Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Rapport annuel du Médiateur de la République

Jean-Paul Delevoye : «Les administrations au cœur d’une société usée psychiquement»

Publié le 23/02/2010 • Par Guillaume Garvanèse Hélène Delmotte • dans : A la une, France

Au cœur des critiques de l’ancien Médiateur de la République se trouve donc « l’approche trop souvent budgétaire » de la RGPP qui, faute d’une réflexion sur « les objectifs, les perspectives et l’appropriation par les agents » aurait manqué sa cible.
Au cœur des critiques de l’ancien Médiateur de la République se trouve donc « l’approche trop souvent budgétaire » de la RGPP qui, faute d’une réflexion sur « les objectifs, les perspectives et l’appropriation par les agents » aurait manqué sa cible. V.Vincenzo
Jean-Paul Delevoye, Médiateur de la République, a remis son rapport annuel au président de la République le 23 février. Il répond aux questions de la Gazette des communes.

Au menu de cette édition 2009, 76 286 dossiers reçus soit une progression de 16% par rapport à 2008 et des thématiques récurrentes : le surendettement croissant, une montée de la maltraitance et un besoin d’information dans le domaine de la santé, les relations conflictuelles entre locataires et bailleurs et enfin de nombreuses tensions entre usagers et institutions, Pôle Emploi ou le Régime social des indépendants par exemple. D’autres dossiers feront l’objet d’un suivi attentif, avec l’Assemblée des départements de France notamment, comme par exemple l’évaluation de la loi portant réforme de la protection juridique des majeurs du 5 mars 2007, les services de protection de l’enfance et la question de la médiation dans les maisons départementales pour personnes handicapées. Pour Jean-Paul Delevoye «il est urgent de s’intéresser à la mise en place de l’accompagnement social en matière de tutelles car nous sommes face à des publics très fragilisés».

 

«Une société usée psychiquement»

Dans une société plus complexe, «usée psychiquement», Jean-Paul Delevoye observe des dérives inquiétantes qui menacent le vivre ensemble : «le citoyen cède la place à l’usager consommateur. En outre il ne cherche plus à partager avec l’autre mais à se protéger de l’autre», relève Jean-Paul Delevoye. Une tendance qui est peut-être à relier à la politique sécuritaire actuelle dans la mesure où «l’évolution de la société entraine l’évolution de l’électorat et des politiques».

 

Des administrations défaillantes ?

Du côté de l’administration, la liste des griefs n’est pas moins longue : ruptures d’égalité entre territoires, absence de connexions entre administrations territoriales pouvant conduire à une interruption d’allocations pour les bénéficiaires, différence de traitement des personnes handicapées selon les départements, primauté de la «gestion des carrières» sur la satisfaction de l’usager ou encore défaillances dans l’accueil du public. «La culture administrative privilégie le traitement de masse au détriment du traitement individuel. L’inconfort dans lequel certaines administrations placent l’usager vise aussi à décourager sa présence physique et à l’inciter à adresser ses requêtes par courriel», regrette le Médiateur de la République.

Laïcité en danger

Au-delà des comportements de l’administration, Jean-Paul Delevoye interroge aussi les évolutions politiques, voire sociétales : le principe de précaution par exemple qui «bien souvent empêche la décision». Il cite à ce sujet le (mauvais) exemple du non renouvellement des cartes d’identité pour les Français nés à l’étranger parce que «la suspicion présumée l’emporte sur la confiance et parce que le système cherche à se protéger». Il dénonce également le mauvais emploi de «la culture du chiffre» dès lors qu’elle répond à «la volonté de plaire au supérieur hiérarchique» et craint «le recul de la mixité sociale au profit du communautarisme». Enfin, la neutralité du service public suscite des réflexions fortes. «Il faut réfléchir à l’espace de la laïcité. Jusqu’où accepter l’intervention des paramètres personnels dans le champ public ?», interroge le Médiateur de la République.

Bientôt un Défenseur des droits

Le Médiateur de la République laissera sa place dans les prochains mois au Défenseur des Droits. Une proposition de loi a toutefois été déposée le 23 février au Sénat pour que ses fonctions se poursuivent jusqu’au 31 décembre 2010. Une dernière année qui permettra sans nul doute de mesurer les effets – positif ou négatifs – de la révision générale des politiques publiques.

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Jean-Paul Delevoye : «Les administrations au cœur d’une société usée psychiquement»

Votre e-mail ne sera pas publié

FIDIBALLE

23/02/2010 08h37

effectivement même dans la fonction publique, le culte du chiffre, la carrière personnelle au dépens du service, le harcèlement sont monnaies courantes.Au point d’envisager, après 23 ans de cadre A, de partir dans le privé…Alors secouez -vous les politiques avant que tout le monde ne crève sur pied, vous compris

jaclo

24/02/2010 11h14

Encore un beau rapport, qui sera peut-être utilisé pour faire de la com paillette, le temps de passer à un autre sujet brûlant, mais qui risque de ne pas faire l’objet de décisions politiques claires, ni de moyens pour les mettre en œuvre… l’état des administrations et aussi le reflet de la politique souvent désenchantée, voire dé-crédibilisée, sinon discréditée.

Ungâduhav

24/02/2010 12h22

Ce rapport semble bien marquer la détresse dans laquelle se trouvent beaucoup de Français. Je suis content qu’il soit question du « mauvais emploi de la culture du chiffre dès lors qu’elle répond à la volonté de plaire au supérieur hiérarchique ». C’est vrai que nous sommes tous, dans l’administration acculés à cette politique qui va à l’encontre de toute pensée humaine.
L’Homme est devenu une marchandise qui se négocie sans aucun scrupule. La République est bien oubliée dans tout cela, vous savez celle qui préconise la Liberté, l’Egalité et la Fraternité.
Il est encore temps de réagir. Il faut que chacun, à son niveau sache dire NON. Cette multitude de NON(s) telle un amas de gouttes d’eau formera une pluie torrentielle capable d’éteindre l’incendie de l’indifférence et de l’inhumanité du Service Public tel qu’il est devenu.
Le coût du service Public n’est pas une charge, il est un investissement pour l’avenir.

delavega

24/02/2010 07h23

Le pire, je crois c’est que ce « malaise » dépasse largement l’administration.
Notre système de santé tombe peu à peu en ruine comme une fatalité!! Une CHARGE pour la société !!!!!! un coût pour l’Etat. Je veux bien en convenir cela rapporte bien moins que les tronçons radar, les politiques sécuritaires sous prétexte de protéger les citoyens, l’hypocrisie sur le tabac, l’alcool, les boîtes de nuit autorisées à fermer plus tard; tout ces petites choses qui font que…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X