Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Délinquance

Délinquance des mineurs : un rapport plaide en faveur de la prévention sociale et éducative

Publié le 18/02/2010 • Par Hervé Jouanneau • dans : Actu prévention sécurité, France

Commandé en novembre par le secrétaire d’Etat à la Justice, Jean-Marie Bockel, le rapport réalisé par Jean-Yves Ruestch, de la ville de Mulhouse, préconise 60 propositions pour « construire une politique de prévention juvénile renforcée et renouvelée ».

Soutien à l’exercice des responsabilités parentales, réinsertion des jeunes exclus et professionnalisation des métiers et coopération entre les acteurs. Tels sont les trois champs d’action prioritaires soulignés par un rapport sur la prévention de la délinquance des mineurs et des jeunes majeurs, remis le 18 février au secrétaire d’Etat chargé de la Justice, Jean-Marie Bockel.

Le rapport, confié en novembre 2009 à Jean-Yves Ruetsch, responsable du « pôle prévention citoyenneté » à Mulhouse, ville dont Jean-Marie Bockel est le maire, présente 60 propositions, illustrées par 20 « bonnes pratiques de terrain ».

On peut faire mieux ensemble, le sujet mérite que tout soit remis à plat, a déclaré Jean-Marie Bockel qui souhaite proposer au Premier ministre, dans un délai raisonnable, des assises sur la prévention de la délinquance juvénile.

Le rapport « Ruestch » préconise notamment d’étendre les stages parentaux dans le cadre d’alternative aux poursuites, de créer, avec les conseils généraux, des mesures d’ « aide éducative à domicile jeunes majeurs » de soutien aux parents de jeunes majeurs (18-21 ans), d’encourager les mesures de réparation dans les établissements scolaires en cas de faute ou de manquement à une obligation, d’étendre les dispositifs de prise en charge des élèves en voie de rupture ou exclus de leur établissement, ou encore de favoriser l’accueil des mesures de travaux d’intérêt général par les collectivités.

Contrat local de sécurité
S’agissant du partenariat local, le rapport propose de doter chaque contrat local de sécurité d’un « plan local de prévention de la délinquance juvénile », d’améliorer le suivi partenarial des situations individuelles par une structure de coordination dédiée, ou encore de créer un nouveau métier d’ « éducateur de prévention de la délinquance » dans les quartiers prioritaires.

Parmi les « bonnes pratiques » citées dans l’enquête figurent un « accompagnement des familles et des jeunes face aux dérives liées aux nouvelles technologies » (Yvelines), un programme d’apprentissage en maternelle des règles de vie en société (Montréal), des médiations menées par des collégiens pendant la récréation (Issy-les-Moulineaux), ou la prévention du « risque alcool » via un « concours de cocktails sans alcool » (Mulhouse).

Quid des financements ?
Ce rapport intervient alors que le plan gouvernemental de prévention de la délinquance est entré en vigueur au 1er janvier 2010.
Interrogé par la Gazette sur les moyens de financement, parfois problématiques, des politiques de prévention sociale et éducative,le secrétaire d’Etat, Jean-Marie Bockel, s’est fait laconique. « Faire davantage, ce n’est pas forcément débloquer des moyens supplémentaires. En outre, a-t-il ajouté, entre départements, communes et intercommunalités, on peut trouver des financements ».

Références

Téléchargez le rapport Prévenir la délinquance, un enjeu pour demain

3 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Délinquance des mineurs : un rapport plaide en faveur de la prévention sociale et éducative

Votre e-mail ne sera pas publié

Djihel.89

19/02/2010 11h22

Bravo la Gazette, vous avez posé la bonne question : qui finance ce nouveau plan de prévention ?
Et puis, les éducateurs, les médiateurs, ça existe déjà dans les quartiers difficiles. Il faudrait aussi que les établissements scolaires redeviennent des lieux de respect des personnes et des biens de la part cette minorité de trublions à qui, de nos jours, il ne faut surtout pas tirer les oreilles sous peine d’être interpeller et conduit en cellule de garde à vue. Cette minorité de trublions qui perturbent l’éducation des élèves sérieux qui ne demandent qu’à apprendre. Cette minorité de trublions pour lesquels il faut légiférer sans cesse au risque de restreindre les libertés pour les autres. Ils sont aussi ceux pour lesquels, il faut trouver des financements pour les encadrer, réparer leurs erreurs. Alors, la solution est évidente, il faut tirer des leçons des décennies passées : éducation stricte à l’école, soutien aux enseignants, service citoyen obligatoire (un service militaire moderne) pour les perturbateurs qu’il ne faut pas aller chercher dans les quartiers mais qu’il faut déplacer de ces quartiers.

doremi

22/02/2010 07h00

enfin quelqun qui est au courant !ces enfants devenus trublions du fait d’avoir été trop courtisé par leur famille,on ne va pas les condmné ces parents qui ne savent pas trop comment faire,étant donné les difficultés que l’on connait tous.être donneur de leçon ne sert pas à grand chose.Ce qui est révoltant voyez-vous,c’est cette hypocrisie qui consiste à créer du trublion afin d’assuer son gaggne pain.Eh oui! ça existe.j’ai fait l’objet d’une mesure disciplinaire parce que j’ai crié pour faire césser une agression violents entre deux enfants de maternelle.la victime,2ans1/2 était roué de coup de pied au sol par un grand de 6ans1/2.comme il a pleuré la directrice de l’école a adréssé un rapport au maire qui m’a donné un blâme ainsi qu’une diminution de ma prime de fin d’annnée de 450€!vive la france vive la république!

fati

05/08/2010 11h24

Eduquer des enfants des nos jours est très difficile.
Nous en avons fait des « enfants rois » qui parfois deviennent tyraniques.
Dès le plus jeunes âges, au sein de la cellule familiale, nous devons leur apprendre les limites, le respect des autres et des valeurs.
Notre société occidentale n’est pas un bon exemple : toutes les affaires de corruptions, de détournement de fonds et de débauches sexuelles sont très néfastes à la construction d’un esprit civique chez nos enfants.
La télévision nous bombarde d’images violentes.
A mon avis il faut revenir aux valeurs anciennes de respect, de famille et de solidarité.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X