rester unis et travailler ensemble »
  4. Radicalisation : forte hausse des moyens pour les collectivités
  5. Radicalisation : ce que les éducateurs de rue font dans les cellules de suivi
  6. « La prévention de la radicalisation s‘inscrit dans notre mission de protection de l’enfance »
  7. « Il y a autant de formes de radicalisation que d’individus radicalisés »
  8. « Les agents ne sont pas seuls face à la radicalisation » – Marion Leroux, directrice de l’Inset d’Angers
  9. Menace terroriste : les collectivités misent sur la prévention
  10. « Les collectivités ont un rôle crucial à jouer dans la prévention du djihadisme » – Dounia Bouzar
  11. « Il faut s’opposer aux communautaristes » – Patrick Amoyel
  12. FIPD 2016 : 70 millions d’euros aux collectivités, priorité à la lutte contre la radicalisation
  13. « Face à la radicalisation, il faut jouer de tous les leviers » – Pierre de Bousquet, préfet du Languedoc-Roussillon et de l’Hérault
  14. « Les acteurs de la prévention ont un rôle crucial à jouer contre la radicalisation » – Pierre N’Gahane
  15. Prévention de la radicalisation : ce que font nos voisins européens
  16. Radicalisation : des auditeurs de l’INHESJ plaident pour plus de décentralisation
  17. Radicalisation : les maires de banlieues interpellent l’Etat sur sa « politique d’austérité »
  18. « Nous ne sommes qu’aux balbutiements d’une vraie politique de prévention sociale de la radicalisation » – CIPC
  19. Vigipirate Alerte Attentat : les collectivités impliquées
  20. Terrorisme : les élus sensibilisés à la sécurité des policiers municipaux et des pompiers
  21. Police municipale : nouveau bilan des mesures post-attentats, le volet social renvoyé aux maires
2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Vigipirate Alerte Attentat : les collectivités impliquées

Votre e-mail ne sera pas publié

Denis

08/01/2015 10h43

pour nos collectivités c’est noté.
je condamne cet acte odieux et barbare, les forces de sécurité ont mon encouragement pour leurs efficacités et pour attraper ces « ordures ».
que la République soit forte et sans mollesse, face à des assassins.

patounet

18/01/2015 05h15

Très sérieusement, vous pensez qu’un policier municipal ou un garde champêtre non armé va s’amuser à vérifier tous les abords des écoles, des lieux public alors que l’état Français ne fait aucun effort pour garantir la sécurité de ces agents précités!!!!!!!!!!!
Mais dans quel monde vit on, d’après ce texte, le gouvernement nous charge de la surveillance des lieux publics mais lorsque l’on réclame l’armement pour nous protéger et protéger les citoyens, y’a plus personne!!!!!!!! Peut être devrait on désarmer les policiers et gendarmes qui surveillent l’entrée de l’Élisée pour que notre gouvernement se rende compte que dans ce cas là, eh bien la surveillance contre ces malfrats armés ne peut se faire!!!!!!!!! Police municipal et garde champêtre sommes dans ce cas de figure

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X