En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

 

Réagir

Edito

La dématérialisation, un succès exemplaire

Publié le • Par • dans : A la Une finances, Billets finances

0

Commentaire

Réagir

Success Target © Flickr cc by Ola Uno Corporation

Malgré quelques couacs, le processus de migration vers le PES V2 est en bonne voie et pourrait être achevé d’ici 6 mois. Un exemple à suivre.

 

Chiffres-clés

Seulement 12% des budgets principaux des villes de 3 500 à 10 000 habitants n'ont encore fait l'objet d'aucuns travaux ni test pour migrer vers le PES V2 (DGFIP)

Pour bien commencer l’année, mieux vaut évoquer l’histoire d’une réussite. Depuis le 1er janvier, les collectivités locales françaises doivent avoir changé de protocole d’échange comptable et être passées au PES V2. On s’attendait à un report de cette date face aux habituelles inerties administratives, mais le rythme adopté par les collectivités ces dernières semaines a poussé la Direction générale des finances publiques (DGFIP), maître d’œuvre de cette évolution, à maintenir le cap. Résultat : seuls moins de 15 % des budgets identifiés n’ont entamé ni test, ni travaux pour migrer vers le PES V2.
Ce qui ne veut pas dire pour autant que le changement de protocole soit achevé pour 85 % d’entre eux.

Changement irréversible – Selon Bercy, à fin novembre 2014, 15 régions, 72 départements et 16 762 communes utilisaient ce nouveau protocole. Il y a donc encore des efforts à faire. Mais ce qui est acquis, c’est que l’immense majorité des services comptables des collectivités françaises s’inscrit désormais de façon irréversible dans la démarche de la dématérialisation comptable via le PES V2.
Ce changement n’est pas anodin, à en juger les difficultés rencontrées, notamment par les petites communes, mais aussi par les villes de 3 500 et 10 000 habitants qui s’avèrent les plus réticentes au changement.

98 % des budgets traités - Malgré ces couacs, « d’ici mi 2015, 96 à 98 % des budgets devraient avoir migré », se réjouit Nathalie Biquard cheffe du service des collectivités à la DGFIP. Ces chiffres sont le résultat d’une procédure lancée dès 2008 en partenariat étroit avec les services de l’Etat, les entreprises privées fournisseurs de logiciels et les collectivités.

La dématérialisation montre ainsi qu’elle n’est pas seulement une évolution technologique, mais davantage une démarche, dont l’exemplarité doit aujourd’hui être mise en avant, alors que Bercy fait souvent montre d’arrogance à coup d’oukases ou de silences dès qu’il s’agit d’accompagner le changement. On aimerait croire qu’il s’agit d’un changement de culture, mais ce serait peut-être trop optimiste.

Haut de page

Cet article est en relation avec

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés AdministrationDématérialisationFinances publiquesInformatique

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.